Quand Hollywood flingue l’environnement

Rédigé par Elodie, le 23 Jun 2015, à 17 h 29 min

Selon un rapport de l’UCLA, l’industrie cinématographie et télévisuelle à Hollywood produirait 140.000 tonnes de CO2 par an. Ce qui ferait de ce secteur le second plus gros pollueur de Californie, juste après l’industrie du pétrole(1).

Bien que des initiatives vertes soient peu à peu mises en place pour donner l’exemple aux millions de spectateurs de protéger l’environnement à l’instar de stars comme Leonardo DiCaprio ou Matt Damon le font au quotidien, d’autres blockbusters et acteurs sont dans le collimateur des protecteurs de l’environnement.

Mad Max : Fury Road (2015), le film qui a ravagé le plus vieux désert du monde

desert-namib-namibie-mad-max-fury-road-hollywood-environnement-ecologie

Devant être tourné dans le désert aride australien, le film fut finalement tourné dans le désert du Namib en Namibie en décembre et janvier derniers.

Les tour-opérateurs et les écologistes du pays se sont indignés des ravages qu’a fait le film sur l’environnement et l’écosystème lors du tournage du quatrième épisode de la sagas : des routes ont été créées sur des zones vierges qui ont, par la suite, été effacées par les équipes du film avec des filets par-dessus le sable qui ont eux-mêmes arraché des plantes.

De plus, la faune et la flore vivant dans le désert comme des geckos ou des caméléons ou encore des rares variétés de cactus ont souffert des conditions du tournage et des explosions à répétition de ce film d’action.

Lire la page suivante : Expandable 2, le meilleur ennemi de Batman

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Optimiste (un peu trop parfois), je suis une éternelle rêveuse qui collectionne les Petit Prince dans toutes les langues étrangères. A part la lecture, je...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis