Comment le goût vient-il aux bébés ?

Tout juste nés, les bébés ont déjà des préférences gustatives ! Comment est-ce possible ? Ce goût va-t-il évoluer ? Sera-t-il le même que celui des parents ?

Rédigé par Emma, le 23 Feb 2017, à 13 h 30 min

Voilà de quoi répondre à toutes ces questions sur la naissance de notre sens le plus complexe.

L’éveil des papilles : une alchimie fine

Les scientifiques s’accordent à parler des « 1.000 jours » pour évoquer l’empreinte nutritionnelle de chaque être humain. Il s’agit de la programmation métabolique de chacun d’entre nous, qui va déterminer nos goûts et nos préférences alimentaires.

Tout commence in utero

Les futurs enfants sont exposés à tout ce que mange leur maman. Les saveurs des aliments ingérés passent dans le liquide amniotique dans lequel baigne le foetus qui avale ce liquide.

On sait que le foetus développe très tôt les papilles de la langue qui vont lui servir à distinguer les saveurs (acide, amer, sucré, salé et umami) : dès la 7e semaine, c’est-à-dire avant la fin du 2e mois de grossesse, et jusqu’à la 15e semaine.

Les récepteurs du goût : génétiquement programmés

Les chercheurs s’accordent à dire que les récepteurs du goût sur la langue (les papilles, qui sont capables d’analyser les cinq saveurs) sont génétiquement programmés et propres à chacun. Des observations sur les prématurés de deux à trois mois montrent qu’ils ont déjà toutes leurs papilles gustatives.

goût

© CC, Kjell ANDRÉ d’après Antimoni

Ce qui implique que chacun aura une sensibilité gustative propre, avec des seuils de perception prédéterminés. Certains seront donc très sensibles à certains goûts (on les appellera « goûteurs ») et d’autres le seront moins (les « non-goûteurs »). C’est la même chose pour les odeurs. Leurs seuils sont génétiquement déterminés.

Les autres sens nécessaires à la gustation (le fait de mettre en bouche et de déguster) que sont le toucher et l’odorat se développent aussi in utero. L’odorat et la gustation composent la flaveur des aliments (saveur et odeur).

L’expérience de l’anis

Le chercheur au CNRS Benoit Schaal l’a vérifié par une expérience avec de l’anis(2). Il a proposé à des femmes enceintes des sucreries à base d’anis une dizaine de jours avant l’accouchement. Puis il a évalué le comportement alimentaire des bébés quatre jours après leur naissance en leur faisant sentir l’odeur de l’anis ainsi qu’une autre odeur.

goûtLes bébés des mères qui n’avaient pas mangé de bonbons à l’anis n’ont réagi à aucune des odeurs, mais ceux dont les mères avaient mangé les bonbons ont tous tourné la tête vers l’odeur d’anis.

Lire page suivante : l’expérience de l’anis (suite)

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Le concept de mémoire gustative, de transmission génétique du goût, est très intéressant…alors autant commencer par de bonnes choses:-)

  2. Super bien cet article

Moi aussi je donne mon avis