Poulets : vers un nouveau scandale alimentaire ?

Rédigé par Jean-Marie, le 27 Jun 2011, à 17 h 58 min

Après la vache folle, les graines germées, les pesticides, les steaks hachés, … les poulets seraient-ils en haut de la liste des aliments à surveiller ? On pourrait le croire d’après une étude européenne … tout à fait indigeste.

Les 3/4 de carcasses de poulets infectées

poulet-elevageEn 2010, une étude européenne a jeté le trouble : selon les chercheurs, sur 10 132 poulets examinés, les trois quarts des carcasses (75,8 %) étaient porteuses  des bactéries Campylobacters.(1)

Cela est inquiétant car ces bactéries, les Campylobacters, sont à l’origine d’infections intestinales. Les campylobacters sont même considérées comme la cause majeure bactérienne de gastro-entérites dans le monde, dans les pays développés comme dans les pays en développement.

 

Les poulets sont-ils  un nouveau scandale alimentaire ?

Le poulet est un aliment si répandu qu’il est hors de question de chercher à en consommer moins.

Cependant il faut savoir qu’en Europe, la campylobactériose et la salmonellose sont les 2 maladies d’origine alimentaire les plus fréquemment signalées chez l’Homme.

Or la chair de poulet est considérée comme une source importante de ces deux maladies humaines. Toutefois, à y regarder de plus près, il faut noter que :

–  22 États membres ont signalé la présence de Salmonella dans les carcasses de poule : on a trouvé la salmonelle sur 15,7 % des carcasses de poulets.

– depuis que l’étude est sortie, il n’y a pas eu d’épidémie ou de début d’épidémie du fait de la consommation de poulet. Ce qui a tendance à montrer qu’en aval de l’élevage et des abattoirs (qui posent problème), des précautions prises au stade de la préparation et de la cuisson peuvent contrôler le risque de contamination.

*

La suite > Les précautions à prendre pour la consommation de poulets

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. mangez en moins mais du bon elevage au moins la viande n est pas indispensable

  2. Je pense que certaines personnes n’ont pas l’air d’être au courant de ce qui se passe en France .
    Nous aimerions tous manger un poulet à 15€ , mais ce sont les salaires qui ne nous le permettent pas .
    Ceci etait tout simplement destiné à ce que certains remettent les pieds à terre et ne se cachent pas la réalité .

    • C’est les charges sociales rendent impossible d’embaucher et donc de produire de l’emploi pas cher …. si on embauche, on produit cher sinon, on importe des produits cheap. Faut savoir ce qu’on veut !

    • On économise sur ce qu’on met dans l’assiette mais pas sur les cigarettes et autres cochonneries qu’on met dans les chariots de nos courses. Avez vous déjà jeté un coup d’oeil dans les chariots de ce qu’achètent les gens quand vous faites vos courses ? Effarant!

  3. Continuer à manger des produits de l’agriculture industrielle … fruit légumes et viandes … la meilleure solution pour avoir des soucis de santé. Il y a 20 ans encore on n’entendait pas parler d’épidémies de gatro …. et c depuis 20 ans que les normes d’hygiène se surdéveloppent jusqu’à empêcher les PAYSANS de produire noblement … cherchez l’erreur … enfin les « gros » responsables

  4. On en revient toujours au même problème : si on a les moyens d’acheter de bons produits ça va, mais les plus pauvres qui ne peuvent pas se permettre d’acheter un poulet 15 € mangeront de la merde ! C’est tout simplement scandaleux !

    • un poulet à 15 € peut sembler cher à l’achat … mais nutritivement il apportera plus qu’un poulet industriel … il faut penser résultat. C’est souvent un faux problème sachant qu’en France l’alimentation est loin d’être prioritaire. Et beaucoup de citoyens devraient revoir leur mode de vie avant de considérer la bonne nouriture chère

  5. Je me permets d’aller plus loin que Marina :Nous devons repenser notre façon de produire. Actuellement, les sociétés sont généralement là pour réaliser le chiffre d’affaire le plus important sans se soucier réellement des consommateurs.
    A quand un prix fixé en fonction du « bien » que cela produit chez le consommateur? Je sais, c’est une utopie et c’est impossible à réaliser car chacun à son point de vue.

    Pour faire changer les producteurs, à NOUS de choisir correctement notre producteur…

    Dans le cadre de la viande de poulet, sélectionnons plutôt l’élevage extensif en pleine nature plutôt que des poulets en batterie (Attention élevé au sol est différent d’élevé à l’extérieur en pleine nature)
    Sélectionnons des labels reconnus pour leur qualité alimentaire. Si au départ, l’investissement est un peu plus élevé, notre corps nous remerciera à terme… pas le médecin.

    • Tout est question d’argent : des producteurs qui veulent avoir une marge suffisante pour survivre, les distributeurs : un bénéfice suffisant pour leurs developpements et les consommateurs : un prix abordable pour simplement se nourrir.
      A cela vient se greffer les quelques idioties que nous balance les médias afin de nous rabattre sur d’autres produits, le vrai du faux le faux du vrai, le bon du mauvais, le mauvais du bon bon, a savoir qu’un bon peut devenir mauvais et vice versa…. on ne sait plus à quel saint se vouer.
      On ne comprend rien, ou simplement on mange ce que l’on peut s’offrir…..avec le budget que l’on a. Du phénoméne de mode à l’urgence sanitaire, y aurait-il un profit caché ???
      Je regrette une seule chose ne pas avoir le choix financier pour bien manger.

  6. Et si, avec tous ces scandales alimentaires, les gens n’arrivent pas à comprendre qu’il faut consommer autrement, je ne comprends rien !!!
    Dommage qu’il faille des morts pour comprendre !
    Heureusement pour mes enfants et pour moi, j’ai compris depuis trèèèèèèèèèèèèèèèèèèès longtemps !!

    • Peux tu nous dire ta façon de consommer ???

Moi aussi je donne mon avis