Réchauffement climatique : la Norvège prend deux longueurs d’avance

La Norvège vient d’interdire le chauffage des bâtiments au fioul dès 2020, ainsi que la commande publique de biocarburants à base d’huile de palme.

Rédigé par Anton Kunin, le 19 Jun 2017, à 10 h 55 min

Le pays nordique connu pour avoir le PIB par habitant le plus élevé de la planète vient d’accomplir non pas un, mais deux pas vers un avenir durable.

Hydrocarbures : les émissions de CO2 ne baissent pas, la Norvège prend une mesure radicale

Dès 2020, il sera interdit en Norvège de chauffer au fioul tout type de bâtiments, qu’ils soient privés ou publics, qu’il s’agisse de logements ou de bâtiments tertiaires. Cette mesure, qui peut paraître radicale, devrait permettre au pays de diminuer ses émissions de gaz nocifs (estimées à 53,9 millions de tonnes en 2015) de 340.000 tonnes par an. Car la situation est préoccupante : en Norvège, les émissions de CO2 dues aux hydrocarbures dépassent aujourd’hui de 34 % les niveaux de 1990 et n’ont pas baissé au cours de la dernière décennie. Cela, alors même que le gouvernement s’est engagé à aller encore plus loin que l’Accord de Paris, en diminuant ses émissions de 40 %.

Découvrez les chiffres des émissions de CO2 en Europe grâce au Planetoscope

Cette interdiction risque d’avoir pour conséquence un recours au gaz plus important. Selon les estimations émises par l’Agence internationale de l’énergie fin mai 2017, la production norvégienne de gaz n’a cessé d’augmenter depuis le début des années 2000, tandis que la production de pétrole a diminué de 40 % depuis le pic constaté en 2001. Mais il sera aussi possible de se chauffer avec des moyens électriques : l’ensemble de l’électricité destinée à la consommation domestique est d’origine hydraulique en Norvège.

La Norvège dit stop aux biocarburants à base d’huile de palme

Si la Norvège s’est illustrée ces derniers jours comme un pays ayant à coeur la protection de l’environnement, c’est aussi parce qu’elle a mis en place une interdiction d’achats publics de biocarburants à base d’huile de palme. Cette interdiction, votée par le Parlement, fait de la Norvège le premier pays à avoir instauré une réglementation de ce type pour son gouvernement.

Lire aussi : Les scandales de la production d’huile de palme

Ce vote fait suite à la publication d’un rapport de l’ONG Rainforest Foundation Norway, selon lequel l’huile de palme aurait un effet sur l’environnement pire que les hydrocarbures. Son auteur, Chris Malins, un expert des politiques bas carbone, prévient que le recours à l’huile de palme a des conséquences graves telles que la déforestation et l’épuisement de tourbières.

Illustration bannière : Oslo sous la neige – © Maria Arencibia
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis