‘Sauve les patates, mange des frites’ : le SOS de la Belgique

Au diable la diététique, c’est pour éviter le gaspillage. Les Belges peuvent manger sans scrupules des pommes de terre à tous les repas.

Rédigé par Audrey Lallement, le 26 May 2020, à 11 h 10 min

Lundi des patates, mardi des patates, mercredi des patates aussi… En Belgique, pour soutenir la filière de la pomme de terre qui rencontre des difficultés à cause de la crise, la population est appelée à manger des frites plus qu’à l’accoutumée.

Éviter le gaspillage

Une fois n’est pas coutume, la consommation de frites est encouragée. Avec la fermeture pendant plusieurs mois des restaurants et des cantines, les stocks sont importants et difficiles à écouler. En Belgique, pays de la célèbre spécialité croustillante et dorée, près de 10.500 agriculteurs se retrouvent avec des tonnes de pommes de terre à écouler.


Environ 750.000 tonnes de patates à frites envahissent les hangars des cultivateurs. Une importante quantité de tubercules qui, si elles ne sont pas mangées représenteront un gaspillage immense. C’est pourquoi dans le plat pays, « To good to go » a lancé « sos patat » une vaste campagne médiatique dont le slogan est plus que déculpabilisant pour les consommateurs : « Sauve des patates, mange des frites  ».

Une initiative mauvaise pour la santé ?

Une proposition alléchante destinée à sauver la filière et qui soulève néanmoins une petite question concernant l‘aspect diététique de cette initiative. Manger très régulièrement des frites, n’est-ce pas mauvais pour la santé ? « Les frites se dégustent avec sagesse » répond « To good to go » qui rappelle la nécessité d’une activité physique régulière et propose des alternatives à la cuisson à l’huile de friture-au four par exemple.

Manger des frites serait presqu’une bonne action. Éviter le gaspillage et soutenir les agriculteurs, quelle belle oeuvre ! Les Belges sont encouragés à foncer à la friterie et à acheter « (encore et encore) des produits surgelés à base de pommes de terre ». Reste à savoir si la population serait aussi enthousiaste s’il fallait soutenir la production de choux de Bruxelles

Illustration bannière : Il faut sauver 750 000 tonnes de fierté belge ! © OlgaPonomarenko
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Il y a quand même beaucoup d’autres manières de consommer plus sainement des patates que de se goinfrer de frites qui ont baigné, le plus souvent, dans une horrible huile de palme !

Moi aussi je donne mon avis