Charles Braine, l’écolo devenu pêcheur breton

Rédigé par Annabelle, le 29 Nov 2012, à 15 h 26 min

Dans la famille écolo, on connaissait déjà le journaliste qui devient élu chez les Verts ou le présentateur télé qui se lance comme candidat aux primaires de son parti. Dans la même veine de la reconversion professionnelle, on retrouve Charles Braine. Lui fait un peu les choses à l’envers. A la tête du programme Pêche Durable du WWF pendant 4 ans, le jeune homme a décidé de rejoindre le terrain pour de bon. Le cadre parisien est devenu pêcheur breton.

Pêche durable, de la théorie à la pratique

Un parcours atypique, ça, c’est le moins que l’on puisse dire ! Charles Braine, la trentaine, a toujours évolué dans le monde halieutique. Son diplôme d’ingénieur halieute en poche, il devient mareyeur sur le marché de Rungis puis en Bretagne. Quelques petits jobs plus tard et une mission pour un bureau d’études spécialisé n’ont fait que révéler sa fibre écolo. Ensuite, les circonstances de la vie l’amènent à remplacer un ancien « pote de promo » au WWF.
Mais très vite, Charles Braine s’aperçoit qu’il lui faut plus. Rester derrière son écran d’ordinateur à tenter de changer le monde et la mer ne lui suffit plus. Le jeune homme aspire à autre chose. S’il croit en la préservation des ressources, il veut se lancer, tête la première.

Plus de discours mais de l’action !

Charles Braine se montre très critique vis-à-vis de son ancien milieu : «Les écolos, eux, gagneraient à mieux connaître le métier dont ils parlent. Les ONG font parfois des raccourcis incroyables, ne comprennent pas qu’il y a différentes pratiques de pêche.» Alors, aux paroles, lui a préféré l’action.

Changement de cap radical donc pour l’ancien responsable du programme Pêche Durable du WWF. Le jeune homme veut savoir de quoi il parle, vraiment. Quel moyen pouvait-il trouver pour connaître précisément le quotidien des pêcheurs et les contraintes de la pêche durable ? Enfiler la salopette jaune et se lever à 1h du matin devient donc une évidence…

Bateau de pêche artisanale. © MAAE / F. de la Mure

« J’avais envie de soupeser ce qu’est une journée de travail, de revenir le soir avec trois caisses de poissons. […] Et puis, après avoir raconté à tout le monde comment il faut faire pour pêcher en préservant la ressource, je voulais savoir si j’en étais capable.»

Et c’est ainsi que l’ancien membre du WWF devient Patron Pêcheur dans les Côtes d’Armor. Mais sans laisser de côté sa part de militantisme : en plus des heures passées seul en mer pour ramener mulets et crustacés, l’écolo-pêcheur participe à la création d’une association de la petite pêche française qui soutient la pêche artisanale. Il travaille aussi en parallèle à la construction d’un navire du futur éco-conçu et fonctionnant à l’hydrogène ou à l’électricité.

D’autres idées mordent à l’hameçon : relancer la vente directe pour une meilleure rémunération des pêcheurs et un prix plus raisonnable pour le consommateur ; acheminer les prises par trains de nuit pour alléger le bilan carbone… Bref, malgré une activité éreintante, Charles Braine fait preuve d’énergie et de courage à toute épreuve !

Un grand bravo à ce jeune homme qui suit ses convictions autant que ses rêves.

*

Je réagis

Sur la pêche :

Source : Libération, Charles Braine veut réconcilier le vert et l’hameçon / Image à la Une : © Regine LE LEM

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. c’est tres courageux de changer un metier et pour etre ecolo , il parle mais passe a l action aussi … ça serais bien que les autres fassent comme lui et pecher moins de poissons …un grand bravo a charles…. c’est un exemple a faire …

Moi aussi je donne mon avis