Viande de cheval : plus aucune trace dans les lasagnes

Vous vous rappelez du scandale Spanghero ? À l’époque, en 2014, des traces de viande de cheval avaient été découvertes dans les plats cuisinés de plusieurs marques de plats préfabriqués. Si la pratique n’avait aucun impact sur la santé des consommateurs, en effet la viande de cheval est consommable, elle avait été assimilée à une fraude : les consommateurs n’étaient pas au courant de ces pratiques. Heureusement, elles semblent avoir pris fin.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 24 Feb 2017, à 9 h 55 min

Vous rappelez-vous du scandale Spanghero ? À l’époque, en 2014, des traces de viande de cheval avaient été découvertes dans les plats cuisinés de plusieurs marques de plats préfabriqués. Si la pratique n’avait aucun impact sur la santé, la viande de cheval étant consommable, elle avait été assimilée à une fraude : les consommateurs n’étaient pas au courant de ces pratiques. Fort heureusement, elles semblent avoir cessé.

La fin de la viande de cheval dans les plats cuisinés

L’association 60 Millions de consommateurs, a analysé quelque 60 plats cuisinés contenant de la viande et dans lesquels, en 2014, des traces de viande de cheval avaient été découvertes. Sauces bolognaises, raviolis et, bien évidemment, lasagnes… Tout y est passé. Pour le plus grand soulagement des consommateurs, l’association peut désormais dire que la viande de cheval a disparu de ces préparations. Le scandale Spanghero a donc bien porté ses fruits.

Naturellement, l’association, qui a publié les résultats de son enquête le 23 février 2017, continue de critiquer les qualités nutritionnelles de ces plats cuisinés qui sont souvent trop gras. Certains plats contiennent de la viande de « mauvaise qualité » selon l’association et les préparations « présentent un intérêt nutritionnel assez médiocre ». Mais en dehors de des constats, il n’y a plus rien à signaler.

lasagnes-viande-cheval

Un traçage ADN de la viande de cheval et d’autres espèces

Pour conclure que, désormais, aucune trace de viande de cheval n’est présente dans les plats cuisinés analysés, l’association 60 Millions de consommateurs a mené une enquête approfondie. Avec l’aide d’un laboratoire spécialisé, elle a tracé l’ADN des types de viande contenue dans ces préparations.

L’ADN de boeuf est présent, bien évidemment, mais l’association a également recherché l’ADN de 24 espèces animales. Elle a ensuite comparé les résultats avec les ingrédients annoncés par les producteurs ainsi que l’origine de la viande : l’obligation d’indiquer la provenance géographique de la viande contenue dans les plats cuisinés est obligatoire depuis le 1er janvier 2017. Aucune irrégularité n’a été repérée : la provenance de la viande est bien étiquetée par les industriels. Une victoire pour les consommateurs !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis