Et si certains séismes étaient provoqués par les humains ?

Selon une étude publiée dans la revue Seismological Research Letters, il semblerait que certains tremblements de terre, au cours des dernières années, aient été provoqués par l’activité humaine. Mais comment cela est-il possible ?

Rédigé par Marine Tertrais, le 7 Oct 2017, à 8 h 00 min

On a appris à l’école, et de nombreux scientifiques continuent à l’enseigner, que les tremblements de terre sont dus à un phénomène géologique appelé la tectonique des plaques. Mais selon une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université de Durham, au Royaume-Uni, l’activité humaine aurait été la principale responsable des tremblements de terre sur 730 sites, au cours des 150 dernières années qui se sont écoulées. Et ces séismes n’étaient pas juste de simples secousses ; certains ont même atteint des magnitudes de 7,9 sur l’échelle de Richter.

Comment l’homme peut-il provoquer des séismes ?

Alors que l’on découvre ce phénomène, les chercheurs s’interrogent sur les conséquences de ces tremblements de terre sur l’environnement(1). Quand deux plaques tectoniques s’entrechoquent, la nature est comme avertie de ce qui peut arriver. Quand l’activité humaine est à l’origine du séisme, quel en est l’impact dans la nature ?

séismes

Après le tremblement de terre de 2016 à Amatrice en Italie © Antonio Nardelli

On peut aussi à présent se demander comment l’homme peut provoquer des séismes. Quelle activité humaine est capable de faire bouger les sols avec tant de violence ? Selon ces travaux, les mines sont responsables du plus grand nombre de tremblements de terre (271 sites). En effet, quand on déstabilise des sols de manière intensive, cela peut en effet provoquer des effondrements profonds, qui finissent par se transformer en séismes.

Les tremblements de terre en France sur le Planetoscope

Les barrages peuvent provoquer de violents tremblements de terre

Dans 167 autres sites, les tremblements de terre ont été provoqués par des constructions ou des destructions de barrages. Un barrage exerce une telle force que les sols peuvent être ébranlés. Selon les auteurs de ce rapport, les séismes qui ont été provoqués par des barrages sont aussi ceux qui ont été les plus violents.

Lire aussi : Catastrophes : quelles sont les villes les plus dangereuses du monde ?

En 2008, un séisme a touché la province du Sichuan en Chine et a tué plus de 80.000 personnes. La secousse initiale a atteint une magnitude de 7,9. Or, selon les chercheurs, ce tremblement de terre aurait été provoqué par le barrage de Zipingpu, installé à quelques kilomètres de l’épicentre du séisme et à moins d’un kilomètre de la principale faille. Ce barrage retenait 320 millions de tonnes d’eau, ce qui exerçait une force gigantesque sur la croûte terrestre. Autre exemple en Inde, à Koyna, en 1967, un tremblement de terre d’une magnitude de 6,3 sur l’échelle de Richter s’était produit à la suite de la mise en eau d’un grand barrage.

L’extraction de gaz et de pétrole également en cause

Mais d’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte. Aux États-Unis, par exemple, de nombreux scientifiques s’interrogent sur la responsabilité de l’extraction du gaz et du pétrole dans le déclenchement de certains séismes.

fracturation hydraulique, séismes

Le procédé de fracturation hydraulique © Crystal Eye Studio

Une précédente étude de l’U.S. Geological Survey, établissait déjà un lien entre l’activité sismique et l’exploitation de pétrole et de gaz de schiste(2). L’injection d’eau dans le sous-sol pour faire remonter le pétrole aurait provoqué de nombreux tremblements de terre au Texas ou dans l’Oklahoma, notamment. La fracturation hydraulique qui consiste à injecter à haute pression un mélange d’eau, de sable et d’adjuvants chimiques pour extraire du gaz de schiste, est encore plus violente pour les sols. Dans certains territoires, des centaines de petits tremblements de terre ont ainsi été recensés ces dernières années alors que ces régions étaient géologiquement silencieuses.

Les essais nucléaires

Enfin, il semblerait que les essais nucléaires soient aussi à l’origine de séismes. Un tremblement de terre de magnitude 3,4 aurait ainsi été enregistré, fin septembre, en Corée du Nord, à la suite d’un essai nucléaire nord-coréen. Le 3 septembre dernier déjà, un autre essai nucléaire de Pyongyang, le sixième et le plus puissant pratiqué par la Corée du Nord, avait provoqué un séisme de magnitude 6,3 ayant été ressenti jusqu’en Chine. Des perspectives pour le moins inquiétantes.

Illustration bannière : Sismographe – © Andrey VP
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste web depuis 2010

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis