La viande artificielle fait ses débuts à Singapour

Singapour vient de devenir le premier pays à autoriser la commercialisation de viande artificielle cultivée en laboratoire.

Rédigé par Anton Kunin, le 3 Dec 2020, à 11 h 40 min
La viande artificielle fait ses débuts à Singapour
Précédent
Suivant

Des nuggets de poulet fabriqués à partir de viande entièrement cultivée en laboratoire pourront bientôt être servis dans les restaurants de la cité-État.

Une viande artificielle déclarée sans danger pour la consommation humaine

Vous connaissiez la « viande végétale », voici venir la viande artificielle élaborée entièrement en laboratoire ! La start-up californienne Eat Just, qui a récemment mis au point un procédé d’élevage de viande à partir de cellules animales, vient de décrocher sa première autorisation de commercialisation.
Singapour a été le premier pays à lui donner un feu vert, devançant les États-Unis : son Agence de l’Alimentation a déclaré la viande artificielle Eat Just sans danger pour la consommation humaine. (Par précaution, l’Agence continuera néanmoins à surveiller ce produit pendant 20 ans.)

Les personnes qui goûteront cette viande risquent de ne pas se rendre compte qu’ils ont mangé de la viande artificielle, tellement elle ressemble à de la vraie viande de poulet. Elle a aussi un apport en protéines similaire à de la vraie viande, ce qui fait qu’elle a de bonnes qualités nutritionnelles et lui permet de se démarquer favorablement par rapport aux steaks végétaux, qui contiennent peu de protéines.

Les habitants de Singapour vont-ils apprécier le ‘Frankenchicken‘ ? © 2p2play

Pouvoir cultiver une viande artificielle sur place, un vrai pas en avant pour Singapour

Si dans un premier temps cette viande sera commercialisée à un prix élevé (équivalent à celui d’une vraie viande de poulet premium), c’est que les recettes tirées de sa commercialisation doivent couvrir les dépenses de recherche et développement encourues par Eat Just. Mais, à terme, si la demande est au rendez-vous, on espére que son prix puisse baisser.
À Singapour, la disponibilité à un prix abordable de ce produit serait la bienvenue, quand on sait que les terres agricoles sont rares dans ce pays, ce qui fait que la « Cité Jardin » est obligée d’importer plus de 90 % de ses denrées alimentaires.

Indépendamment de la disponibilité prochaine de cette viande artificielle, début 2020, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estimait déjà que, après une croissance ininterrompue depuis 1960, la consommation de viande par habitant recule de 3 % par rapport à 2019, portant à 5 % la baisse depuis 2018.

Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour l’atmosphère quand on sait que 25 à 33 % des émissions de gaz à effet de serre sont attribuables à l’élevage.

Consommation de viande dans le monde en 2017

Illustration bannière : Singapour est réputée pour sa gastronomie diversifiée et multiculturelle. Manger est d’ailleurs l’une des activités préférées des singapouriens ! © Jeanette Virginia Goh
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. La production de « viande artificielle » totalement synthétique a un cout exorbitant et nécessite des produits de synthéses trés purifiés et des méthodes trés sophistiquées de production (matériel stérile ,beaucoup de jetables, tec). De plus, elle n’a aucun gôut. Comment peux-t’on proposer ce genre de dévelopement pour sauver la planête ? Ca n’a pas de sens. Mieux vaut basculer sur d’autre s type sde protéines naturelles. C’est comme nier que les voitures électriques sont l’avenir idéal alors que les batteries sont de courtes vies et extremement polluantes, voir plus que qqsparticles de gaz-oil. C’est comme nier que le digital va résoudre la pollution alors que la masse des données informatiques (internet, mails , stockages, serveurs tre senrgivores) sont devenus plus polluants que l’impression papier. Non, la viande artificielle ne va pas sauver le monde, ce n’est qu’un artifice qui restera reservé à des bourgeois qui auront vite fait de regretter le gout d’un poulet bio qui aura gambader au grand air.

Moi aussi je donne mon avis