Pour produire plus au potager, pensez fumier !

Quelle que soit notre façon de produire des légumes, l’apport d’engrais est essentiel pour une bonne croissance et des produits sains. Le fumier ou plutôt les différents fumiers sont pour cela une excellente solution biologique.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 28 Jan 2019, à 17 h 00 min

Au potager on ne pense pas forcément aux fumiers pour enrichir sa terre et pourtant… Simples d’utilisation, souvent très abordables et surtout totalement naturels, ils permettent également de recycler et valoriser de la matière organique.

Pourquoi utiliser des fumiers ?

Un potager comme une exploitation agricole est un lieu où l’humain fait pousser des produits pour sa consommation. L’écosystème dans lequel nous faisons pousser nos légumes n’est pas naturel en tant que tel dans la mesure où nous y intervenons : on parle alors d’agrosystème.

fumiers

Un potager qui fait rêver © Phil Darby

De fait, tout agrosystème a besoin d’apports extérieurs en engrais pour continuer à produire puisque nous retirons une partie de ce qui y pousse. Il faut rendre à la terre ce qu’on lui a pris.

L’utilisation de fumier est essentielle à la production agricole, notamment et surtout en agriculture biologique. Mais une telle utilisation ne peut être faite sans penser également à toutes les autres techniques de culture comme les associations de culture, le paillage ou encore le compostage !

Quels types fumiers utiliser ?

Le fumier est un mélange de litière (tout ce sur quoi marchent les animaux dans un élevage quelle que soit sa taille : paille, foin, restes d’aliments, etc.) et de déjections. L’utilisation du fumier doit donc se faire en ayant toujours en tête les règles d’hygiène de base comme se laver les mains ou éviter de rentrer chez soi avec les chaussures utilisées au potager.

Fumier de cheval

Le fumier de cheval est particulièrement connu pour son efficacité au potager. Il y a de cela cinquante ans à peine les enfants se bagarraient dans les rue pour récupérer un maximum de crottin de cheval pour le potager des parents, ce n’est pas pour rien ! Ce fumier est à utiliser de préférence sur sols lourds car il allégera sa structure.

fumier

Fumier de cheval au potager © Ian Francis

Fumier de vache

Le fumier de bovin est lui aussi efficace à condition d’avoir été bien préparé au préalable et conviendra quant à lui à des sols plutôt légers car il alourdira leur structure.

Fiente de poule

Le fumier de poule est un boosteur de culture incroyable mais son utilisation peut être risquée. Étant très puissant, il peut « brûler » les racines de vos plants. Ce fumier mérite donc toute votre attention surtout si vous avez un poulailler, mais il faudra bien le préparer avant de l’utiliser.

Fumier de moutons et de porc

Le fumier de mouton et de porc, plus rare, est particulièrement concentré. S’il est relativement efficace surtout à défaut d’autre chose ou parce que vous en avez à portée de potager, il faut cependant prendre en compte qu’il dégage une forte odeur.

Préparation du fumier

Que vous prépariez le fumier vous-même ou que vous le cherchiez déjà prêt chez un agriculteur, le résultat est le même, il vous faut connaître l’âge du fumier. En effet prendre un fumier quel qu’il soit pour le mettre directement dans vos cultures est le meilleur moyen d’être contre-productif car un fumier trop jeune brûlera vos racines et bloquera l’assimilation des nutriments par ces dernières.

Un fumier de cheval doit ainsi avoir un an de vieillissement contre deux ans pour un fumier de bovin ou de poule.

fumier

Épandre du fumier au jardin potager © alicja neumiler

Quoi qu’il en soit, puisque les conditions de stockage en plein air peuvent varier, il faut toujours retrouver la structure des matériaux d’origine dedans. Si ce n’est pas le cas c’est que le fumier est alors trop vieux et ne sera efficace que sur un très court laps de temps (un mois ou deux selon les précipitations).

Quand épandre du fumier au potager ?

Le fumier peut être épandu sur votre potager une fois celui-ci près pour l’hiver et ce jusqu’au printemps. S’il vaut mieux privilégier l’automne pour le répartir sur votre sol, vous pouvez néanmoins le faire jusqu’à la belle saison. N’hésitez pas à le recouvrir d’un paillage pour accélérer son assimilation !

Illustration bannière : Apport de fumier au potager – © alicja neumiler
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis