Les scandales de la production d’huile de palme

Elle est responsable de la déforestation de certaines régions du monde, mais pas uniquement. L’exploitation d’huile de palme fait travailler les enfants.

Rédigé par Maylis Choné, le 1 Dec 2016, à 11 h 30 min

Travaux forcés, salaires déplorables, chantage, déscolarisation des enfants… La liste des scandales liés à l’exploitation de l’huile de palme dénoncée par Amnesty International est longue.

Les pratiques déplorables des exploitations indonésiennes

La déforestation de certaines régions du globe causée par l’exploitation d’huile de palme était déjà connue. D’autres scandales liés à ces plantations explosent depuis que l’ONG Amnesty International a publié son rapport. Le premier coupable est sans doute Wilmar, géant singapourien des matières premières. Mais les grandes multinationales ne sont pas en reste.

Colgate, Nestlé, Unilever « ferment les yeux sur l’exploitation de travailleurs dans leur chaîne de fabrication », s’insurge Amnesty dans son rapport, insistant sur le fait que « des grandes marques continuent de profiter de pratiques illicites déplorables ». Ces groupes « assurent les consommateurs que leurs produits sont composés dhuile de palme durable ». À savoir : respect de l’environnement et des populations locales. Et pourtant, « Il n’y a rien de durable dans l’huile de palme produite en faisant travailler des enfants et en ayant recours à des travaux forcés ».

huile-palme-enfants-travailLes femmes et les enfants, premières victimes de ces pratiques

Le rapport indique que les femmes sont contraintes de travailler pendant de longues heures sous la menace de réduction de salaire. Dans les pires des cas, elles sont payées le minimum, à savoir 2,30 euros par jour. Ce ne sont pas les seules esclaves d’après le rapport. Les enfants âgés de 8 à 14 ans transportent des sacs pesant entre 12 et 25 kg. Malgré les pesticides et produits toxiques utilisés dans ces plantations, ils travaillent sans équipements de protection. Souvent, ils ratent l’école pour venir en aide à leurs parents.

Pour son travail d’enquête, Amnesty a rencontré 120 employés de ces plantations de palmiers à huile, appartenant à deux filiales de Wilmar et trois de ses fournisseurs. Wilmar a reconnu les problèmes causés à sa main-d’oeuvre dans ses opérations. En revanche, d’autres sociétés contactées par l’ONG ont nié toute violation, selon cette dernière.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Ce n’est en rien l’huile de palme la responsable de tout ces maux, loin de là! C’est la faute des gouvernements puants et corrompus de ces républiques bananières. Il leur suffit de rendre l’école obligatoire, d’interdire le travail des enfants en dessous d’un certain âge (15-16-18, comme ils veulent) d’instaurer des règles dans le travail agricole et voilà le tour est joué. Mais ils sont (les gouvernants/politiciens) bien trop occupés à s’en foutre plein les poches, comme dans le monde entier après tout!
    Il suffirait également que nos gouvernants à nous interdire l’huile de palme (ce qui d’un autre côté plongerait les producteurs dans la misère…)
    Tout comme accuser une arme de tuer est stupide (ce n’est pas l’arme qui tue, c’est celui qui l’utilise) accuser l’huile de palme d’empêcher les enfants d’aller à l’école est absurde, on peut aussi glisser une petite part de responsabilité aux parents de ces enfants qui préfèrent prendre leur gosses avec eux respirer des pesticides et porter des sacs lourds comme eux plutôt que de les envoyer à l’école s’instruire et leur permettre de réussir mieux qu’eux… mais je connais le refrain, il n’ont pas le choix, la vilaine société capitaliste bla-bla-bla!!! ON A TOUJOURS LE CHOIX!!!

    c’est vrai, c’est plus simple d’accuser une plante

    • … Ce qui ne nous dédouane pas pour autant de vouloir toujours consommer moins cher sans se soucier des conséquences de nos actes d’achat ni les industriels qui exploitent ce filon sans se poser de question éthique simplement pour répondre à notre demande du toujours moins cher mais aussi pour maximiser leurs profits et donc les dividendes de quelques uns… Si l’on réfléchissait un peu+ aux conséquences de notre CONsommation et qu’on prenait conscience du seul et vrai pouvoir que nous avons de nos jours, notre mode de consommation, le monde tournerait sans nul doute beaucoup plus rondement !

Moi aussi je donne mon avis