COP 23 : des avancées mais pas de décision majeure

La COP 23 s’est achevée le 17 novembre et force est de constater que le bilan de cette conférence sur le climat est bien décevant pour de nombreuses raisons.

Rédigé par Marine Tertrais, le 20 Nov 2017, à 10 h 25 min

Les négociateurs des Nations unies et les représentants des 195 pays membres de la Convention climat se sont réunis à Bonn, en Allemagne, pour 2 semaines de travaux sur le climat. À l’issue de cette conférence, que faut-il retenir ?

Des conclusions un peu décevantes

Les différents participants de la COP 23 se sont séparés samedi 17 novembre après 2 semaines de travaux. Aucune décision majeure n’a été prise mais ce n’était pas l’objectif. « Il a toujours été clair que nous ne signerions pas d’accords à Bonn comme ce fut le cas à Paris. Il s’agissait ici de franchir une étape intermédiaire importante dans la mise en oeuvre de l’Accord de Paris », a fait savoir Barbara Hendricks, ministre fédérale allemande de l’Environnement, lors d’une conférence de presse.

Les différents pays présents se sont mis d’accord afin de revoir leurs engagements pour permettre au monde de rester bien au-dessous de 2°C de réchauffement comme le stipule l’Accord de Paris de 2015. Ils ont décidé de faire le point fin 2018, à Katowice en Pologne, sur les émissions de gaz à effet de serre des pays les plus polluants mais aussi de finaliser toutes modalités de mise en application de l’accord de Paris qui doit être lancée à partir de 2020.

Lire aussi : Édito – Climat : à quoi bon les négociations annuelles internationales ?

Quelques points positifs

Des avancées ont tout de même été actées : pendant cette COP 23, une vingtaine de pays, dont la France, se sont engagés à sortir du charbon. Autre bonne nouvelle : l’attitude des États-Unis. « Contrairement à ce à quoi on pouvait attendre après les déclarations de Donald Trump cette année, les États-Unis n’ont pas fait preuve d’obstruction dans les discussions de cette COP 23 », s’est félicitée Barbara Hendricks. « Ils ont même adopté une attitude constructive et sont restés neutres. »

Il faut par ailleurs noter que le programme de travail sur l’agriculture et la sécurité alimentaire va rentrer dans le jeu des négociations climatiques. Cela faisait 6 ans que les ONG faisaient pression pour obtenir cette avancée. Enfin, la République Fédérale d’Allemagne s’est engagée à verser 50 millions d’euros dans le fonds d’adaptation, et 50 millions dans le fonds pour aider les pays les moins avancés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Cette initiative poussera peut-être d’autres pays à faire de même.

Illustration bannière : La France élue fossile du jour dès la 3e journée de la COP23 – Capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste web depuis 2010

3 commentaires Donnez votre avis
  1. C’est moi ou à chaque fois qu’il y a une COP le résultat est décevant ?!?

  2. Il ont bien mangé, bien bu,résultat la montage accouche d’une souris, encore de l’argent dépensé pour rien, de la pollution en plus.

  3. Deux semaines par an pour se concerter sur une question dont tout le reste dépend, et qu’il devient dangereusement urgent de résoudre, c’est de la poudre aux yeux.

    Il me paraît évident qu’il devrait y avoir un échange permanent, avec des réunions plus régulières (et sans doute plus courtes de ce fait), afin qu’il y ait une réelle discussion de fond sur le sujet, et non une simple délibération annuelle prise à la hâte pour que chacun puisse retourner à son quotidien le reste de l’année, avec une ou deux contraintes à rajouter à son agenda…

    Ce simple détail serait déjà un bon début, et c’est juste une question de volonté (si l’on veut se trouver de bonnes excuses on en aura toujours), mais on est encore loin de la prise de conscience dont on aurait besoin.

Moi aussi je donne mon avis