TomTato, le légume mi-tomate mi-patate

Rédigé par Annabelle, le 24 Oct 2013, à 15 h 58 min

Qu’est-ce qui ressemble à un plan de tomate mais dont les racines produisent des pommes de terre ? C’est TomTato, une nouveauté maraîchère naturelle, développée par un distributeur de graines…

TomTato : la tomate de terre, 100 % naturelle

Avec ses allures de Frankenstein version verdure, on s’attendrait à un nouveau cas d’OGM ou à l’un de ces aliments mutants atterrissant tout droit dans nos assiettes.

tomtato-0Il n’en est rien avec TomTato : ce végétal mi-tomate mi-pomme de terre est le résultat d’une délicate greffe réalisée à la main. Ce processus n’est ni plus ni moins que celui qui est utilisé lorsque l’on croise des roses d’espèces différentes, pour obtenir la beauté d’une variété et la résistance d’une autre par exemple.

Pour ce qui est de TomTato, il a fallu dans un premier temps, sélectionner des variétés de tomates et de pommes de terre ayant exactement la même saisonnalité.

Puis dans un second temps, il a fallu trouver des tiges de la même épaisseur, afin que la greffe prenne convenablement.

C’est ainsi qu’après 15 années de recherche, on a pu obtenir un plan de tomate hybride. Ceci est rendu possible par le fait que tomates et pommes de terre appartiennent toutes 2 à la même famille, celle des Solanacées

L’intérêt de TomTato ? Son gain de place : avec des fruits et légumes 2-en-1, on a recourt à la même surface de terre pour une double utilisation. Une solution envisageable et encourageante face à la raréfaction des terres.

  • Pour voir à quoi ressemble cette étrange invention maraîchère, voici une petite vidéo de Michael Perry, chef de projet TomTato chez Thomson & Morgan.


Les concepteurs de TomTato affirment pouvoir dès aujourd’hui produire 34 000 plans de TomTato par an, chaque plan pouvant produire 500 tomates cerise et une quantité variable de pommes de terre, pouvant atteindre 2 kg. Pour le moment, un plan coûte très cher puisque tout est réalisé à la main (17€ l’unité), et il ne dure qu’une saison.

L’hybride est déjà commercialisé au Royaume-Uni et fera sans doute des petits puisque des projets avec des aubergines sont en cours.

*

Cela me donne une idée

Sur le même thème :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Pendant qu’il y est, il les fait carrées pour gagner de la place dans les cagettes….

  2. A 17 euros l’unité je préfère m’en passer.De plus la tomate a une récolte étalée dans le temps ce qui n’est pas le cas pour la p.de t.

  3. L’homme s’est une fois de plus prouvé qu’il pouvait bousculer dame nature, soit mais encore?
    A part l’originalité de la chose quel est l’intérêt?
    On nous dit : “on a recourt à la même surface de terre pour une double utilisation”, si je ne m’abuse, produire plus sur une même surface de terre c’est le principe de l’agriculture intensive non?
    Pour produire autant la plante va avoir des besoins bien supérieurs, et le sol comment va t’il fournir?
    On va l’aider un peu donc, avec quels produits?
    Si encore les deux plantes s’auto-protégaient de leurs prédateurs naturels, il y aurait un intérêt environnemental au moins.

  4. Encore une trouvaille vachement utile !!!
    On en avait besoin, ça nous manquait ! Une plante qui va donner à la fois des aubergines, des tomates et des patates. Et bientôt également des poivrons, du tabac,… Je sens que l’on va se régaler !
    Gain de place !!!!… Ah, le bon argument. Cela séduira à coup sûr l’imbécile de base… (J’espère que ça donnera aussi pendant l’hiver).
    Si l’on pouvait faire en sorte de produire également sur la même plante du bio-carburant, cela serait le top et l’humanité ferait encore un grand bond !
    Surtout n’arrêtez pas vos recherches !

  5. 17€ le plan non vivace c’est un peu cher effectivement, mais si cette plante se démocratise les prix devraient baisser.
    Quand les prix me seront plus abordables, j’experimenterais bien la chose dans mon potager !

Moi aussi je donne mon avis