‘Fresh Me Up’ : la start-up qui va révolutionner les habitudes de consommation

C’est l’histoire de deux amis, Thibault Merendon et Benoit Jaugey, qui ont décidé de fonder un réseau de quartier pour lutter contre le gaspillage alimentaire en créant une plateforme 2.0 de mise en relation entre les distributeurs de denrées alimentaires et ceux qui les transforment comme les restaurateurs ou les associations.

Rédigé par Hugo Quinton, le 20 Nov 2016, à 12 h 43 min

On le sait, le gaspillage alimentaire est un fléau qui perdure depuis de nombreuses années : aujourd’hui il représente plus d’un milliard tonnes de nourritures jetées par an dans le monde, soit l’équivalent du tiers de la nourriture produite. Il est donc plus qu’urgent que chacun fasse quelque chose, et particulièrement les professionnels de l’alimentaire, qui génèrent à eux seuls, 58 % du gaspillage alimentaire.

Fresh Me Up bouscule les habitudes de consommation pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Face à ce constat préoccupant, deux amis, Thibault Merendon et Benoit Jaugey décident de fonder Fresh Me Up en décembre 2015, pour créer un cercle vertueux : des produits de qualité, moins chers, moins de pertes et un faible impact sur l’environnement. La start-up est aussi un vecteur de lien social puisqu’elle permet de créer une interaction entre les professionnels qui se croisent dans la rue sans jamais se rencontrer.

Le principe de Fresh Me Up est simple. Il permet aux commerçants de générer un profit ou de faire des dons, aux restaurateurs d’acheter moins cher des produits de qualité, et aux associations de récolter de la nourriture gratuitement pour la redistribuer. Que ce soit, fruits, légumes, viandes, poissons, fromages, toutes les denrées périssables sont disponibles et pourront ainsi répondre aux envies des restaurateurs à la recherche de leurs ingrédients. Ce principe permet également aux collectivités de faire des économies : en effet, Fresh Me Up, permet de réduire les tournées de ramassage des déchets.

Une plateforme ludique et intelligente

Pour que la mise en relation soit simple entre ces professionnels, la plateforme Fresh Me Up se manie en toute simplicité. Les commerçants indiquent le type de produit qu’ils vendent, les restaurants précisent leur profil : bistrot, restaurant, vente à emporter, et tous définissent leur rayon d’action.

Enfin, le commerçant saisit les produits qu’il a en surstock en indiquant un maximum d’informations ainsi que la photo du produit. Lorsque la notification est envoyée, celui qui souhaite bénéficier de ces produits indique ce qui l’intéresse et c’est alors que commence une conversation avec le commerçant et le bénéficiaire.

Pour le moment, Fresh Me Up n’est implanté qu’en région parisienne et de nombreux arrondissements de Paris ont fait appel à cette plateforme. Si Fresh Me Up a déjà conquis de nombreux restaurateurs et associations, il n’est pas impossible d’étendre le concept pour les cantines, les hôpitaux et autres pôles de restauration collective. Et qui sait, peut-être qu’un jour Fresh Me Up s’implantera partout en France et ainsi la révolution du bien manger sans gâcher deviendra une norme.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Une très bonne initiative, et pas si cher (et surtout gratuite pour les associations ce qui est super classe) mais du coup, les marchandises sortent des contrôles d’hygiènes classiques, la traçabilité semblent amoindrie.
    En outre, j’ai du mal à imaginer que cela se ressentira dans le prix des menus chez les restaurateurs…

Moi aussi je donne mon avis