Un patch pour soigner l’obésité ?

On pourra peut-être bientôt soigner les problèmes d’obésité et de diabète grâce à des patchs disposés directement sur les poches de graisse. Ainsi, le traitement sera diffusé, sans douleur, sous la peau par des aiguilles microscopiques.

Rédigé par Maylis Choné, le 19 Sep 2017, à 11 h 40 min

Pour éviter les traitements médicaux classiques parfois invasifs, les scientifiques tentent de développer un patch pour réduire de manière locale les poches de graisse. Leur étude a été publiée le 15 septembre dans la revue médicale ACS Nano.

Un patch pour réduire les poches de graisse

Le principe a été jusqu’à présent testé sur des souris mais déjà, les essais semblent concluants. Les chercheurs ont expérimenté le traitement sur des souris obèses. Ils ont placé pendant quatre semaines un patch de chaque côté de l’abdomen du rongeur. L’un contenait un antidiabétique et l’autre, un placebo. Résultats, lorsque le patch est appliqué sur une poche de graisse, celle-ci réduit de 20 %.

Savez-vous combien de personnes décèdent d’obésité et de surpoids dans le monde ? La réponse est sur le Planetoscope

Pour le professeur Zhen Gu, professeur agrégé d’ingénierie biomédicale conjointe à l’Université de Caroline du Nord, “ce patch est une méthode ‘non invasive’ qui pourrait réduire les poches de graisse par rapport à la liposuccion. Il ne devrait pas seulement être utilisé de façon esthétique, mais serait une alternative plus sûre au traitement des maladies métaboliques telles que l’obésité et le diabète“.

patch obésité

Les enfants sont de plus en plus victimes d’obésité © kwanchai.c

Des nanoparticules introduites sous la peau grâce à des petites aiguilles

Pourquoi ça marche ? Les médicaments contenus dans un patch sous forme de nanoparticules et introduits sous la peau grâce à une dizaine d’aiguilles microscopiques positionnées sur ce même patch visent à transformer, sans douleur, les graisses blanches en graisses brunes. En effet, les graisses blanches stockent l’énergie tandis que les graisses brunes la brûlent.

Lire aussi : Obésité infantile : une pandémie qui ne cesse de s’étendre

En attendant les essais cliniques sur les humains, cette découverte permet de penser que l’on pourrait traiter l’obésité et le diabète par des médicaments qui, appliqués localement, protègeraient l’organisme d’effets secondaires. Ces derniers sont plus fréquents lorsque le traitement (le principe actif) est ingéré par l’ensemble du corps.

Illustration bannière : Des familles entières sont touchées par l’obésité © Roberto Michel Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis