15 astuces pour une chambre d’enfant saine

La pollution intérieure qui s’invite dans nos maisons menace notre santé et celle de nos enfants. Ces derniers y sont encore plus sensibles que les adultes et ont davantage tendance à développer des pathologies telles que des allergies, des troubles respiratoires et neurologiques, des intoxications aiguës.

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 17 Jan 2018, à 16 h 35 min
15 astuces pour une chambre d’enfant saine
Précédent
Suivant

Limiter les nids à poussière

Les peluches, c’est mignon et votre enfant ne s’endort sûrement qu’en serrant contre lui son doudou fétiche. Attention toutefois, sous leurs airs enjôleurs, les peluches s’avèrent être de véritables nids à poussières.

  • Pour limiter les dégâts, ne donner qu’une seule peluche à votre enfant que vous laverez en machine et protégez les autres dans des armoires, à l’abri de la poussière et des acariens.
Chambre enfant saine

Rangez les peluches dans un placard © Radu Bercan

  • Nettoyez doudous et jouets très régulièrement, avec des produits naturels bien entendu ! Faites de même avec les tapis et les rideaux. Nettoyez les jouets avec de l’eau tiède additionnée de bicarbonate de soude et de savon de Marseille en copeaux. Débarrassez les doudous et peluches des acariens en leur faisant passer un petit séjour dans le congélateur ! Le froid viendra à bout de ces parasites pour désinfecter les peluches, placez-les dans un sac congélation ou sachet plastique avec une bonne dose de bicarbonate. Secouez énergiquement et débarrassez de l’excédent en aspirant.
  • Choisissez des rideaux légers faciles et rapides à décrocher, lavables en machine.
  • Limitez également la présence de bibelots, cadres et étagères qui récoltent très vite la poussière. Si vous avez une moquette, aspirez-la 2 fois par semaine.

Le guide d’achat pour bien choisir les jouets

Lire page suivante : nettoyez la chambre avec des produits naturels

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

1 commentaire Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis