Le paillage du potager : indispensable en automne

Le paillage, sous toutes ses formes, est une technique qui couvre de nombreux avantages quand on souhaite travailler sa terre sans utiliser de produits de synthèse.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 19 Nov 2018, à 16 h 54 min

Pour un paillage efficace, le mettre en place à l’automne est une bonne idée. Si les objectifs du paillage sont nombreux et différents selon les saisons, c’est à l’automne qu’il va prendre tout son sens et vous faciliter grandement le travail pour la suite.

Pourquoi un paillage à l’automne ?

Arrivée à l’automne, votre terre est un peu plus fatiguée qu’elle ne l’était logiquement en début de saison. En effet, quand on fait pousser des légumes, des fruits, des fleurs ou même des aromatiques, c’est bien pour en profiter. Mais pour produire cette récolte – dont vous pouvez être à juste titre si fier, il a bien fallu que les plantes tirent des nutriments en tous genres du sol. Et, il va bien falloir lui en rendre si vous voulez continuer à produire !

paillage automne

Paillage © Lithiumphoto

Si ce n’est pas l’objectif premier de la technique, le paillage du jardin en automne vous aidera cependant à l’atteindre bien plus facilement.

Nourrir le sol

Pour nourrir un sol on imagine facilement qu’il faut lui apporter quelque chose. Dans le cycle naturel de constitution d’un sol, la matière végétale n’est jamais incorporée en profondeur, elle entre dans le cycle de création d’un sol par le dessus : la feuille qui tombe de l’arbre, le fruit qui pourri au sol, la fiente d’oiseau qui s’étale artistiquement en surface.

Quand vous mettez en place un paillage, vous participez à la création de ce sol (à une toute petite échelle –  soyons honnête, un potager reste un milieu travaillé par la main des jardinier(e)s sans quoi ce ne serait pas un potager), en y déposant de la matière en surface dont les objectifs sont alors multiples en automne :

  • Fertiliser le sol par sa décomposition (par les champignons ou la faune des sols)
  • Le protéger de l’érosion (vent, pluie)
  • Éviter le phénomène de lixiviation (perte d’éléments solubles comme l’azote à cause du passage de l’eau)
  • Éviter le lessivage (perte d’éléments solides comme le sable pour les carottes à cause du passage de l’eau)
  • Faire en sorte que le sol reste meuble et non dur en surface à cause de la pluie

Que pouvez-vous utiliser pour pailler ?

La première réflexion à mener pour réaliser un paillage cohérent et surtout des plus efficace est celle de savoir de quel type de matière vous disposez directement sur place ou aux environs directes.

Feuilles mortes pour paillage © vvoe

Les feuilles mortes

Et à l’automne, on y pense rarement comme paillage, les feuilles sont légions ! Le principe même de la feuille est, qu’après avoir servi toute une année, elle se décompose pour être ré-assimiler quelques temps plus tard par la plante au pied de laquelle elle est tombée.

Alors n’hésitez pas à pailler largement (15 centimètre d’épaisseur sans aucun problème) avec des feuilles mortes.

Les fruits dans le paillage

Mais à l’automne il peut aussi rester bon nombres de fruits qui n’ont pas été ramassés parce qu’ils étaient trop abîmés ou qu’ils n’ont jamais mûri. S’il est sympathique d’en laisser quelques-uns pour nos amis les oiseaux, vous pouvez surtout utiliser ces fruits directement avec votre paillage (sous des feuilles mortes par exemple) pour protéger votre sol tout en le nourrissant de la décomposition de ces fruits.

Le bois raméal fragmenté pour un paillage

L’automne est également l’occasion de tailler sa haie et ses arbres fruitiers et d’en faire du BRF (Bois Raméal Fragmenté)… Une matière première idéale pour faire un paillage !

paillage automne

Le bois raméal fragmenté pour un bon paillage © Dervin Witmer

La paille

Enfin, et c’est inscrit dans le mot, vous pouvez bien sûr utiliser de la paille (ou du foin, mais il se décomposera bien plus vite une fois le printemps de retour).

Prenez cependant garde à ce que cette paille soit bio ou au moins raisonnée pour éviter de ramener des produits indésirables dans votre jardin. Vous pouvez également aller demander à un éleveur près de chez vous s’il vend la litière usagée de ses animaux (souvent mélangée à de la paille justement) pour faire d’une pierre deux coups : mais attention à l’utilisation des fumiers, elle est à mesurer.

Ne disposez pas votre compost sur votre potager à l’automne, laissez-le tranquillement mûrir là où il est pour le déposer au printemps où il aura un effet booster sur vos premières cultures.

Comment mettre votre paillage en place

Le plus simple est de se prendre une journée au potager pour réaliser votre paillage. Avec l’automne viennent les pluies intempestives et les coups de vent qui peuvent vous obliger à quitter votre potager alors que vous pensiez y passer une petite heure « vite fait ». Mieux vaut regarder la météo et y aller une bonne fois pour toute !

Commencez par enlever tous les pieds morts comme ceux de tomates, de poivrons, aubergine ou autres choux déjà récoltés pour les mettre sur le tas de compost que vous laisserez mûrir durant 2 ans et pour éviter que maladie et ravageurs ne se multiplient.

Fourche-bêche et paillage © Simon Maddock

Ensuite, muni de votre fourche-bêche, cherchez toutes les plantes qui posent problème et retirez-les comme il se doit (n’hésitez pas, même si cela fait mal au coeur pour la terre, d’aller profondément pour retirer les racines de liseron par exemple, sans quoi il reviendra inévitablement).

Afin de bien enlever les plantes dérangeantes, gagnez du temps en laissant toute les autres ! Leurs racines maintiendront le sol en place, leurs feuilles protégeront le sol et toutes leurs parties qui mourront durant l’hiver nourriront les petits animaux de passage.

Une fois ce nettoyage réalisé sans remuer excessivement la terre, étalez le paillage que vous aurez choisi et n’hésitez pas à en mettre une bonne couche. Il ne faut plus voir la terre en dessous.

Objectif printemps

Le paillage réalisé en cette fin de saison potagère a donc pour objectif général de faciliter le travail de la terre l’année d’après (terre plus meuble), de la rendre plus fertile et de la préparer à la plantation au printemps.

Arrivée à la nouvelle saison, pensez simplement à dépailler aux endroits où vous souhaitez planter ou semer, de manière localisée, et ce pour que la terre se réchauffe. En écartant le paillage sur les côtés vous permettrez au sol d’accumuler la chaleur et une fois vos plants mis en terre ou vos semis germés, il vous suffira de rabattre votre paillage pour l’utiliser cette fois en pleine saison avec tous ces avantages à ce moment-là.

Illustration bannière : Matériaux de paillage pour l’automne – © JurateBuiviene
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



20 ans de fascination pour la faune sauvage allant d’expériences professionnelles telles qu’un programme européen de réintroduction ou le travail en...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Ram Trucks 3500 – Heavy Duty Diesel Towing Truck

  2. Tout çà est bien vu!
    Un excellent paillage de fin d’automne pour le potager (ou massifs) c’est le mélange feuilles mortes + dernier gazon (proportions 3/4-1/4) fait avec la tondeuse.
    Etalé au jardin il ne vole pas au vent d’hiver et se décompose lentement(grâce au gazon azoté) bien mieux que la feuille seule au point d’être en bonne partie disparu au printemps.
    Idéal pour couvrir le sol, le protéger des battantes pluies d’hiver et le renourrir aux 1ers beaux jours.
    Testé depuis 10 ans et approuvé!!

  3. Cookies :: CBS Interactive

Moi aussi je donne mon avis