Les 5 règles du bio sportif

Une bonne résolution à tenir en tout temps est de conserver une activité sportive, malgré un rythme de vie infernal. Mais qu’est-ce qu’être bio et sportif à la fois. Voici les règles du bio sportif.

Les 5 règles du bio sportif

Alors faire du sport, nous le savons, c’est bon pour la santé, mais pour l’environnement ? D’après l’Association Santé Environnement France (ASEF), être sportif et bio-sportif, ce n’est pas tout à fait pareil. Elle l’explique dans son guide vert du Bio-Sportif, rédigé par des médecins.

Êtes-vous un « bio sportif » ?

Si vous :

  • pratiquez une activité sportive de manière peu fréquente ;
  • vous rendez en salle de sport ou au golf ;
  • utilisez les transports en commun ou la voiture pour vous rendre sur votre lieu de sport ;
  • ingurgitez des boissons énergisantes et/ou des compléments alimentaires ;
  • achetez votre matériel sportif en fonction de son esthétique et de son innovation ;
  • jettez à la poubelle ou en déchetterie votre matériel de sport usagé.

Alors vous n’êtes pas vraiment un bio sportif. En tout cas, des efforts restent à faire.

Par contre, si vous :

  • pratiquez une activité sportive plusieurs fois par semaine ;
  • pratiquez le jogging ;
  • marchez jusqu’à votre lieu de sport ;
  • optez pour une alimentaire saine et équilibrée ;
  • regardez la composition et le procédé de fabrication de votre matériel de sport ;
  • rapportez ou donnez votre matériel de sport usagé

Alors vous êtes un bio-sportif selon l’ASEF et la Solidarité mutualiste. Continuez comme cela.

Les 5 règles d’or du bio sportif

Être un bio-sportif, c’est à dire un sportif soucieux de l’environnement et de l’impact de son activité physique sur celui-ci, c’est avant-tout respecter quelques règles, peut-être changer quelques habitudes et surtout tordre le coup à certaines idées reçues. Voici les 4 règles principales pour conjuguer pratique du sport et respect de l’environnement.

Règle #1 du bio sportif – Sainement, tu mangeras

Pour certains, un sport sainement pratiqué, qui donne des résultats plus visibles sur le corps, cela passe d’abord par une alimentation riche en protéines.

Or, un bio-sportif doit avant tout manger équilibré, les protéines ne devant pas dépasser 10 à 15 % des calories ingurgitées. Manger ou boire trop de protéines augmente la présence d’ammoniac et d’acide urique dans l’organisme pouvant avoir du mal à s’éliminer. Attention aux problèmes osseux.

Privilégiez plutôt les fruits et les légumes favorisant la réhydratation et étant sources d’énergie. Une bonne nouvelle pour les végétariens adeptes du sport. Ces derniers doivent cependant veiller à ne pas souffrir de carences. Pour cela, on n’oublie pas les protéines végétales !

Du côté des repas et encas, évitez les plats préparés, trop riches en sel et en gras. Et contrairement aux idées reçues, évitez également les barres énergétiques en cas d’activité physique prolongée. Ces dernières peuvent contenir de l’acide palmitique, facteur de diabète et des graisses végétales hydrogénées, souvent accusées d’augmenter le risque de maladies cardiovasculaires.

Règle #2 du bio sportif – Transpirer tu accepteras

Faire du sport, c’est accepter de voir sa température corporelle augmenter et donc de se voir transpirer.

Pour l’environnement et votre santé, fuyez les déodorants classiques contenant des sels d’aluminium, impliqués dans l’apparition de cancers du sein et les vêtements dits « anti-transpirant », pouvant contenir des nanoparticules d’argent et autres produits chimiques.

Règle #3 du bio sportif – Te stimuler chimiquement, tu n’y penseras même pas

Pour que la pratique d’une activité sportive soit profitable et saine, pas question de se doper. Les produits dopants vous offrent certes de meilleures performances mais mettent en danger votre santé.

Si les produits dopants ne vous intéressent pas, pas question non plus d’avaler une boisson énergisante avant d’aller courir ! Cela peut provoquer de la tachycardie, des tremblements, des vertiges, des crises d’épilepsie, des faiblesses musculaires, des malaises voir même des crises cardiaques. Du côté des compléments alimentaires, sachez qu’ils ne sont pas sans risque ! Consultez votre médecin avant d’en prendre. De meilleures performances et résultats aujourd’hui valent-ils le coup de perdre sa santé demain ? Réfléchissez-y.

Règle #4 du bio sportif – Fumer, tu oublieras

Fumer est mauvais pour la santé en général, mais ne favorise pas la reprise d’une activité sportive. Pourquoi ? Les alvéoles pulmonaires d’un fumeur sont altérées et ses globules rouges sont mal oxygénés.

Pendant le sport, l’organisme a du mal à s’oxygéner et le sportif souffre plus rapidement de crampes, fatigue, points de côté, essoufflement. Sans compter le risque de malaise cardiaque une fois la quarantaine dépassée.

Par contre, si vous essayez d’arrêter de fumer, la reprise d’une activité sportive peut vous aider. Vous remarquerez facilement l’évolution de votre niveau.

Règle #5 du bio sportif – Loin de la pollution, tu courras

Courir, c’est bien, cela permet d’entretenir son corps, son coeur, ses poumons et cela peut être très agréable pour l’esprit également.

Mais courir dans un endroit non-pollué, c’est mieux ! Pourquoi, parce qu’un air saturé de gaz de pots d’échappement provoque asthme, toux et problèmes cardiovasculaires.

De plus, si vous respirez un air saturé d’ozone lorsque vous courez, vous risquez de voir votre capacité pulmonaire réduite.

Lire page suivante : Le sport : bon pour la santé, mais l’environnement ?