Que faire après une forte pluie au potager et au jardin ?

L’été n’est décidément pas de tout repos pour le potager et le jardin. Entre la sécheresse, les vagues de chaleur et désormais, les épisodes de fortes averses, voire de grêle, les plantations sont malmenées. Que faire au jardin comme au potager après le passage d’une forte pluie ? Voici quelques gestes essentiels pour réparer les dégâts causés par les averses.

Rédigé par Cecile, le 19 Aug 2022, à 16 h 30 min

Les vagues de chaleur successives ont déjà mis à mal les potagers et les jardins, causant bien des ennuis aux jardiniers. Si certaines astuces permettent de préserver les plantations de la sécheresse, l’arrivée de la pluie, guettée avec impatience, n’a pas forcément l’effet escompté. En France, de nombreux départements ont ainsi essuyé récemment de fortes pluies, causant des inondations localisées. Des averses accompagnées parfois de grêle et de vents particulièrement forts.

8 gestes essentiels au jardin et au potager après la grêle ou une forte pluie

Lorsque les averses sont trop fortes, elle peuvent alors réduire à néant tous les efforts des jardiniers… Il est toutefois possible de réparer les dégâts au potager comme au jardin, ou tout du moins de ne pas les empirer. Voici comment procéder.

1 – Après la pluie, attendez le bon moment pour parcourir votre jardin

Une fois l’averse passée, il est tentant d’enfiler ses bottes pour inspecter au plus vite son potager et son jardin. Or, le risque est alors grand de tasser la terre encore boueuse avec pour conséquence l’asphyxie radiculaire des plantes. Marcher sur une terre trempée va compacter de manière trop importante le sol, empêchant les racines de respirer dans une terre aérée.

Résultat : les plantes, asphyxiées, vont jaunir puis mourir. Il vous faudra alors les arracher complètement pour en replanter. La première chose à faire après une forte averse au jardin comme au potager est donc… de patienter. Tant que le sol vous semble trop mouillé en surface, ne marchez pas dessus.

Ne pas marcher au jardin après la pluie

Pour savoir si le sol est suffisamment sec pour supporter votre passage, ramassez une petite quantité de terre dans votre main et serrez-la. Si plusieurs gouttes perlent, il vous faut alors patienter encore. Si la terre ne fait que coller à vos doigts, vous pouvez y aller !

2 – Secouez doucement les plantations pour ôter l’eau

Au jardin comme au potager, certaines fleurs sont particulièrement fragiles. C’est notamment le cas des fleurs de cucurbitacées, comme celles des courgettes, dont les pétales sont très fins. Secouez-les délicatement pour les débarrasser des gouttes d’eau qui empêchent également leur pollinisation.

Faites de même avec l’ensemble de vos plantations, feuillage compris, afin d’éviter l’effet loupe qui peut les brûler avec le retour du soleil. Une humidité trop importante sur vos végétaux peut également contribuer au développement de maladies cryptogamiques.

La pluie au jardin

3 – Coupez les parties trop abîmées de vos végétaux

Profitez de ce premier tour dans votre jardin pour inspecter vos végétaux. Si certaines parties sont à moitié cassées ou trop abîmées, mieux vaut les couper à l’aide d’un sécateur désinfecté à l’alcool (à brûler ou à 90°).

Au potager, vous pouvez en profiter pour ramasser les légumes et fruits tombés au sol en raison des fortes averses, ou bien trop abimés. Il est toujours possible, en fonction de leur état, de les consommer rapidement, les congeler ou d’en faire des confitures.

Conseil : même si vos plantations vous paraissent trop abîmées par les fortes averses, ne les arrachez pas tout de suite. Coupez bien toutes les parties trop dégradées et laissez-leur le temps de s’en remettre.

Les dégâts au jardin après la grêle

4- En cas de blessure, appliquez un produit antifongique

Les maladies cryptogamiques, à savoir causées par des champignons, s’installent particulièrement vite lorsque le jardin est humide. Mieux vaut prendre les devants. Vous pouvez ainsi appliquer sur les végétaux abîmés par les fortes pluies des produits antifongiques. Pour fabriquer un antifongique naturel et bio, suivez notre guide ! 

5 – Paillez au maximum votre sol, pour éviter qu’il ne sèche trop vite

Pour éviter que votre sol ne sèche trop vite, il faut pailler si ce n’est déjà fait. Pourquoi ? Car le paillage va alors éviter que la terre ne « transpire » sous les rayons du soleil qui finira par revenir. Un processus qui contribuera à la formation d’une croûte épaisse en surface, laquelle imperméabilisera la terre. Et qui dit terre imperméabilité, dit mort des végétaux.

Outre le fait d’empêcher l’humidité de s’évaporer trop rapidement de la terre et la chaleur de grimper trop haut, le paillage organique possède d’autres vertus dont celle de nourrir les sols. Vous pouvez utiliser de la paille et autres débris de végétaux comme des épines de pin ou encore des écorces de bois. Vos tontes de gazon peuvent aussi faire office de paillage.

Pailler après la pluie au jardin

A lire aussi : Canicule : quel paillage est le plus efficace ?

6 – Le binage de la terre après la pluie : comment procéder ?

Une fois bien paillés, les sols peuvent être un peu décompactés à l’aide d’un léger binage. Le but ? Aérer quelque peu la terre, tout en préservant la vie au sol. Cela permettra aussi d’éviter la formation d’une croûte dure en surface, lors du séchage. Armez-vous d’une binette, d’un griffoir ou d’une serfouette et surtout, n’ayez pas le geste trop lourd. Biner légèrement permettra ainsi à vos sols de mieux accueillir les prochaines pluies.

7 – Augmentez la résistance de votre sol pour les prochaines averses

Plus un terrain est riche en nutriments, plus il résiste aux aléas météorologiques, sécheresse comme averses excessives. Un terrain dont les apports en matières organiques sont réguliers (compost, paillage…) supporte ainsi bien mieux les épisodes de fortes pluies puisqu’il sera en capacité de mieux les absorber. À l’inverse, lorsque les averses se font trop rares, une terre nourrie en profondeur retiendra bien mieux l’eau.

Une terre du jardin plus résistante aux averses

Sachant que les conditions météorologiques sont amenées à être plus extrêmes en raison du réchauffement climatique, la complexité des sols est donc primordiale pour aider nos cultures à résister.

8 – Éloignez les limaces !

Pour finir, qui dit averses au jardin dit… limaces ! Si les alternances d’épisodes de chaleur et de pluie ne leur sont pas profitables, déposer de la cendre autour de vos plantations est néanmoins une bonne précaution pour vous en prémunir.

Les limaces au potager

Enfin, un jardin qui résiste mieux aux orages et un jardin bien préparé ! Il est ainsi possible de prendre les devants en protégeant son terrain, potager y compris, des averses et de la grêle. Lire notre article : Comment faire pour bien protéger son jardin des orages ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis