Une grainothèque pour troquer des semences (reportage vidéo)

Rédigé par Alexandra, le 14 Jul 2014, à 16 h 42 min

Végétaliser la ville, promouvoir la biodiversité urbaine, favoriser les rencontres entre les habitants d’un quartier populaire : voilà en résumé les objectifs attendus par le projet de la Semeuse à Aubervilliers en Seine-St-Denis. Initié par l’artiste et architecte Marjetica Potrč, la Semeuse s’articule autour de plusieurs actions comme les balades urbaines, l’aménagement de friches le temps de quelques mois ou encore la mise en place d’une grainothèque.

La grainothèque participe à la biodiversité urbaine

Depuis fin juin, certaines bibliothèques municipales d’Aubervilliers possèdent leur boîte d’échanges de semences, des boîtes fabriquées et mises à disposition par la Semeuse.

La grainothèque de semences

La grainothèque est gratuite et accessible à tous. Les habitants peuvent déposer des graines de fleurs, légumes ou autres plantes provenant de son balcon, de son potager ou de partout ailleurs dans le monde et prendre celles qu’ils veulent.

grainothèqueL’idée est d’échanger les variétés introuvables mais aussi les plus communes, les anciennes et pourquoi pas d’étonnantes inconnues.

C’est le cas notamment du chou des vertus, une variété rare de chou cultivée aux XVIIIe et XIXe siècles dans la vallées des vertus à Aubervilliers. La Semeuse a récupéré des graines de ce chou auprès de l’association Kokopelli qui oeuvre pour la préservation de semences libres de droits et reproductibles.
Toutes ces graines peuvent être plantées chez soi mais aussi partout dans la ville pour participer au verdissement de son quartier et lutter contre l’uniformisation du vivant.

*

Je réagis, coffre-fort de l'apocalypse

Semences du futur : le "coffre-fort de l'apocalypse"

Semences du futur : le « coffre-fort de l’apocalypse »

Jardin bio : les 10 règles d’or pour jardiner sain

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste indépendante et toujours à l'affût de ces petites et grandes initiatives qui changent notre regard et notre façon de consommer, je furète, je...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. moi qui suis agriculteur je ri de cet angouement de sauvegarde de graines parce que personnes ne cherche exactement à travailler cette terre moi vieux et exploitant je connais le terrain , alors après appocalysus, s’il n’y a plus personnes sur terre ou peu qu’il y resteras qui sauras seulement les semer sur les étendues existantes ne serait-ce pas de la fumisterie argentifère.

  2. Pour les semences libres, action !
    Découvrez le concept des grainothèques : grainesdetroc.fr/got.php
    Appropriez-le vous, et reprenons en main, citoyennement, la question des semences !

Moi aussi je donne mon avis