Barrages et mainmise sur le Kurdistan – Reportage photo, M. Depardon

Accusé de propagande terroriste en faveur des séparatistes kurdes, le photojournaliste français Mathias Depardon a été arrêté le 8 mai en Turquie, alors qu’il effectuait un reportage pour le National Geographic. Le 11 mai dernier, une ordonnance d’expulsion a été prononcée, mais il reste toujours en détention, dans ce pays qui occupe la 15ème place sur 180 au classement mondial 2017 de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). Avec la republication de ce reportage photo au Kurdistan, nous voulons montrer notre soutien à ce photographe engagé,e t demandons sa libération sans conditions, et la possibilité pour lui de poursuive, sans entraves, ses enquêtes sur place.

Rédigé par Stephen Boucher, le 11 Jun 2015, à 12 h 06 min

Euphrate, Tigre : fleuves de l’antiquité. Leurs berges, témoins de centaines de générations, seront bientôt en partie submergées par une trentaine de projets de barrages prévus par le gouvernement turc. Dans un reportage saisissant, dont consoGlobe.com vous présente ici un extrait de 10 photos, le photographe Mathias Depardon se porte témoin de la transformation qu’ils entraînent dans les paysages et dans les esprits : villes noyées, la vie qui continue malgré tout, et l’économie qui change, entre touristes curieux et villes nouvelles.

C’est un projet d’ordre avant tout politique. Dans la région éloignée du sud est, de l’Anatolie, le contrôle des fleuves permet le contrôle des peuples. L’AKP est l’initiateur du « GAP project » (South Eastern Anatolia Project). L’objet officiel est de relancer l’économie dans le sud est, kurde, de la Turquie par l’agriculture, la construction de barrages, la construction d’universités et le tourisme. Toki, l’agence de développement du logement officielle mise en place par l’AKP, en est le grand ordonnateur. Les constructions locales lui permettent de gagner de l’argent, et de reloger les habitants dont les villages ont été inondés.

Ce sera bientôt le cas pour Hasankeyf et de sa citadelle construite par les Ayyoubides au XIII siècle, malgré les protestations nombreuses de la société civile.

Barrages Turquie Mathias Depardon

© Mathias Depardon, 2014

Sur l’Euphrate, le lac artificiel et le barrage de la municipalité d’Halfeti datent des années 1990. Le village de Savaçan a été inondé par le barrage de Birecik. Le mirador de sa mosquée sort des eaux, tel le périscope d’un monde sous marin. Les bateaux de tourisme en font leur affaire. En surface, les bateaux de touristes crachent de la musique à plein pot. Les touristes viennent en nombre, principalement de la région.

Lire page suivante : deux garçons se reposent à Kesmeköprü

Mathias Depardon

Mathias, photographe professionnel, est né en 1980 en France, où il a grandi, ainsi qu’en Belgique et aux États-Unis. Après des études de communication et de journalisme à Bruxelles, Mathias a rejoint pour un court temps le journal belge national Le Soir avant de se consacrer entièrement au reportage photographique. Il est aujourd’hui photographe pour Getty Images. Il a gagné la Bourse du Talent en 2011 pour son reportage “Au-delà de la frontière”.  Ses photographies sont incluses dans la collection de la Bibliothèque Nationale de France à Paris. Il est aujourd’hui basé à Istanbul en Turquie. Son travail peut être suivi sur son site.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis