La crevette, pas si rose que ça

Dans la série des objets du quotidien qui peuvent avoir un impact méconnu quoique peu favorable sur l’environnement, voici la crevette.

Les crevettes ne sont pas si roses que ça pour l’environnement.

Pourquoi ?

Les crevettes sont un excellent exemple du partage du travail dans l’économie mondialisée où chaque pays se spécialise sur telle ou telle tâche.

  • Comme un jean qui peut parcourir au total 27 000 km avant de trouver votre garde-robe, les crevettes illustrent l’intensité du commerce européen.

  • Chaque jour pour chaque Européen, ce sont 70 kg de marchandises qui sont mises sur la route, ce qui correspond à 2,5 tonnes par an.

crevettes

Quel parcours !

Les crevettes surgelées que nous trouvons dans nos assiettes ont une histoire assez incroyable.

Peu caloriques, riches en protéines, vitamines et sels minéraux,  ces charmants invertébrés sont un mets de choix.  Les crevettes sont pêchées en Scandinavie, en Norvège ou en Suède, par des bateaux de pêche spécialisés.

crevettes roses


Puis elles sont expédiées par camion et vont traverser douze frontières jusqu’au Maroc où elles sont lavées, épluchées par des ouvrières payées, en Dirhams, beaucoup moins cher qu’en Scandinavie. Elles repartent ensuite en camion vers ….la Scandinavie.

De là, elles sont réexportées vers toute l’Europe. Pour chaque tonne de crevettes ainsi traitée, on dépense 150 litres de gasoil pour parcourir 10 000 kilomètres avant que les crevettes n’atterrissent dans votre assiette.

L’exemple des crevettes est valable pour d’autres produits. Chaque jour sont acheminés par la route 70 kg de marchandises par européen, soit 25 tonnes par an ! Privilégions une alimentation locale et de saison .

*

Sur la pêche et l’achat de poisson :

Vous aimerez aussi :