Convention Citoyenne pour le Climat : 150 Français choisis pour lutter contre le réchauffement climatique

La Convention Citoyenne pour le Climat a débuté vendredi 4 octobre. 150 citoyens représentatifs de la société française, ont été tirés au sort afin d’élaborer un plan pour lutter contre le réchauffement climatique.

Rédigé par Aurélie Giraud, le 12 Oct 2019, à 7 h 55 min

Emmanuel Macron avait annoncé, suite au Grand débat national, l’organisation d’une expérience pour le moins inédite, une Convention Citoyenne pour le Climat. Lancée vendredi 4 octobre, 150 Français ont été invités à débattre sur le réchauffement climatique. Tirés au sort, ils auront pour mission d’élaborer des propositions concrètes qui permettront de parvenir à une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 %, au minimum, d’ici 2030, afin d’accélérer la transition écologique.

L’objectif de la Convention Citoyenne pour le Climat

Telle une « France en miniature », l’État a rassemblé des citoyens qui vont travailler ensemble durant cette convention. Doivent en émerger des solutions afin de lutter contre le réchauffement climatique tout en évitant de nouvelles crises sociales comme celle des Gilets Jaunes.

Le gouvernement donne ainsi la chance aux citoyens d’être plus impliqués dans les choix politiques et environnementaux. Laurence Tubiana, la co-présidente du comité de gouvernance a indiqué : « j’ai la conviction que cette convention […] permettra d’avancer par-delà les blocages et de dessiner à travers les mesures qu’elle proposera une vision commune pour une transition écologique et juste ».

Dans La Lettre de mission du 2 juillet 2019, le Premier ministre, Édouard Philippe, a défini la structure de cette convention(1). Pour lui, cet exercice de grande ampleur vise à « impliquer toute la société dans la transition écologique, à travers un échantillon représentatif de citoyens ».

Il souhaite ainsi « enclencher une profonde transformation de nos modes de vie ». L’objectif est donc de viser la réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre comme l’indique la loi Climat énergie adoptée le 11 septembre 2019 qui s’est inscrite dans une urgence écologique et climatique.

Toutefois, de nombreuses associations écologistes jugent cet objectif de 40 % insuffisant pour ne pas dépasser les 1,5°C de réchauffement depuis l’ère pré-industrielle.

Des citoyens choisis pour représenter la société

Les 150 citoyens ont été tirés au sort au cours de l’été. Pour cela, 250.000 personnes ont été contactées selon leur âge, leur sexe, leur profil sociologique, leur travail et leur lieu de domicile, le gouvernement souhaitant reconstruire un panel de la population française.

Les membres de cette convention comptent donc 51 % de femmes et 49 % d’hommes et les niveaux de diplômes sont variés avec des citoyens non diplômés. Seront également présents des étudiants de 16 à 17 ans mais aussi des seniors. Certaines personnes habitent des quartiers prioritaires, d’autres vivent dans des communes appartenant à un grand pôle. Ils sont employés, cadres supérieurs, de professions intermédiaires, artisans ou agriculteurs.

Ces citoyens viennent de partout en France dont 1 % de Corse et des départements d’Outre-mer. Du 4 octobre au début janvier 2020, ils devront se rencontrer durant 6 week-ends de travail.

Démocratie participative – Les premiers travaux de la Convention Citoyenne pour le Climat permettront de développer une réflexion

La Convention a pour but de parvenir à des propositions concrètes. Le 25 avril dernier, Emmanuel Macron a indiqué que le résultat de la convention sera soumis « sans filtre » au vote parlementaire, à un référendum ou à application réglementaire directe.

Durant leurs premiers travaux, les membres de la Convention Citoyenne pour le Climat devront échanger avec des scientifiques du GIEC et des experts du climat pour comprendre les enjeux du réchauffement climatique et ses conséquences. Les citoyens devront se concerter pour réfléchir aux problèmes et aux blocages rencontrés aussi bien pour chaque Français individuellement mais aussi pour l’économie et la société en général.

Les 150 citoyens devront discuter chaque thématique que ce soit l’alimentation, le travail, la consommation, le transport ou le logement. Ils pourront explorer ces sujets et demander des informations complémentaires pour développer leur réflexion.

Comme l’explique Thierry Pech, coprésident du comité de gouvernance de la convention dans Reporterre, « On va demander aux citoyens non pas de produire du savoir ou de l’expertise, mais des jugements sur des situations et des propositions faites par de grands témoins. Ils vont devoir arbitrer et trouver le bon chemin pour accélérer la transition écologique »(2).

Du 25 au 26 janvier, ces mesures citoyennes seront présentées au gouvernement qui devra analyser le travail effectué. En attendant, conscients de l’urgence d’agir, ces citoyens devront s’atteler à cette tâche immense pour changer les comportements collectifs et individuels.

Illustration bannière : Démocratie participative – une convention citoyenne pour réfléchir à des solutions pour le climat – © Goodluz

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Ben voyons, il vaut mieux donner les clés du royaume à n’importe qui plutôt qu’aux scientifiques… Encore un enfumage de macron pour ne rien faire : Il va dire « regardez ils ne savent pas décider »…

Moi aussi je donne mon avis