Chaudière à condensation et gaz naturel, le duo confort gagnant

Exit les chaudières basses températures, place aux installations à hautes performances énergétiques (HPE), moins gourmandes en énergie grâce à leur système de récupération de chaleur… Parmi elles, zoom sur les chaudières à condensation au gaz naturel pour un chauffage économique et plus respectueux de l’environnement.

Rédigé par Séverine Bascot, le 9 Feb 2018, à 16 h 30 min
Cet article a été sponsorisé, mais nous gardons
notre liberté éditoriale et y avons écrit ce que nous pensons.

Qu’il s’agisse de construction ou de rénovation d’un logement, la question du système de chauffage et de production d’eau chaude est au coeur des préoccupations. Pour des raisons de confort et d’économies, beaucoup de Français optent pour une chaudière à condensation au gaz, et voici pourquoi.

Qu’est-ce qu’une chaudière à condensation au gaz naturel ?

Partons du postulat élémentaire que toute combustion génère de la vapeur d’eau. Les chaudières domestiques « classiques » évacuent cette vapeur, pourtant chargée d’une certaine quantité de chaleur exploitable, par un conduit d’évacuation : une déperdition totalement contre-productive !

chaudière condensation gaz

© Rawpixel.com

En rénovant son système de chauffage vétuste avec une chaudière à condensation, on parvient non seulement à mieux répondre aux besoins de chauffage et d’eau chaude sanitaire de son foyer, mais aussi à réduire sa consommation et à alléger sa facture énergétique. Déjà très répandues sur le marché, les chaudières à condensation au gaz naturel sont fiables et performantes, et répondent aux exigences des règlements européens et nationaux en vigueur.

Comment fonctionne une chaudière à condensation ?

Pour produire de la chaleur, la chaudière à condensation brûle évidemment du gaz, mais elle récupère également une énergie qui serait perdue par une chaudière classique : la chaleur dégagée par la condensation de la vapeur d’eau présente dans les produits de combustion.

Comprendre le fonctionnement d’une chaudière à condensation

Ce type de chaudière va extraire l’intégralité, ou presque, de la chaleur contenue dans les effluents gazeux avant qu’ils ne soient définitivement évacués par la cheminée, pour la réinjecter dans l’installation de chauffage.

chaudière à condensation, fonctionnement, chaudière condensation gaz

Le fonctionnement d’une chaudière à condensation au gaz naturel © GRDF

Ce système permet donc de chauffer plus, avec moins d’énergie : un rendement optimisé qui procure un maximum de confort, une meilleure maîtrise de la consommation d’énergie et une limitation des rejets polluants.

Pourquoi choisir la chaudière à condensation ?

Plusieurs raisons pour opter pour la chaudière gaz condensation, la chaudière gaz naturel la plus performante :

  • adaptable à tous les besoins, dans le neuf comme dans l’ancien ;
  • jusqu’à 30 % d’économies d’énergie sur les consommations(1) ;
  • équipement unique pour le chauffage et la production d’eau chaude ;
  • technologie fiable que maîtrise l’ensemble des fabricants et des installateurs ;
  • régulation possible avec un smartphone pour certains types de chaudières ;
  • design moderne et discret qui s’accorde à l’intérieur des logements ;
  • confort optimal.

De plus, si on l’associe à une énergie renouvelable de type solaire, la chaudière à condensation est l’une des références les plus économiques et respectueuses de l’environnement sur le marché : un rendement optimal et une empreinte écologique réduite au strict minimum.

Quel budget pour une chaudière gaz condensation ?

Suivant la marque et le modèle, le prix varie en moyenne entre 3.000 à 5.000 euros pour les modèles les plus économiques.

Les aides financières à la rénovation

En installant une chaudière à condensation, vous pouvez éventuellement bénéficier des aides suivantes :

GRDF, le gestionnaire de réseau de distribution de gaz naturel en France chargé d’une mission de service public, informe sur le gaz naturel et ses usages, ainsi que sur les différentes solutions de chauffage gaz naturel. Des experts vous contactent dans les 48h pour répondre à vos questions et imaginer une installation optimale en fonction de votre projet et de votre budget.

Illustration bannière : Femme bien au chaud chez elle – © Oksana Yurlova
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. ConsoGlobe doit avoir des action dans ce mode de chauffage pour nous mettre cet article à toutes les sauces.

  2. Bonjour , Quelle marque me conseillez-vous ? Je vais en installer 1 au printemps .
    Merci

  3. J’ai chauffé mon Pavilion avec une chaudière fonte atmosphérique durant 30 ans.Avant mon départ en retraite j’ai prévu le remplacement de celle ci pour mieux revendre la maison .La maison n’est encore pas mis en vente que ma régulation m’a laché. Plus de chauffage ni eau chaude.J’étais technicien énergétique il y a encore un an.Facile encore pour moi de la remplacer,pas de main d’oeuvre ni déplacement mais je l’ai payé 370 £ quand même alors que ça n’étais que la petite batterie bouton HS et qui doit coûter 20£ mais introuvable car la régule est fabriqué au Japon d’après le fournisseur de chaudière allemande de couleur bleu.(elle est introuvable chez les fournisseurs de pile pour ne pas en citer. Ou son passé les 30% d’économie.Aujourd’hui le technicien ne doit pas perdre son temps a dépanner.Il lui est conseillé de remplacer des pièces .La marge prise par employeur et bien plus bénéfique pour l’employeur.Dans ma nouvelle maison se sera une chaudière Electrique du plus simple apparat piloté par une régule acheté dans un magasin de bricolage.Celle que je possédais avec l’autre chaudière venait de la grande distribution et je l’ai remise en service chez qu’elle q’un.

  4. Mon chauffagiste m’a dit que l’économie de 30%, c’est par rapport aux très anciennes chaudières d’il y a 40 ans.
    Mais les chaudières ont progressé au fur et à mesure du temps. Les anciennes chauffaient la pièce dans laquelle elles étaient (buanderie, chaufferie), quelques années plus tard, la carcasse a été bien isolée pour éviter ces déperditions, et les gens n’avaient plus très chaud dans la chaufferie, alors, ils faisaient installer un petit radiateur qu’ils ouvraient ou fermaient suivant besoin.

    Actuellement entre une chaudière basse température donc récente et une à condensation, l’économie est au mieux de 10%, mais pas toujours. Parfois ça ne condense pas, donc ça n’économise pas.

    Il est bon lorsqu’on a un chauffage central de bien calorifuger les tuyaux qui alimentent les radiateurs, il ne suffit pas d’y mettre un manchon, il faut que ce manchon soit bien étanche, sinon ça n’a pas grand effet.

    Il n’en demeure pas moins, qu’il faut que la maison soit bien isolée : combles murs, avant même de penser aux fenêtres.

    Mais qui dit isolation, dit ventilation, sinon on fait une cocotte minute, et bonjour la condensation et le moisissures. Donc système de VMC obligatoire pour conserver une maison saine.

    Les nouvelles chaudières ont le mérite d’être étanches, donc pas besoin d’entrées d’air basses qui refroidissent la cuisine et que beaucoup de gens bouchent en tout ou partie ce qu’i est dangereux.

    Reste qu’on a des frais fixes : 200 euro par an d’abonnement + 120 euro d’entretien annuel obligatoire, ce qui fait 320 euro hors consommation.

    Et le gaz dont le prix diminue à la fin du printemps et qui augmente à l’entrée de l’hiver. Il a pris dernièrement 6% il me semble.

    Reste qu’il faut savoir utiliser son chauffage, et là, il y aurait beaucoup à dire.

Moi aussi je donne mon avis