27 chevaux sauvés par 30 millions d’amis

Le 25 octobre dans le Gard, l’association 30 millions d’amis a découvert un élevage de chevaux en état de dénutrition sévère. Récit d’un sauvetage.

Rédigé par Maylis Choné, le 27 Oct 2016, à 10 h 15 min

C’est à Générac dans le Gard que l’association 30 millions d’amis a sauvé 27 équidés dont huit poulains et un âne d’une mort certaine.

30 millions d’amis découvre des animaux dénutris

Dans le même centre, gisaient les cadavres de deux chevaux et d’un poulain déjà morts de faim. Les plus chanceux étaient en état de cachexie : en d’autres termes, tout leur organisme était extrêmement affaibli à cause d’une profonde dénutrition. On a du mal à croire qu’une telle situation puisse se produire, mais les faits sont bel et bien réels.

Les animaux seront soignés puis placés

C’est à la suite d’une inspection sanitaire de la DDPP, (Direction Départementale de la Protection des Populations) que l’alarme a été tirée. L’état de maigreur de animaux a alerté les agents, et ils ont contacté l’association 30 millions d’amis.

Après avoir été nourris en urgence, certains animaux ont été placés dans une structure spécifique pour équidés maltraités (Chem) dans le Cher afin d’y être soignés, d’autres, trop faibles pour voyager, ont été pris en charge par la fondation Brigitte Bardot. Le but est de les remettre sur « pieds » pour ensuite les confier à des centres qui prendront soin d’eux.

L’association s’inquiète car ces situations de maltraitance envers les animaux sont de plus en plus fréquentes. Elle s’est constituée partie civile, a lancé une procédure judiciaire et poursuit le propriétaire pour « abandon ».

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. On devrait faire subir le même traitement aux responsables! Mais ils s’en sortiront avec des amendes ninimum, du sursis, rien d’exemplaire ni de dissuasif. La vigilance des voisins est toujours très importante dans ces affaires. Ayons l’œil ouvert sur les maltraitances des enfants, des animaux, des personnes vulnérables. Ce n’est pas de l’ingérence dans les affaires d’autrui mais un devoir citoyen, compassionnel et responsable. La preuve il existe des associations et des services publics qui repondent aux demandes même anonymes.

Moi aussi je donne mon avis