Une éponge miracle détruirait les cellules du cancer

Une éponge découverte au large de l’Alaska présente des molécules qui détruisent les cellules du cancer du pancréas. Sa composition chimique pourrait être utilisée pour mettre au point un traitement médicamenteux.

Rédigé par Émilia Capitaine, le 13 Aug 2017, à 8 h 48 min

Une éponge découverte au large de l’Alaska présente des molécules capables de détruire les cellules cancéreuses pancréatiques. Elle représente un véritable espoir dans la lutte contre le cancer du pancréas, l’un des plus agressifs et les moins bien soignés à ce jour.

Une éponge possède des molécules efficaces contre le cancer du pancréas

Lorsque cette éponge a été découverte pour la première fois au large de l’Alaska, en 2005, lors d’une expédition d’exploration des écosystèmes sous-marins, personne ne devait soupçonner ses vertus thérapeutiques miraculeuses. Et pourtant, après avoir effectué des tests en laboratoire, des scientifiques ont découvert que cette éponge, baptisée « Latrunculia austini », disposait de molécules capables de détruire sélectivement les cellules du cancer du pancréas.

pancreas

Le pancréas ©goa novi

Cette éponge pourrait révolutionner le traitement du cancer du pancréas, qui reste à ce jour l’un des cancers les plus agressifs et contre lequel la médecine a peu d’armes. « C’est sans aucun doute la molécule la plus active contre le cancer du pancréas que nous voyons », confie Mark Hamman, chercheur à la faculté de médecine de l’Université de Caroline du Sud.

Un espoir pour le traitement du cancer du pancréas

Les propriétés de cette éponge, qui vit à une profondeur variant de 70 à 220 mètres, s’expliqueraient par le milieu hostile dans lequel elle évolue. En effet, la « Latrunculia austini » a développé un système de défense pour se protéger des prédateurs et survivre aux habitats extrêmes.

Sa capacité à détruire les cellules pancréatiques cancéreuses représente un véritable espoir pour la médecine et les patients souffrant de tumeurs du pancréas. En effet, le cancer du pancréas progressant lentement, il est souvent diagnostiqué trop tardivement, ce qui réduit les chances de survie des malades. L’American Cancer Society estime ainsi que les chances de survie à cinq ans d’un patient ne sont que de 14 %. À titre de comparaison, les chances de survie à cinq ans d’un cancer de la prostate sont de plus de 90 %.

La composition chimique de la « Latrunculia austini » pourrait permettre de concevoir un traitement plus efficace contre le cancer du pancréas, et ainsi d’améliorer le taux de survie. Mais cette éponge étant difficile d’accès, des scientifiques de l’Université d’Hawaï essaient de synthétiser ses molécules, afin d’accélérer la mise au point d’un traitement médicamenteux.

Illustration bannière : l’éponge Latrunculia austini – capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis