Charcuterie : bientôt une ‘taxe nitrites’ ?

Les députés ont adopté en commission un amendement visant à taxer la viande transformée contenant des sels nitrités.

Rédigé par Anton Kunin, le 17 Oct 2019, à 9 h 30 min

Alors que le caractère cancérogène des nitrites ne fait plus de doute au sein de la communauté scientifique, le 22 octobre 2019 dans l’hémicycle, les députés s’apprêtent à examiner l’instauration d’une taxe sur ces additifs.

Après la « taxe soda », une « taxe nitrites » ?

Une cinquantaine de députés, Richard Ramos (Modem) en tête, ont co-signé le 15 octobre 2019 un amendement visant à taxer les produits de charcuterie contenant des nitrites, ou E250, un conservateurs alimentaires controversés. « Le caractère cancérogène de la charcuterie tient à l’ajout d’additifs nitrés dans les produits de charcuterie (nitrates, nitrites, sel nitrité), alors que ces additifs ne sont pas nécessaires. La contribution envisagée […] vise, en augmentant le prix de ces produits, à dissuader le consommateur et à l’orienter vers des produits similaires mais exempts d’additifs nitrés », expliquent les auteurs de l’amendement dans leur exposé.

Lire aussi : Les polluants les plus fréquents dans notre alimentation

Richard Ramos estime qu’une telle taxe pourrait avoir le même effet que la « taxe soda », entrée en vigueur au 1er juillet 2018. À l’époque, les fabricants de sodas s’étaient vus contraints de diminuer drastiquement la teneur en sucre de leurs boissons.

Le député espère donc que les marques de charcuterie en fassent de même concernant les nitrites. Dans un premier temps, la taxe serait de 10 centimes par kilo de produit, mais serait relevée au 1er janvier de chaque année à compter de 2021.

Les nitrites sont responsables de cancers

charcuterie nitrites

Les nitrites dans la charcuterie sont cancérigènes. – © Lyashenko Egor

Le principal danger des nitrites est qu’au contact de la viande, ils produisent des nitrosamines, qui causent le cancer colorectal. En avril 2019, une étude de l’université d’Oxford avait montré qu’une consommation quotidienne de 25 grammes de viande transformée augmentait de 20 % le risque de développer un cancer colorectal. Et selon l’organisme public britannique Cancer Research UK, 21 % des cancers colorectaux sont dus à la consommation de viande transformée.

Et l‘impact négatif des nitrites ne se limite pas au risque de cancer colorectal. Une étude de l’Université de Glasgow, réalisée en 2018 avec l’appui de la base de données UK Biobank (273.500 femmes âgées de 40 à 69 ans) avait montré qu’il y avait un lien entre consommation de viande transformée et le risque pour une femme de développer un cancer du sein.

La même année, une étude de l’École de médecine de l’université Johns Hopkins (États-Unis) avait démontré l’existence d’un lien entre la consommation de nitrites et l’apparition de problèmes de santé mentale : sur dix ans, les patients maniaques hospitalisés étaient trois fois plus nombreux à avoir consommé de la viande traitée aux nitrites que la moyenne des habitants aux États-Unis.

Illustration bannière : Les nitrites dans la charcuterie sont dénoncés depuis des années. – © Natalia Van Doninck
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. INTERDIRE LES NITRITES.PAS TAXER: TAXER , C’EST DU VOL ORGANISE

  2. Encore une taxe de plus! Le gouvernement ne sait pas quoi inventer pour nous plumer un peu plus. Si les nitrites provoquent le cancer , ils faut les interdire, les taxer c’est se faire du gras sur notre santé sans la moindre vergogne! Honte àtousces gens qui ne pensent qu’au fric et semoquent bien de nous

Moi aussi je donne mon avis