« L’audace, c’est créer sa vie » : Pierre Moorkens témoigne

Dans le cadre de la rentrée, consoGlobe, en partenariat avec le mouvement DareDo (« Oser Faire » en français), vous apporte des témoignages et des clés pour vous aider à développer votre audace ordinaire. Pas celle de l’héroïsme inatteignable, mais celle des petites et grandes victoires quotidiennes sur soi.

Rédigé par Stephen Boucher, le 3 Sep 2016, à 9 h 00 min

Aujourd’hui, nous vous apportons le témoignage de Pierre Moorkens, un homme qui a lancé avec ambition et succès un nombre impressionnant d’entreprises. Humaniste dans l’âme, il soutient activement le mouvement DareDo.

consoGlobe – Pierre Moorkens, parlez-moi des circonstances dans votre vie dans lesquelles vous pensez avoir fait preuve d’audace.

pierre moorkensPierre Moorkens – Audace est un mot que je n’ai jamais utilisé, même « oser ». C’est vrai que j’ai fait plein de choses dans ma vie, aux yeux des autres parfois folles, comme reprendre le site de Renault Vilvoorde, mais je n’avais pas peur. Pour moi, on peut avoir de l’audace quand on a une passion, ou quand c’est utile. Un jour j’étais au Zimbabwe avec mon épouse, ma fille et son compagnon. On voit un grand pont où des personnes se jettent en élastique. Le compagnon de ma fille me dit « je vais essayer », il avait une trouille bleue. Moi ça ne me viendrait pas à l’idée, je n’ai aucune envie de faire ce genre de chose, aussi parce que je ne vois pas l’utilité de la chose.

Donc pour qu’il y ait audace, il faut que ça ait du sens, qu’on y trouve un bénéfice, un avantage. L’audace nécessite aussi une forme de confiance en soi. Mais l’audace est surtout poussée par la notion d’utilité, de sens.

consoGlobe – Alors, justement, dans cette vision de l’audace comme quelque chose d’utile, qui permet de faire des choses qui font sens, quand pensez-vous en avoir eu ?

PM – J’ai repris l’usine de Renault Vilvoorde à l’époque. Cette usine était vide, fermée du jour au lendemain. La région flamande, Louis Schweitzer – le patron de Renault à l’époque – et le gouvernement flamand se sont mis d’accord pour que Renault la donne gratuitement. Le gouvernement voulait y réinstaller des entreprises innovantes gratuitement à condition qu’elles y créent des emplois.

Ils ont choisi quatre candidats, je voulais 4 ha sur les 16, et pour finir un très gros candidat s’est désisté. J’avais donc 10ha sur lesquels je devais créer 280 emplois totalement nouveaux pour recevoir ça gratuitement et j’avais 32 mois pour le faire. Certains me disaient « tu es fou ». Moi, je me suis dit « c’est un beau challenge » avec un avantage clair : 10ha près de Bruxelles. Donc très rapidement je m’y suis mis.

Sortir de sa zone de confort, c’est créer sa vie, c’est créer son histoire à soi, c’est devenir unique pour soi-même.

 

Téléchargez le livre de DareDo Vivre avec audace – Comment booster sa vie en sortant de sa zone de confort (première partie gratuite) !

consoGlobe.com – Est-ce que vous avez eu peur ?

PM – Non, j’ai eu confiance. Les gens me disaient me demandaient « comment tu as osé faire ça, tu n’avais pas d’entreprises pour embaucher autant de personnes », je ne pouvais créer avec mes sociétés existantes qu’une trentaine d’emplois, les autres j’ai dû les créer de toute pièce. Est-ce qu’il y a là derrière de l’audace… ? L’audace, c’est dépasser ses limites, ses peurs.

consoGlobe.com – Justement, Pierre Portevin et Daniel Kerrigan expliquent que l’audace c’est de sortir de sa zone de confort. Votre zone de confort, c’était vos entreprises existantes. Vous êtes allé plus loin et, il me semble, avez fait preuve d’audace. Quel aura donc été le moteur de celle-ci ?

PM – Faire des choses neuves m’a toujours passionné. Je suis très souple dans ma façon de faire. Les routines, je ne connais pas trop. Je n’ai pas peur du changement, quand quelque chose change, je m’y adapte. Ca fait partie de la vie, je suis accroché à rien, ni à l’argent, ni à une maison, à des biens. Je prends beaucoup de recul par rapport à tout ça. Ce qui me rend assez libre : l’échec ne me fait pas peur du tout. Je me trompe : OK, on met une croix dessus et on fait autre chose. Et je suis très créatif depuis ma tendre enfance, les bulletins à l’école le disaient : « Pierre rêve », « est dans la lune », « est distrait » : je laisse libre mon imagination et j’adore entreprendre des choses nouvelles, donc faire quelque chose de nouveau ne me fait pas peur, ça me stimule.

L’audace est une approche spirituelle… Certes le monde nous conditionne, mais au-delà on a une liberté d’adhérer ou non, de créer sa vie.

 

consoGlobe – Et comment réagissait votre entourage ?

PM – Pour être franc, je n’ai pas eu tellement de critiques, c’était plutôt de l’admiration ou des questionnements. Je voyais plus dans leurs yeux la peur que « non il ne faut pas faire ça ». Peut-être que j’inspirais confiance dans mon projet. J’ai rarement eu à persuader les gens qu’il fallait le faire.

consoGlobe – Au fond, le secret, si je comprends votre parcours, c’est de se lancer, et donc d’avoir des projets qui font sens pour nous ? Ensuite l’énergie, qui peut paraître de l’audace pour les autres, vient naturellement, mais c’est le démarrage qui compte ?

PM – Sortir de sa zone de confort, c’est créer sa vie, c’est créer son histoire à soi, c’est devenir unique pour soi-même, pas tellement aux yeux des autres, c’est se réaliser soi, c’est une forme d’individuation. J’ai une croyance qui m’habite profondément : l’humain sur la Terre est la seule créature qui est inachevée. L’écureuil, le lion, le chat font exactement les gestes qu’il faut. Alors que l’humain non. Chaque jour est là pour me réaliser, me construire, me bâtir. On peut utiliser tout ce qui nous arrive, tout ce qui est autour de nous, pour faire grandir l’être qui est en nous.

Ça c’est une philosophie de vie qui m’habite et qui donne le sens à ma vie. Partant de cette philosophie-là, ça me paraît assez naturel d’aller à l’aventure tous les jours. Je ne dis pas que chaque jour est une aventure, mais chaque jour qui se présente à moi peut présenter de l’intérêt, m’apporte quelque chose dans la prise de recul, me permet de nuancer les choses, de voir les choses avec un angle plus large. Cette largesse me donne en même temps une forme d’assurance dans les décisions qu’on prend, même en acceptant l’échec.

consoGlobe – En somme, là où d’autres emploient le mot audace, vous employez le mot entrepreneuriat ?

PM – Oui, l’audace, c’est prendre sa vie en main, c’est l’histoire de la création inachevée. C’est donc une approche spirituelle : on est doté de perceptions, de compréhension, de qualités qui sont exceptionnelles par rapport à l’animal pur, et on est excessivement libres. Nous avons une la liberté totale. Certes le monde nous conditionne, mais au-delà on a une liberté d’adhérer ou non, de créer sa vie.

consoGlobe – Y a-t-il d’autres domaines de votre vie où vous aimeriez être un peu plus audacieux ?

PM – Au fil du temps, depuis un an, je fais de plus en plus de conférences, 120 par an aujourd’hui. Non pas que je n’aurais pas osé avant, mais je me sens de plus en plus à l’aise et authentique. J’acquiers une forme de confiance, alors que je ne l’imaginais pas avant. C’est de nouveau une question de confiance en soi, à la base de l’audace intelligente.

La question à se poser tout le temps c’est : qui suis-je, si je gratte au fond de moi, quelles sont mes vraies motivations, qu’est-ce qui me donne du peps ?

 

PM – Maintenant, si je dois développer de l’audace, ça sera par rapport à l’humanité : c’est toujours le prisme de nos valeurs qui permet d’aller plus loin. J’aimerais plus haranguer les foules sur la prise de conscience de ce qu’est un être humain, sur notre devenir, par exemple sur la notion d’éducation, l’enseignement national. Tout ce qui se passe aujourd’hui, c’est parce qu’à la base, la véritable éducation au développement de l’être ne se fait pas, on est encore au bourrage de crane, au jugement « tu es bon, tu es mauvais », alors que quand on voit un bébé, des enfants, ce sont des boules d’apprentissage, et on les déforme complètement. Mon audace : c’est là que je veux la développer.

consoGlobe – Comment ?

PM – Je veux accepter plus de défis dans ce sens-là. Ce qui me frappe le plus, c’est l’ignorance de la connaissance de soi, c’est ce qui me motive, et donc je me demande ce que je peux faire pour tout ça, être plus attentif aux éléments, c’est aussi faire de la méditation, prendre du temps pour entendre des choses au fond de moi, les limites intérieures à dépasser, ce sont souvent des limites, souvent par rapport au regard des autres, je suis assez libre de ce coté-là, mais il y a moyen d’aller plus loin. Le monde est en recherche de sens, on le voit aussi bien dans les entreprises, dans la jeunesse, c’est une très belle chose, mais donc s’il y a de l’audace à avoir, c’est d’oser parler de tout ça, sans moraliser, par ouverture à la conscience de l’autre, dans l’authenticité, c’est ce qui touche le plus les gens.

consoGlobe – Si vous deviez retenir un conseil à partager à nos lecteurs : comment développer cette vision positive qui va donner de l’audace à chacun dans sa vie ?

PM – La question à se poser tout le temps c’est : qui suis-je, si je gratte au fond de moi, quelles sont mes vraies motivations, qu’est-ce qui me donne du peps ? En se rappelant dans sa vie les moments où vraiment on a vibré, et quelles étaient les racines de cette émotion, quelle est ma nature première qui était en moi qui m’a fait vivre ces moments exceptionnels, et qu’est-ce que je peux faire de ces émotions profondes dans ma vie, vis-à-vis de mon entourage, de mon métier, de mes hobbies, de mes relations familiales ? Il s’agit donc de retrouver son âme d’enfance, et de se reconnecter à ça, et de voir si je peux la vivre dans le contexte où je suis. On peut faire n’importe quel métier avec des motivations très différentes, qui donnent du plaisir et du sens.

Pour aller plus loin :

Soyez parmi les 100 premiers lecteurs pour bénéficier de conseils gratuits.

En partenariat avec DareDo, consoGlobe vous permet d’accéder gratuitement aux deux premiers chapitres de la première version de l’ouvrage et aux 100 premiers lecteurs l’ayant acheté en format électronique de bénéficier gratuitement des formations en ligne lancées prochainement par DareDo.

  • Les deux premiers chapitres sont téléchargeables gratuitement pour se faire une idée claire du champ des possibles qui s’offre à chacun.
  • Le livre complet (+ de 250 pages illustrées) est disponible au prix de 18,99 euros.
  • La première version du livre est ouverte aux commentaires. En fonction de ceux-ci, DareDo améliorera les prochaines éditions.
  • S’ils l’acceptent, les noms des 100 premiers acheteurs seront mis à l’honneur dans les nouvelles versions du livre pour les remercier de leur contribution.
  • Ils pourront aussi télécharger gratuitement les nouvelles versions, y compris dans d’autres formats électroniques (.mobi et .epub).
  • Et ils accèderont gratuitement aux premiers cours de formation à l’audace, diffusés en ligne à partir du mois d’octobre.

Le site de DareDo : www.daredo.net

Le lien pour télécharger le livre Vivre avec audace – Comment booster sa vie en sortant de sa zone de confort (première  gratuite).

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis