Comment le goût vient-il aux bébés ?

Tout juste nés, les bébés ont déjà des préférences gustatives ! Comment est-ce possible ? Ce goût va-t-il évoluer ? Sera-t-il le même que celui des parents ?

Rédigé par Emma, le 23 Feb 2017, à 13 h 30 min
Comment le goût vient-il aux bébés ?
Précédent
Suivant

L’expérience de l’anis

Donc tout ce que mange la mère sera reconnu  – et accepté – plus facilement par l’enfant. C’est ce que Benoit Schaal appelle l’avant-goût. Elles vont participer à construire les préférences alimentaires de l’enfant, juste après la naissance, et plus tard dans leur vie.

goûtCela veut aussi dire que le contexte local de la cuisine sera reconnu. Une mère qui mange beaucoup d’épices, une autre qui adore les légumes et les fruits, une 3e qui préfère les aliments plus carnés, vont déterminer l’avant-goût de leurs enfants.

Le sucré : le goût du plaisir… et de l’énergie

Les récepteurs du goût sucré sur la langue sont connectés très tôt in utero à la chaine nerveuse qui activent les sensations de plaisir.

L’acide et l’amer, au contraire, sont liés aux réactions de dégoût et de rejet.

Mais le goût sucré est surtout lié à celui des glucides, principaux nutriments apportant de l’énergie via le lait. Les enfants reconnaissent donc la saveur qui va leur permettre de grandir. C’est la même chose pour le goût du gras (le lait maternel est un aliment riche en sucre et en graisses).

goûtParallèlement, le dégout pour l’acide et l’amer sont des comportements de défense : ils protègent l’enfant d’aliments potentiellement dangereux et toxiques.

À la naissance, le rôle de l’allaitement sur la diversification alimentaire

Après le liquide amniotique du foetus, vient l’alimentation lactée du bébé. Des études ont montré l’avantage de l’allaitement sur le biberon, à moyen terme.

Le lait maternel transmet lui aussi les saveurs des aliments ingérés par la mère. Plus la mère mangera varié, ou avec une alimentation très typée, plus l’enfant sera encore confronté à des flaveurs nouvelles. Et les appréciera.

goût

Les conséquences de ce constat se font plus tard : au moment de la diversification.

Une étude montre que les enfants allaités par des mères qui mangent régulièrement du carvi (on n’est pas loin de l’anis), apprécient la purée de pommes de terre parfumée au carvi quand ils commencent leur diversification alimentaire. Donc, l‘appréciation d’un aliment est augmentée lorsqu’il est déjà connu.

Mais l’étude montre aussi que les enfants non allaités apprécient aussi cette purée parfumée au carvi… Mais seulement au bout de deux semaines d’essai. L’acceptation est plus longue, mais elle finit par se faire aussi !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Le concept de mémoire gustative, de transmission génétique du goût, est très intéressant…alors autant commencer par de bonnes choses:-)

  2. Super bien cet article

Moi aussi je donne mon avis