50 nuances de vert : le sextoy, la santé et la planète

Rédigé par Alan, le 12 Feb 2015, à 12 h 42 min

A priori, on n’associe pas spontanément écologie et sexualité. Entre substances cachées et difficulté de recyclage, nous avons plutôt affaire à une dualité du vert contre le rouge ! Et s’il était possible d’associer le sexe et l’environnement ? Qu’en est-il de la santé ?

Préservatifs : le plastique, c’est fantastique ?

Avant de revenir plus en détails sur les jouets sexuels à proprement parler, évoquons les préservatifs, qui vont parfois de pair.

De nombreux préservatifs sont en latex, un cauchemar pour les allergiques et pas terrible pour la nature : près de la moitié sont produits en Thaïlande pour profiter de la proximité de ses forêts d’hévéas.

La fabrication du préservatif

Lors de sa fabrication, le latex, matériau de base du préservatif, est élaboré dans des cuves auxquelles on ajoute des conservateurs et des stabilisants chimiques. On plonge dans le liquide des cylindres de verre qui se couvrent, en plusieurs fois, du matériau qui est ensuite séché. Les formes cylindriques se sont diversifiées et il existe à présent des modèles avec des formes curieuses (des antennes, des oreilles, etc.) et des gadgets (fluorescence). Rien de très naturel.

preservatif-condom-contraception-protection-sexe-sexualite-01

> La fine couche de latex est rincée et détachée du cylindre en verre puis testée afin de vérifier si le préservatif est résistant et totalement imperméable.

> Avant d’être conditionné dans une boîte, le préservatif est lubrifié et parfois parfumé de diverses senteurs et même de goûts variés.

Ces préservatifs ne sont pas facilement recyclables et il y a débat sur leur « durée de vie » une fois enterrés dans un site d’enfouissement. Retenez toutefois que ces préservatifs contiennent une enzyme provenant du lait : à éviter donc si vous êtes allergiques au lait ou végétalien.

Les préservatifs peuvent-ils être recyclés ?

Les préservatifs ne sont pas un bon symbole du recyclage. Les millions de préservatifs utilisés chaque année ne peuvent suivre le cycle réduire-réutiliser-recycler. Plus de 4 milliards de condoms sont produits chaque année et finissent à la poubelle. Est-ce grave ? Cela dépend des types de préservatifs.

  • certains préservatifs ont une membrane naturelle en intestin d’agneau ou boyau de mouton (la forme antique connue des anciens Egyptiens).
    Ils sont biodégradables mais ont un inconvénient majeur : ils sont contraceptifs mais ils ne protègent pas des MTS, les Maladies sexuellement transmissibles. De plus, c’est un produit dérivé animal… N’utilisez donc pas n’importe quoi !
  • les préservatifs en polyuréthane ne sont pas biodégradables.

Cette partie de l’article constitue une réflexion sur le caractère écologique des préservatifs. Néanmoins, si les préservatifs ne sont pas facilement recyclés à l’heure actuelle, ce n’est évidemment pas une raison pour mettre sa santé et la santé d’autrui en jeu. Sortez couverts !

preservatif-condom-contraception-protection-sexe-sexualite-02

Le romantisme consomme moins

Mais oui. Soyez romantiques ou coquins en faisant des économies.

> Prenez une douche à deux pour économiser l’eau… pas trop longtemps.

> Dégustez un dîner en amoureux à la lumière tamisée des chandelles, toutes lumières éteintes.

> Choisissez de la lingerie en coton bio, sélectionnée chez Made in Ethic, parfumez-vous et faites-vous belle (ou beau) avec les cosmétiques bio de Formazur ou Centella. Offrez-lui des huiles de massage de Nature et soins, de l’encens de Notes de Provence.

> Et puis, vivez d’amour et d’eau fraîche… (de source et sans nitrate bien entendu).

Si vous aimez les sextoys, rendez-vous en page suivante !

> Suite  : Sextoys : plastique, jouets écologiques et recyclage

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. La main est le sextoy le plus naturel et écologique qui soit! je ne comprend pas que ce site (soit-disant écolo) fasse la publicité des sextoys qui sont une abérration (pour ne pas dire monstruosité) pour les muqueuses intimes. De plus, les sextoys incitent les gens crédules à se fourrer tout et n’importe quoi. Chaque année les hôpitaux voient une recrudescence inquiétante des adeptes de sextoys en tout genre.
    L’être humain fait “AUSSI” partie de la nature et donc “AUSSI” de l’écologie. Ce serait bien de ne pas l’oublier!

    • Alan

      Bien sûr, nous ne l’oublions pas, Loulou. Dans un premier temps, ceci dit, nous ne sommes pas un “site écolo” au sens où nous apportons une réflexion sur la consommation, c’est bien différent : on laisse le choix au consommateur (bien sûr on préfère un monde sans phtalate et sain !). On part d’un fait : les sextoys existent, on ne voit pas pourquoi on ignorerait ce fait. Donc non, nous ne sommes pas là pour “inciter” mais on laisse les gens se fourrer ce qu’ils veulent ou ils veulent, voilà tout, dans les limites de la santé justement : il y a une différence entre un sextoy créé exprès pour cet usage (après il faut distinguer matières etc., soit le but de cet article) et les objets détournés qui peuvent présenter un danger immédiat (bouteilles et autres excentricités qu’on voit passer aux urgences). Oui, la main c’est naturel mais si les gens veulent utiliser autre chose, ils le feront de toute façon donc autant apporter des précisions sur un usage qui existe.

    • @Sydney,
      vous dites “…si les sextoys existent, on ne voit pas pourquoi on ignorerait ce fait…”
      Bien sûr, il ne s’agit pas d’ignorer ce fait! mais d’informer le plus honnêtement possible sur la réalité des graves nuisances des sextoys. Ce n’est pas tant les phtalates mais les sextoys qui sont en soi “le vrai” problème! La limite de la santé est franchie dès lors ou l’on introduit un objet quel qu’il soit dans le vagin. Certes, les gens feront ce qu’ils veulent mais au moins, ils seront avertis et réfléchiront plus, avant de faire n’importe quoi. “Nos médias corrompus sont les plus grands pourvoyeurs d’accidentés du sexe aux hôpitaux”. Alors se serait urgent de retrouver une éthique et une responsabilité collective en refusant d’aller dans le sens des perversions sous prétexte que c’est à la mode. Car sinon à ce train là, il n’y a plus de limite et il ne faudra pas se plaindre que la société dégènère toujours plus.

  2. et donc vous préconisez quoi? l’abstinence ou le sexe sans protection???
    faut vraiment être inconscient pour inciter les gens à ne pas utiliser de préservatif sans leur proposer une alternative concrète!

    • Alan

      Heu, pardon ? à quel moment de l’article lisez-vous cela ? si vous le comprenez ainsi, je vais modifier l’article car il me paraît ÉVIDENT que ce n’est pas le message sur un site comme le nôtre. Cette partie concernait uniquement le recyclage, et il n’y a pas de meilleure solution qu’une autre, mais ce n’est pas une raison pour boycotter l’objet…

  3. chacuns fait comme il veut

  4. Des sex-toys écologiques vous en trouverez sur www. bijouxenbois.fr . C’est moi qui les réalise , a vos mesures, avec du bois de ma région.Je crée aussi des bijoux écologiques.

  5. Parler de sexe et d’écologie d’accord mais pas au prix de la prévention des IST (MST)et de la contraception
    SORTEZ COUVERTS!!

  6. Ce qui m’échappe un peu, c’est pourquoi écologie et sexe ne seraient pas associables. Quoi de plus écologique, respectueuse des ressources naturelles qu’une bonne partie de jambes en l’air ? La preuve, chaque fois q’une grande ville, comme New York, est privée d’électricité et ne produit donc plus de CO2, les couples les plus usés s’envoient en l’air, privés qu’ils sont de télé polluante pour les esprits. Imaginez que les couples du monde occidental consacrent chacune de leurs soirées à des étreintes à la lueur des bougies (ou mieux, de la lune). Que d’économies pour la planète 🙂

    Hitherto

Moi aussi je donne mon avis