Les fruits à coque réduiraient les récidives du cancer du colon

Une étude vient de prouver qu’en mangeant des fruits à coque, les risques de résurgence du cancer du colon diminuent. Une bonne nouvelle pour les malades de ce cancer, qui touche 43.000 nouvelles personnes chaque année en France.

Rédigé par Maylis Choné, le 19 May 2017, à 9 h 55 min

L’étude scientifique a été menée aux États-Unis autour du professeur Temidayo Fadelu. Son constat est simple : en mangeant une certaine dose de fruits à coque chaque jour, les risques de résurgence du cancer du colon diminuent.

Diminuer les résurgences du cancer du colon avec des fruits à coque

Cela pourrait paraître bizarre, voire très peu scientifique. On ne parle pas de médicaments, de traitements, de chimiothérapie, encore moins de chirurgie, mais bien de fruits à coque. Le professeur Temidayo Fadelu, clinicien officiant à l’Institut du cancer Dana Farber (Boston) a constaté une réelle diminution des rechutes du cancer du colon (cancer colorectal) chez les patients consommant des fruits à coque. 

Retrouvez sur le Planetoscope le nombre de personnes victimes d’un cancer colorectal

Son étude sera présentée au mois de Juin lors d’une conférence à Chicago et nécessite davantage de recherches cliniques. Néanmoins, après avoir divisé les volontaires en deux groupes, l’un mangeant 56 grammes de fruits à coque par semaine, l’autre non, les résultats sont clairs : le premier groupe a vu son risque de résurgence baisser de 57 %.

Le cancer colorectal, deuxième cause de décès en France

Le personnel médical et les personnes atteintes de ce cancer attendront peut-être encore un peu avant que cette étude soit confirmée. En revanche, « cette étude conforte l’idée qu’un changement de régime alimentaire et l’activité physique peuvent faire une différence« , a expliqué le professeur Temidayo Fadelu.

En chiffres, 43.000 personnes sont touchées chaque année en France par cette maladie. Lorsqu’il est détecté tôt, ce cancer se soigne bien, d’où l’importance du dépistage. En revanche, pris trop tard, il tue 18.000 personnes chaque année. Les chiffres sont en constante augmentation en Europe, aux États-Unis et en Australie.

Illustration bannière © Volodymyr Plysiuk – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis