Huile de palme, le point sur un aliment contesté

Rédigé par Jean-Marie, le 25 Oct 2011, à 18 h 16 min
Huile de palme, le point sur un aliment contesté

Depuis 40 ans, la consommation mondiale d’huile de palme double tous les 10 ans. Et chaque semaine, pour satisfaire l’industrie mondiale assoiffée d’huile de palme, 250 000 hectares de forêts disparaissent.  Malgré sa mauvaise réputation et bien qu’elle ne représente que 26 % des huiles végétales, l’huile de palme se retrouve partout. Faisons un point sur la situation.

L’huile de palme, une monoculture menace la biodiversité

huile de palmeBornéo : la forêt qui couvrait complètement l’île en 1950 est sur le point de disparaître si le rythme de déforestation de la forêt primaire ne ralentit pas.

L’huile de palme est tirée de la pulpe du fruit du palmier à huile. Les palmiers sont des plantes et non pas des arbres et les palmiers à huile capturent 3 fois moins de co2 que les arbres. La déforestation pour l’huile de palme a fait de l’Indonésie l’un des principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde.

huile-palme-PlantationCette déforestation menace gravement la biodiversité locale, très importante, des plus petits animaux aux plus grands dans des écosystème riches et fragiles.

Les palmiers sont des plantes et non pas des arbres et les palmiers à huile capturent 3 fois moins de co2 que les arbres. La déforestation pour l’huile de palme a fait de l’Indonésie l’un des principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde.

Effrayant – Chaque semaine, 250.000 hectares de forêts tropicales disparaissent, selon le WWF, pour alimenter une demande internationale en augmentation constante en produits contenant de l’huile de palme ou en viandes nourries au soja. Rien qu’en Indonésie, près de la moitié des forêts de Sumatra a disparu entre 1985 et 2007.

La production d’huile de palme

Première huile végétale sur le plan mondial devant le soja (26 % de la production totale), l’huile de palme connaît un développement impressionnant depuis les années 1980. Après l’Indonésie et la Malaisie, c’est l’Amérique du Sud et l’Afrique qui passe à l’huile de palme, une des cultures les plus rentables.

huile de palme

Cela s’explique par un rendement à l’hectare supérieur aux autres oléagineux (environ 8 fois supérieur à celui de l’huile de soja) et un faible coût de production (20 % de moins que l’huile de soja).

  • La Malaisie, 2ème pays producteur derrière l’Indonésie, est le 1er exportateur mondial d’huile de palme (47 % du total).

La consommation d’huile de palme : à quoi sert-elle ?

Environ 80 % de l’huile de palme sont consommés dans les pays du Sud, surtout comme huile de table. Dans les pays industrialisés,  l’huile de palme sert surtout comme matière première pour l’industrie agroalimentaire et, depuis quelques années, pour la production de biocarburant. L’huile de palme représentait en 2008 environ 10 % de la production de biodiesel.

Le grand avantage de l’huile de palme à part son prix très bas, est d’avoir une tenue et une consistance qui permettent de fabriquer des produits (gâteaux, chips, …)  qui se conservent longtemps et qui sont croustillants.

  • Principaux importateurs d’huile de palme en 2007-2008 en Mt :  Chine (6,05), UE (5,7).

L’effet de l’huile de palme sur la santé

Or, l’huile de palme particulièrement riche en acides gras saturés (45 %) est néfaste pour nos artères et notre coeur lorsqu’elle est consommée en trop grande quantité…

Huile de palme et mauvaises graisses

L’huile de palme contient 4 fois plus de mauvaises graisses que l’huile de colza. Elle contient en effet une forte proportions d’acides saturés qui la rend peu recommandée à la consommation.(1)

Or, ce type de graisses saturées n’est pas bonne : les études scientifiques montrent qu’une alimentation riche en graisses saturées, favorise le développement des maladies cardio-vasculaires, une augmentation du taux sanguin de cholestérol, certains cancers et du diabète et toutes les autres maladies chroniques très courantes dans nos pays. (2)

Il est recommandé d’augmenter la consommation d’acides gras mono-insaturés, les aliments les plus riches étant les olives et l’huile d’olive, l’avocat, l’huile de colza, les arachides et l’huile d’arachide, les margarines molles fabriquées à partir de ces huiles

L’huile de palme , on n’y échappe pas

  • En 2008, chaque Français aurait consommé près de 2kg d’huile de palme selon le Ministère de l’alimentation.
  • Chaque consommateur absorberait sans s’en rendre compte 57g d’huile de palme par mois !

*

(1) Avec une acidité généralement comprise entre 4 et 6 et un point de fusion entre 31 et 36°C, l’huile de palme affiche précisément 44,3 % d’acide palmitique (saturé), 39 % d’acide oléique (mono insaturé), 10,5 % d’acide linoléique (poly insaturé). C’est cette fraction saturée importante, qui rend l’huile de palme impropre à la consommation en l’état.
(2) L’athérosclérose et le cancer représentent plus de 50 % des décès et sont ainsi les 2 premiers responsables de la mortalité.


La suite > Les produits avec huile de palme
Les produits sans huile de palme

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. trop de connerie mangé sain arrété de manger des plat préparé chips et autre saloperie vous verrez les industriel changerons leur methode je vous salue

  2. Je dois avouer ne pas comprendre pourquoi on rabâche combien la production d’huile de palme est responsable de déforestation. On dirait qu’on regarde un problème via le trou de la serrure en occultant tout le contexte. Si on cultivait autre chose que la palme, par exemple le soja, le colza ou le tournesol, il faudrait jusqu’à 10 fois plus de surface pour des quantités équivalentes. Là on pourrait parler de choix non écologique ! publicsenat.fr/lcp/politique/d-forestation-indon-sie-d-bat-s-nat-337066

  3. huile de palme c est pas bon pour la sante

  4. je suis pas d’accord avec marie l’huile de vidange c’est tres bon

  5. Bonjour,
    je suis élevé de 3éme aux collège jules ferry a Montaigu et je travail sur l’huile de palme,je voudrais quelque documentation sur se sujet
    merci de votre compréhension,
    a bientôt !

  6. je trouve vos commentaires partisans et trés orientés.
    Quand vous écrivez qu’il y a 250 000HA à cause de l’huile de palme, c’est une grossioère erreur.
    En fait, seul 13% des surfaces déforestées sont destinées à la culture dev l’huile de palme (voir étude du CIRAD)
    Nous avons en France vraiment des “problèmes de riches” ou de “ventres trop plein” comme ils disent en Belgique.
    C’est honteux de décrédibiliser l’huile de palme comme cela quand il y a autant de milloins de gens qui meurent de faim.
    Quant à la partie nutritionnelle, je vous conseille de lire les commentaires du Professeur LECERF de l’Institut PASTEUR de Lille sur l’huile de palme.
    Aprés, je pense que vous allez relativiser vos propos.

    • Ce qui est honteux se sont les mensonges de la cirad, quelle est la référence pour affirmer une telle chose ? … elle n’est pas citée en fin de document…normal si on la trouve elle ne donne pas ces chiffres et en plus n’est pas la référence de base.

      Nier les problèmes liés à la monoculture de palme est dogmatique. De plus la pression foncière peut accentuer la déforestation par d’autres mécanisme et je ne parle pas des émissions de Co2, de la perte de biodiversité, les conditions de vie des employés. Pas inhérent à la palme, mais ce n’est pas une raison pour ne pas en parler.

      Parler de faim dans le monde pour la palme est démagogique à la simple vue de la mauvaise répartition de l’alimentation sur terre.

      D’un point de vue santé, c’est toujours la même chose : pas d’abus. Mais comment ne pas abuser quand on en met partout ?

      La palme n’est pas le seul problème sur terre mais pas la solution non plus !

  7. C’est toujours pareil! l’industrie est excessive , planter des palmiers partout quitte à massacrer les environnements naturels des peuples c’est un manque de respect de l’humanité pour des histoires de profit à court terme . et quand la production ne sera plus rentable ils s’en iront comme des voleurs laissant les peuples dans la misère et appeler au secours l’aide internationale !!! alors ne vous laissez pas faire ! exiger la BIODIVERSITE !…….

  8. c’est toujours pareil avec l’industrie c’est excessif ! dévaster les forêts pour planter des palmiers c’est ne pas respecter la biodiversité pour des histoires de rentabilité quitte à appauvrir l’environnement, le modifier sans tenir compte des dégats qui un jour s’abatterons sur les peuples du secteur qui ne trouverons plus de quoi se nourrir et auront à faire à la banque mondiale alimentaire !!! quand va t-on légiférer ces abus de pouvoir internationalement !

  9. Ne pas confondre palme africaine et asiatique. Grosse erreur car dans le cas de la Côte d’Ivoire, les plantations sont le plus souvent familiales ou appartenant aux villages, le tout pour une consommation plutôt locale. La palme consommée dans le monde ne vient pas (encore) de ce pays.

    Un haut rendement à l’hectare n’est pas une solution écologique.
    Ces raisonnements sont erronés, car on parle culture intensive qui apporte plus de mal que de biens. La palme devrait être cultivée au sein d’autres culture afin d’augmenter la biodiversité et de sources de revenus.

    Il ne faut pas oublier que les cultures intensives telles qu’elles existent en Asie, “durables” ou non, engendrent des drames écologiques et humains. Combien de terres volées par les industriels ? Combien de personnes qui ne peuvent plus vivre de leur forêt ? Au final dans ces pays on ne fait pas vivre plus de personnes par la palme, mais c’est l’inverse.

    Prôner la monoculture de palme pour la sécurité alimentaire est un leurre. Parler de remplacer la palme par une autre huile aussi. C’est toute notre façon de consommer et d’exploiter la terre qui est à remettre en cause. Pas remplacer A par B…

  10. Ben moi, je reste stupefaite de ne pas pouvoir trouver un paquet de gateau à moins de 3€ dans un magasin BIO … Paquet de gateau qui ne contient pas de cette saloperie d’huile de vidange !
    Et puis aprés l’Agriculture Biologique se pretend meilleur pour la santé…!

  11. Et quoi? On devrait donc abandonner l’huile de palme? C’est bien joli de vouloir la boycotter mais quelles solutions pour les industriels alors? La remplacer par de l’huile de colza, de tournesol ou de soja? Et donc avopir besoin de 6 fois, 8 fois ou 10 fois plus de surfaces pour obtenir le meme rendement? Pas tres ecologique comme raisonnement! Je penche plutot pour encadrer sa production de maniere à obtenir des certifications internationales qui protegent l’environnement. L’huile de palme peut, doit, etre un facteur de developpement pour l’Afrique: ne serait-ce qu’en Côte d’Ivoire, elle fait vivre indirectement près de 2 000 000 de personnes, soit 10% de la population. Les inconvenients qu’elles presentent au niveau nutritionnel en Occident deviennent des avantages dans une perspectuive africaine où elle represente, par ses apports riches, une des possibles solutions au probleme de la securité alimentaire.

    • Jean-Marie

      C’est tout à fait vrai et cela illustre bien la complexité de ces sujets : quand on prend du recul, une vérité ici est tout à fait relative ailleurs. L’huile de palme est devenue si importante qu’imaginer la remplacer est devenu irréaliste. Il faut donc comme en d’autres matières environnementale une politique progressive dans la durée.

  12. Juste une precision: l’Afrique cultive l’huile de palme depuis les temps les plus reculés de maniere traditionnelle, depuis les années 60 de maniere industrielle (le 1er plan palmier en Côte d’Ivoire date de 1963)bien avant l’Asie dont les palmiers ont été exportées d’Afrique vers l’Asie

    • Oui, c’est tout à fait vrai, et maintenant l’huile de palme revient en Afrique mais sous la forme des cultures intensives à grande échelle … assez loin des pratiques alimentaires traditionnelles

Moi aussi je donne mon avis