Purins : le Sénat reconnaît les préparations naturelles

Rédigé par Alan, le 29 Jul 2014, à 17 h 24 min

Le Sénat a adopté le projet de loi d’avenir agricole après le vote de la commission mixte paritaire. Le projet n’est pas apprécié par tous mais fait le point sur plusieurs grands enjeux environnementaux.

Loi d’avenir agricole : oui, les alternatives aux pesticides existent !

Et cette fois officiellement. Les défenseurs des PNPP attendaient cela depuis des années. Les PNPP, ce sont les Préparations naturelles peu préoccupantes, entendez par là des préparations actives, dont les ingrédients sont naturels, et qui constituent une alternative efficace aux pesticides.

Ce sont notamment les purins, dont on vous parle de temps en temps, le purin d’orties étant par exemple efficace contre les pucerons. Si en 2011, on se demandait encore si le purin allait être légalisé, cette fois serait la bonne pour soutenir son utilisation. Il s’agit également d’autres produits naturels, comme le vinaigre blanc, l’argile ou l’huile de neem pour citer les plus connus.

vinaigre-blanc-mousse-ban1Des produits naturels classés comme les pesticides ?

Or, malgré leur caractère naturel, ces PNPP devaient être associées aux produits phytopharmaceutiques dans la future loi pour l’avenir de l’agriculture. Un comble pour des outils qui n’ont généralement pas d’action phytopharmaceutique mais ne font souvent que booster un processus naturel.

Certaines PNPP sont certes destinées à combattre directement un ravageur ou une maladie. Elles seront agréées à part et commercialisées sans autorisation de mise sur le marché nécessaire.

L’Assemblée Nationale a en effet voté un amendement à la loi originale, accepté fin juillet par le Sénat. Les purins et autres préparations similaires seront donc considérés comme des “biostimulants“. Cette prise en compte dans la loi ouvre de nouvelles perspectives pour l’agroécologie.

On recule, et on avance…

L’agroécologie, parlons-en, puisque le texte complet ne plaît pas à tout le monde, la Confération paysanne le jugeant trop “peu ambitieux” et la FNSEA jugeant le modèle “mal défini“, ce qui était déjà reproché à la première version. Outre une polémique sur la reprise des tirs envers les loups, les différents camps se sont opposés sur d’autres sujets.

bois-planfond-lasureLes pesticides seront toujours restreints auprès des établissements de santé mais cette protection non étendue aux habitations comme prévu initialement. L’échange des semences n’est pas assez libre au goût du Réseau Semences paysannes. Sur le plan économique, des groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) seront effectivement créés. Le bois illicite, lui, devrait être strictement interdit et contrôlé, suivant le règlement “bois” de l’Union Européenne. Les députés voteront la lois définitivement le 11 septembre 2014.

*

purin pnpp préparations naturelles jardin bio

Lisez également pour supprimer les pesticides au jardin bio :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Cela ne va pas arranger les affaires de nos nos empoisonneurs fabricants de produits chimiques, lorsque de plus l’on s’aperçoit que les agriculteurs n’ont même plus le droit de faire leurs semences sous peine d’être sanctionnés, nos élus ont du pain sur la planche, encore faut-il qu’ils veulent bien travailler sur le sujet.

  2. Eh ben… dis donc!!Quelle histoire….

    Alors, que fait-on?…..

  3. Nos chers (et chères) politiques doivent être touchés par Alzheimer en effet ! Il en sont toujours à faire des lois anti-tabac, taxes anti-tabac MAIS….ils ne parlent JAMAIS des 3500 produits chimiques dans lesquelles macère le tabac ! Bizarre non !?
    Le tabac est nocif…mais pas les 3500 produits chimiques…
    Tous des rigolos, incompétents, hypocrites ! Ils se soucient SURTOUT de leur chèque de fin de mois !

    • j`aimerai lire quelques politiciens à ce sujet pour leur appréciation du problème ?

  4. Tout ce temps, toute cette énergie, tout cet argent (un élu qui travaille pour rien est quand même payé) gâchés pour déterminer si
    l’infusion d’ortie, ou le vinaigre blanc, (rayon alimentaire) doivent être interdits.
    Est-ce qu’un principe de précaution aussi rigoureux est appliqué pour, citons au hasard, le maintien du nucléaire, l’opportunité du gaz de schiste,l’éradication des pesticides susceptibles de tuer les abeilles ……..etc.Vous avez sûrement des exemples en tête…
    Si ces préparations échappent effectivement à l’interdiction, ce sera une victoire de la société civile, MAIS, devoir se battre pour un tel sujet montre bien à quel point notre liberté est menacée par les multinationales qui veulent contrôler absolument tout, y compris nos orties dans un seau au fond du jardin, qui concurrencent l’achat d’un quelconque engrais ou insecticide.

    • Comme vous avez raison !!!!

Moi aussi je donne mon avis