La sophrologie : accès au Pays des Merveilles ?

Sophrologie : voilà un mot bien barbare, limite ‘tarte à la crème’ ! Il évoque un peu tout et n’importe quoi, non ? Du cabinet de psy, en passant par celui du coach ou autres formateurs, chacun lui accordera les vertus qu’il voudra. Décryptage.

Rédigé par Philippe C, le 4 Apr 2014, à 12 h 47 min

Le mot « sophrologie n’est pas protégé dans son usage public et a donné lieu à des vulgarisations dans le milieu de la formation“.

philippe santé préventiveEn ce qui me concerne, je ne change pas de cap : tenter de vous donner l’envie d’en savoir plus sans prétendre le moins du monde de vous convaincre ni de vous donner de cette discipline la définition la plus juste et/ou la plus exhaustive. Pour l’exhaustif, Internet fait cela bien mieux que moi !

La sophrologie dans ma vision personnelle

La sophrologie, dans mon expérience personnelle, est une pièce du puzzle du bien-être, de la relaxation et du lâcher prise.

C’est un puzzle que je construis depuis environ 30 ans, c’est-à-dire, depuis que je me suis rendu compte que la façon qu’avait mon père de vivre, de respirer, d’observer la vie et de s’observer lui-même est toujours aussi simple, gratuite et efficace.

Dans les années 80, j’avais en effet acheté un jeu de cassettes audio de Sophrologie pour tenter d’apaiser une douleur sentimentale. La simple respiration profonde enseignée par mon paternel ne suffisait pas.

Une fois encore, sans entrer dans le détail du pourquoi ou du comment de l’efficacité, je vais vous compter ici ce que j’ai vécu. Vous pourrez alors l’appliquer et, si vous percevez un léger mieux être, vous aurez alors tout le loisir de “creuser” ou de consulter un vrai sophrologue.

Visualisation de son corps

corps-bois-mannequin-jouetOn est couché, les yeux fermés et on visualise en partant du haut et une par une toutes les parties de son corps : les cheveux, le cuir chevelu, les sourcils (qu’on profite de détendre), les oreilles, la bouche, la mâchoire (qu’on profite de relâcher), la langue (qu’on détend aussi), les dents, les lèvres, le cou, les épaules (qu’on laisse s’affaisser), les vertèbres, le dos, etc, jusqu’aux ongles des petits doigts de pieds…

Si on est assez attentif, quand la conscience aborde une partie du corps, on sent cette partie parcourue comme par un très léger courant électrique. C’est rigolo : arriver à mettre sa conscience dans son petit doigt de pied !…

Sensation de lourdeur, de densité

Ensuite, c’est ainsi : on se sent lourd, si lourd qu’on a l’impression de s’être légèrement enfoncé dans le sol. On est dense, compact, plein…

meditation-contemplation-feuilles-automne-cailloux-equilibre-zen-esprit-banDouce chaleur qui irradie

Tout en continuant à respirer profondément et lentement, on imagine au niveau du plexus solaire, comme une mini chaudière ou centrale nucléaire qui émettrait une douce chaleur ou diffuserait de l’eau chaude dans tout le corps : cela vient amplifier la sensation de densité qu’on vient de produire en visualisant chaque partie de soi.

Funambule du sommeil

Et là, ne jamais s’endormir : on perdrait le bénéfice de la séance. On est comme un funambule du sommeil : on marche sur un fil de conscience en veillant à ne pas tomber dans le sommeil.

Pendant quelques instants -à vous de juger combien de temps- continuons à sentir cette eau chaude ou cette belle chaleur orange, rouge,… irradier doucement notre corps.

Lire page suivante : La descente au Pays des Merveilles
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



« Réflexologue diplômé et praticien depuis 10 ans, praticien Reiki (Niveau III) depuis 8 ans, j’ai la « santé préventive » dans la peau depuis tout...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Merci pour cet ecrit. Il me semble important de parler de la FEPS (Federation des Ecoles Professionneles de Sophro) qui coordonne 12 ecoles en France. Elles proposent une formation sur deux années avec un minimum de 400 heures en présence par exemple. Elles permettent une belle alliance théorie et pratique, et me^me pour certaine de la supervision une fois qu’on est installé!

  2. bonjour,

    Je vous ai lu avec plaisir car je suis moi même sophrologue. Lors de séances en groupe les discusions sont enrichissantes et dynamiques. En effet, après la séance, il y a le dialogue post sophronique et les personnes souhaitant s’exprimer parle de leur vécu et sensations. Ce qui amène d’autres perspectives pour les autres et ouvre par la même un champ des possibles. Je tenais à souligner qu’au moment de partir, il est important que le sophrologue s’assure que tout le monde est de retour dans l’ici et maintenant. je vais vous raconter une petite annecdote que j’ai vécu lors de ma formation. Après la séance avec les formateur une personne était restée dans son univers et ne parvenait pas à revenir car elle était bien où elle se trouvait. j’attire donc l’attention sur le fait qu’il faut toujours s’assurer que les personnes sont en pleine conscience quand ils quittent la salle.

    • Bonjour,
      intéressante votre anecdote car elle me permet de signaler que les techniques obéissent normalement à des protocoles bien établis qui sont justement là pour éviter ce genre de “fuite du temps présent” ou déni de la réalité. Au contraire, la sophrologie est sensée nous reconnecter et développer le positif qui est en nous, mais si l’état de conscience est modifié, nous n’en sommes pas pour autant débranché de la réalité, de nous-même, de notre libre arbitre. Les techniques de la sophrologie sont élaborées pour nous ancrer davantage dans la qualité du temps présent et les visualisations sont des outils pour cet ancrage et n’ont rien à voir avec un “trip sympa”… Je précise cela pour les néophytes.

  3. Tout à fait d’accord avec ce qui précède.
    J’ajoute une précision: la sophrologie (moderne) est inspirée directement d’une pratique issue du Raja yoga appelée” Yoga Nidra”, issue elle même de pratiques (extrêmement anciennes) nommées “Nyasas” issues des Tantras.
    Toutes ces techniques visent à acquérir une grande détente physique et mentale aboutissant à un bien être profond et un plus grand équilibre dans la conduite de notre vie.

  4. Bonjour,
    j’ai été vivement intéressée par cet article puisque je suis moi-même sophrologue. Juste quelques observations: A présent, on pratique plutôt assis (pour développer la capacité de pratiquer les techniques dans n’importe quelles conditions, et limiter les risques d’endormissement); les images que vous évoquez sont les vôtres, c’est important de le redire. la sophrologie étant respectueuse du fonctionnement de chacun, il est important de ne pas être trop dirigiste: la personne en s’ouvrant à son ressenti, à son être profond, doit être libre d’accueillir et créer sa propre “vivance”, en d’autres mots, chacun doit pouvoir s’approprier la technique(et là on comprend mieux l’intérêt de s’initier avec un sophrologue plutôt qu’avec un CD).C’est sans doute là une des grandes différences entre la relaxation et la sophrologie, la détente n’est pas la seule finalité; d’autre part, vous avez raison d’insister sur la notion d’entraînement, si importante pour développer tout ce processus, l’enrichir et le rendre le plus spontané possible, mais si la séance avec un sophrologue dure en moyenne 1h, la personne peut pratiquer 3, 4 fois dans la semaine et 5 à 15 mn pourront porter leurs fruits! Et en effet, peu à peu on apprend à mieux gérer les stress, à mieux se connaître, à renforcer sa confiance, son optimisme… et à dévoiler tout ce qui ne demande qu’à chanter en soi.

Moi aussi je donne mon avis