Pesticides : des résultats rassurants dans l’alimentaire

Pesticides : des résultats rassurants dans l'alimentaire
Vous aimez ? Partagez :

Une nouvelle un peu rassurante en ces temps de confiance relative vis à vie de l’industrie agro-alimentaire : le taux de résidus chimiques serait dans les normes.

Un taux de pesticides peu inquiétant

legumesAinsi l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a publié son rapport annuel sur les pesticides. 500 types d’aliments provenant des 27 pays membres de l’UE ont été testés afin de vérifier leur composition en termes sanitaires.

Les limites ne sont (globalement) pas atteintes

97% des aliments analysés ont un taux de résidus de produits chimiques inférieur aux limites maximales autorisées.

Parmi les aliments les plus sûrs, les viandes et les produits issus de l’agriculture biologique. A l’inverse, l’avoine, les fraises, les pêches et les laitues contiennent le plus de pesticides. En terme de fréquence, les choux, les poireaux et les pommes dépassent le plus souvent les limites maximales de résidus de pesticides.

*
Je réagis

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


8 commentaires Donnez votre avis
  1. il est très facile de critiquer l’agriculture et de demander aux agriculteurs de ne plus utiliser de pesticides (au pardon, nous devons employer le mot phytoparmaceutique et j’ ajouterai que les grands noms dans ce domaine sont aussi souvant de grands laboratoires de phamarcies et oui chimie quand tu nous tient!),mais quand vous livrez votre marchandise aux usines, elles vous demandent quasiment zéro défaut et si par malheur un seul et unique puceron se trouve sur une salade et vous vous retrouvez avec votre marchandise refuser, parce qu’aujourd’hui plus personne ne prend le temps d’ éplucher, de laver et rincer les légumes qu’ils achètent.
    En matière de « pesticide » 3 grandes catégories excistent : les fongicides,(lutte contre les champignons des plantes), les herbicides (lutte contre les plantes concurentes), et les plus nocife pour la santée les insecticides.

  2. Pas dans le Limousin car une alarme a été lancer par des médecins du grand sud-ouest à ce sujet… Et au vu de se que subissent nos campagnes je les crois aisément.

  3. ce n’est pas étonnant on s’attendais a quoi la grandes distribution ne peux pas en etre autrement

  4. Les fruits et légumes sont chers parce qu’ il y a des traitements. les produits bio sont plus chers parce qu’ il n’ y a pas de traitement. les seuls normes que je connaisse c’ est 0% de poison. si l’ on considère que pour la santé il faut manger 5 fruits et légumes empoisonnés par jour et pourquoi pas un paquet de tabac bourré de 4000 produits nocifs,On voit bien que l’ étude s’ inquiète de notre santé, mais d’ un autre côté que tu bouffe ou que tu ne bouffe pas tu crève quant même. ce qui me révolte c’ est que sur ces produits nocifs nous payons la TVA.

  5. La vraie question est de savoir si les limites sont les bonnes.Comme le faisait remarquer un chercheur , on ne trouve jamais que ce que l’on cherche.
    Compte tenu des autorisations données par nos gouvernants ,plutôt soumis aux lobbies, je suis plutôt dubitatif.

  6. Comment sont établies les normes ? qui détermine les taux « acceptables » ? Sur la base de quelles études ? Quid de l’effet « coktail » ? Sur un millier de substances chimiques autorisées dans l’alimentation mondiale l’OMS reconnait qu’une petite cinquantaine a fait l’objet d’étude… Et parmi ceux qui ont participé à ces études, certains explique en coulisse l’aspect totalement arbitraire des limites établies. Tout ça est une vaste fumisterie, et ce type d’article est un rassurant mensonge par omission.

    • Merci Mark, tu as posé toutes les questions que je voulais poser.
      Par contre, avant d’invectiver l’auteur de l’article, j’aimerais connaître sa réponse à ces questions.

  7. quand on sait que les limites maximales autorisées sont calculées généreusement pour faire plaisir à Monsanto et cie ….

Moi aussi je donne mon avis