Bois de chauffage : 4 astuces pratiques pour savoir si le bois est bien sec

Si le pouvoir calorifique du bois brûlé dans les poêles et cheminées dépend bien sûr de sa qualité, son taux d’humidité est tout aussi important. Pour une efficacité optimale de combustion, le bois de chauffage doit ainsi être suffisamment sec. Comment s’en assurer ? Avec ces quelques astuces aussi simples qu’efficaces.

Rédigé par Cecile, le 28 Oct 2022, à 11 h 26 min
Bois de chauffage : 4 astuces pratiques pour savoir si le bois est bien sec
Précédent
Suivant

Les températures commencent doucement à baisser, l’occasion, si ce n’est déjà fait, d’allumer un bon feu pour se réchauffer. Un moyen de chauffage aussi agréable qu’efficace, si tant est que le bois utilisé est de bonne qualité et assez sec.

Il est primordial d’utiliser du bois sec pour se chauffer

Il est en effet indispensable d’employer du bois sec pour se chauffer, afin que ce dernier brûle efficacement. Un bois trop vert, ou trop humide, aura en effet tendance à moins bien se consumer tout en créant davantage de fumée qui encrassera alors les conduits. Au final : allumer votre cheminée ou votre poêle à bois ne sera pas aussi efficace qu’attendu et vous devrez procéder à un ramonage plus rapidement. En outre, un bois trop humide créera trop de particules fines en brûlant, lesquelles sont dangereuses pour la santé. Il est donc important d’utiliser du bois de chauffage dont le taux d’humidité lui confère un bon rendement énergétique.

Quel est le bon taux d’humidité du bois de chauffage ?

Pour une bonne combustion, le bois de chauffage doit présenter un taux d’humidité inférieur à 20 %. Il est ainsi estimé qu’une bûche présentant 30 ou 40 % d’humidité lors de sa combustion entraînera une perte d’environ 25 % de pouvoir calorifique, comparé à un bois de chauffage suffisamment sec.

À noter que le stockage du bois de chauffage est également très important, car un bois mal stocké peut reprendre de l’humidité et se mettre à pourrir. Il perd alors en rendement énergétique et libère davantage de polluants dans l’air durant sa combustion.

Pour en savoir plus sur le stockage du bois de chauffage, lire notre article : « Stocker son bois de chauffage, ces erreurs courantes qui nuisent à son pouvoir calorifique ».

Savoir si le bois de chauffage est sec avant de le brûler

Quel temps de séchage pour du bois vert ?

Si votre bois est vert, il faut donc le faire sécher suffisamment de temps pour obtenir le bon taux d’humidité. Les indications ci-dessous vous aideront :

Bois stocké sous abris :

  • 33 cm en quartiers : 15 mois de séchage.
  • 33 cm en rondins : 17 mois de séchage.

Bois stocké à l’air libre :

  • 1 m3 en quartiers : 18 mois de séchage.
  • 1 m3 en rondins : + de 24 mois de séchage.

Ces indications ne tiennent pas compte du climat et de l’essence du bois, c’est pourquoi, avant de brûler du bois que l’on a fait sécher, il convient de s’assurer de son taux d’humidité.

À lire aussi : Quel est le meilleur bois de chauffage pour votre poêle ?

Comment savoir si le bois de chauffage est bien sec ?

Plusieurs astuces existent pour savoir si le bois de chauffage est encore vert ou si au contraire, s’il peut être brûlé.

1 – Le test du liquide vaisselle en soufflant au travers du bois

L’une des astuces pour savoir si le taux d’humidité du bois n’est pas trop élevé requiert simplement un peu de liquide vaisselle. Appliquez-en à l’une des extrémités de la bûche, puis placez vote bouche à l’extrémité inverse et soufflez !

Si des bulles ou de la mousse se forment, c’est que le bois est suffisamment sec. Pourquoi ? Car, ce sont les veines du bois qui transportent l’eau. Lorsqu’elles sont assez sèches, l’air parvient à circuler librement et donc à créer des bulles avec le liquide vaisselle.

2 – Le test d’impact entre deux bûches

Autre manière de s’assurer que son bois de chauffage n’est pas trop humide : frapper deux bûches l’une contre l’autre. Le bois sec émet alors un son résonnant. A contrario, deux bûches trop humides seront peu sonores en cas d’impact.

Attention toutefois, ce test peut être faussé par les conditions météorologiques. En période de basses températures, le bois qui devient froid peut alors émettre un son résonnant quand bien même il est encore humide en son coeur.

S'assurer du taux d'humidité des bûches pour le chauffage

3 – Le test visuel : évaluer le bois de chauffage à l’oeil nu

Pour parvenir à savoir si le bois que vous vous apprêtez à brûler est assez sec, vous pouvez aussi l’observer. La bûche, en quartier comme en rondin, doit être :

  • propre,
  • sèche,
  • dure,
  • fissurée aux extrémités,
  • sans champignons ou moisissures,
  • inodore,
  • dotée de cernes de croissance,
  • de couleur claire.

4 – Le test du taux d’humidité : se servir d’un humidimètre

Enfin, pour mesurer précisément le taux d’humidité du bois et savoir s’il peut être employé dans un poêle ou une cheminée, l’humidimètre est un bon appareil. En vente sur Internet et dans la plupart des magasins de bricolage, il s’avère très efficace.

Pour l’utiliser, il convient d’effectuer des mesures à différents endroits du tas de bois, puis fendre en deux ses bûches pour mesurer l’humidité de manière précise au coeur du bois.

utiliser un humidimètre pour mesurer l'humidité du bois de chauffage

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis