Réussir son isolation thermique

Rédigé par Nolwen, le 25 Mar 2013, à 18 h 33 min

Réussir à mettre en oeuvre une bonne isolation, cela parait simple sur le papier. Pourtant, c’est la mise en oeuvre, de bonne qualité ou pas, qui fera que votre isolation thermique vous permettra d’obtenir les économies d’énergie et de budget attendues. Leroy Merlin a réuni des experts à Strasbourg pour échanger leurs expériences.

En voici un condensé de leurs conseils pratiques dans le cadre de notre grand dossier sur l’isolation :

Sommaire du dossier Isolation

*

Les Français et les écogestes d’économies d’énergie

Français-ecogestes-energie

 

Comment mettre en place son isolation ?

Réussir son isolation thermique

isolation thermiqueVoici quelques astuces simples proposé par Dominique RUDLER Artisan air énergie, spécialiste de l’étanchéité à l’air et de l’isolation BBC en produits biosourcés pour une rénovation thermique réussie .

L’enveloppe thermique d’un bâtiment est constituée de deux couches : l’une isolante, l’autre étanche à l’air. Les points critiques lors de travaux sont de :

− supprimer les ponts thermiques (rayonnement et conduction) par la mise en place de voiles isolants continus et connectés,

– supprimer les perméabilités à l’air (grosso modo la convection). La thermique du bâtiment relève de la mécanique de fluides, la déperdition freinée par les isolants trouvera un autre chemin par les fuites d’air,

− supprimer les vecteurs de déperdition.

La performance des matériaux et leur pose

− la mise en oeuvre d’isolants performants c’est à dire dont le lambda est inférieur à 0.060 W/mK. (le bois n’est pas un isolant) et dans des épaisseurs suffisantes,

− la performance des matériaux doit être réelle tout au long de la journée (capacité thermique des isolants = capacité de stockage énergie),

− les produits isolants doivent être pouvoir supporter le temps qui passe, les intempéries et être sains (charge en humidité sans perte de propriétés ni affaissements, hygroscopie, résistance fongique et xylophage, tenue au feu, type de poussières, COV, formaldéhydes, bilan de l’énergie grise, etc.),

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour

  2. salop on na a cet travaille pour les esclavage

  3. Bonjour,

    Je n’ai rien compris au texte traitant de l’isolation….trop technique; à qui s’adresse-t-il?…
    J’ai une maison de 30 ans en ossature bois, laine de verre et polystyrène… chauffage au poële à bois 125m2 : 6 stères en moyenne sur les 5 dernières années…. Où veut-on en venir avec les nouveaux matériaux????

    • “trop technique”
      En effet, et réservé aux connaisseurs, car il y a encore beaucoup d’approximation que seul les professionnels peuvent contourner.
      “6 stères en moyenne”
      Ceci est relativement énorme.
      J’habite une maison de 105 ㎡ construite en 1980 et je ne consomme de 750 ㎏ de pellet et 1200 kWh d’appoint.
      L’isolation à pour objectif de limiter les pertes d’énergie du bâtiment.
      Ce n’est pas suffisant, il faut aussi une étanchéité à l’air raisonnable.
      L’idée à terme est de produire (annuellement) autant d’énergie que l’on en consomme. Pour cela, l’isolation n’est pas suffisante, il faut des sources renouvelables (éolien, solaire…).

Moi aussi je donne mon avis