Alimentation du bébé : quand faut-il diversifier ?

Alimentation du bébé : quand faut-il diversifier ?

Introduire de nouveaux aliments dans l’alimentation du nourrisson est toujours un moment important pour l’enfant… mais aussi pour les parents. Mais quand commencer ? Pas facile de s’y retrouver dans les recommandations des uns et des autres. Voilà des réponses à vos questions.

Respecter le développement de l’enfant

L’âge idéal pour la diversification n’a presque jamais été le même selon les pays et les années, au cours du siècle dernier. Jugez vous-même :

  • En 1923 aux États-Unis, on la recommandait à 6 mois.
  • En France en 1943, on n’hésitait pas à proposer des sardines, du thon et des crevettes aux bébés de… 5 semaines !
  • En 1953, on fait encore plus fort : on introduit les céréales à… 2 jours de vie !
  • En 1966, Laurence Pernould, la papesse des conseils aux jeunes mamans,  parle de l’âge de 3 mois pour commencer à introduire de nouveaux aliments.

Bref, c’est une succession de grands écarts d’âge – et d’aliments, sans aucune logique ni critères scientifiques…

Alimentation du bébé : y a-t-il un âge idéal ?

Entre temps, la recherche a – heureusement !- bien avancé et réussi à déterminer des signes plus tangibles et scientifiquement démontrés. Ces signes sont ceux de la maturité physiologique du bébé.

1- Au niveau du système digestif

  • La salivation augmente : cela signifie que l’enzyme amilase (c’est elle qui commence la digestion des glucides) est enfin présente dans la salive et va pouvoir commencer la digestion d’aliments comme le pain, les pommes de terre, les céréales, les légumineuses.
  • Le réflexe d’extrusion (le fait de repousser avec la langue tout ce qui entre dans la bouche à part une tétine) disparaît : l’enfant va pouvoir accepter des aliments qui ne sont plus exclusivement liquides.
  • L’apparition du mouvement latéral de mastication une meilleure fermeture de la bouche, et l’apparition des 1er dents vont permettre de mâcher des aliments solides.
  • La digestion et l’absorption intestinale deviennent meilleures, grâce au développement des entérocytes (ce sont les cellules les plus internes de l’intestin grêle, en forme de brosses fines, qui permettent de faire le transit sélectif des nutriments apportés par l’alimentation, dans le sang).
  • Les reins sont enfin capables de mieux filtrer le sodium.

2- Au niveau postural

  • La capacité de s’asseoir avec appui, avec le contrôle du cou de la tête vont permettre de s’installer pour recevoir à manger assis et non plus allongé.

3- A différents autres niveaux 

  • L’enfant est capable d’exprimer mieux sa faim et sa satiété.
  • Il est aussi très sensible au mimétisme : voir ses parents manger assis, avec une assiette, et boire dans un verre vont lui donner envie de faire la même chose.

Pour répondre à la question de l’âge idéal, il n’y en a pas ! Parce que tout dépend de l’évolution du bébé. Généralement, ces signes de maturation se présentent entre 5 et 6 mois. A surveiller, donc.

Lire la suite : Pourquoi ne pas diversifier l’alimentation de bébé avant ces signes