Les objectifs ambitieux du plan climat de Hulot

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a présenté aujourd’hui son ambitieux plan climat pour ‘dessiner la France de demain et ‘prendre le leadership dans le changement climatique’. Décryptage.

Rédigé par Séverine Bascot, le 6 Jul 2017, à 18 h 29 min

Mobilité, transition énergétique, réchauffement climatique… Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire du nouveau gouvernement Macron, a dévoilé aujourd’hui jeudi 6 juillet, sa feuille de route afin de « fixer un cap » pour le quinquennat. Un objectif du Plan Climat : faire que la mise en oeuvre de l’Accord de Paris de 2015 soit irréversible. Et pour le nouveau ministre, la France doit prendre « sa part et le leadership dans le changement climatique« 

Les annonces phares du plan climat de Nicolas Hulot

Ce plan est une « colonne vertébrale » qui loin d’être figée, va se structurer au fil du temps, afin d’accélérer l’Accord de Paris et même d’aller au-delà, dans le but d’ « améliorer le quotidien des Français« . En gardant toujours à l’esprit qu’il faut contenir le réchauffement climatique afin de ne pas dépasser 2°C de hausse globale de la température.

La France doit prendre sa part mais également aller au-delà de l’Accord de Paris
Nicolas Hulot

 

La neutralité carbone à l’horizon 2050

Pour réussir le pari de parvenir à la neutralité carbone, c’est-à-dire pour que le niveau des émissions de gaz à effet de serre ne soit pas plus élevé que les émissions capturées par les puits de CO2 (forêts ou autres procédés de captage), le ministre propose d’augmenter de 40 % le prix du carbone (à 140 euros en 2030, selon Le Figaro), mais aussi d’autres substances dont le détail sera donné ultérieurement.

Fin des voitures diesel ou à essence

Toujours dans cette même optique de limiter les émissions, le plan climat prévoit la création d’une prime pour aider les ménages modestes à acquérir des véhicules plus propres. Cette aide devrait concerner les personnes qui remplaceront leur véhicule diesel d’avant 1997 ou essence d’avant 2001.

plan climat

En 2040, adieu les gaz d’échappement ! – © Paolo Bona

Il annonce la fin des véhicules diesel et essence à l’horizon 2040. Parallèlement, il prévoit d’améliorer les transports en commun comme les réseaux routiers et ferroviaires.

Améliorer l’efficacité énergétique

Quatre milliards du plan d’investissement seront consacrés à la lutte contre la précarité énergétique. Ainsi, le gouvernement va donner à tous les Français en situation de précarité énergétique une prime pour que dans un délai de dix ans, les passoires thermiques, les bâtiments mal isolés et consommant trop d’énergie soient totalement éradiqués. Dans le même temps, la production d’énergie propre sera vivement encouragée.

Le gouvernement prévoit d’oeuvrer pour une taxe européenne sur les transactions financières, une mesure en gestation depuis des années. Le montant, qui pourrait s’élever à 20 milliards d’euros par an, pourrait alors servir à financer la transition énergétique et à aider les pays en développement à s’adapter au changement climatique. Toutefois devant l’opposition de Bercy et l’imminence du Brexit, le président Macron souhaite patienter encore un peu.

Limiter les déchets

Nicolas Hulot veut également diviser par deux des déchets mis en décharge d’ici à 2025. Une aide pourrait également être apportée aux petites entreprises qui veulent faire des économies d’énergie et favorisent l’économie circulaire.

La fin de l’exploitation des énergies fossiles en France

Le plan climat prévoit que d’ici 2022, la France cesse de produire de l’électricité à partir du charbon. Les permis d’exploitation de pétrole, gaz, de charbon, etc., ne seront désormais plus octroyés.

Accélérer le déploiement des énergies renouvelables

Source d’énergie quasi inépuisable et à terme presque gratuite, les renouvelables sont aussi un facteur important pour la paix dans le monde, aux vues des conflits que génèrent les énergies fossiles. Pour l’intérêt général et l’équité entre les pays, l’objectif de la France sera de 32 % d’énergies renouvelables en 2030.

plan climat

Développer les énergies vertes © Sergey Molchenko

Enfin, pour respecter la Loi sur la transition énergétique et ramener à 50 % la part de l’atome dans la production d’électricité,  le ministre estime nécessaire de fermer certains réacteurs.

Soutenir la recherche et l’innovation

Le pays doit renforcer son attractivité dans la lutte contre le réchauffement climatique, afin d’attirer de nouvelles compétences et d’encourager les investisseurs à s’engager dans les énergies vertes. La France sera candidate pour accueillir la séance plénière du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) en 2018.

Adapter l’agriculture

Les états généraux de l’alimentation qui seront lancés dans quelques jours, visent à fixer un cap à l’agriculture, qui est le secteur le plus exposé aux aléas du changement climatique, et à l’agroalimentaire français, afin d’assurer un revenu décent aux agriculteurs ainsi qu’une alimentation de qualité, tout en respectant l’environnement.

Mettre fin à la déforestation

Selon WWF, le rythme de destruction des forêts, quelle qu’en soit la cause, provoque presque 20 % des émissions globales de gaz à effets de serre. Catastrophes naturelles, températures fluctuantes, raréfaction des ressources… La France connait déjà les effets du changement climatique et se doit de participer aux efforts pour contenir la déforestation.

Développer l’aide internationale

Enfin, le plan climat propose de réfléchir à une aide internationale à l’échelle mondiale mais pas seulement au niveau des États, mais aussi en associant les grandes métropoles.

« Le réchauffement climatique fait partie de nos priorités diplomatiques. Il faut bien sur aider les pays en développement. Nous devons arrêter le cynisme. Nous avons une responsabilité. Nous nous sommes engagés à dépenser 5 milliards en ce sens pour permettre aux pays en développement à s’adapter au changement climatique, à s’en prémunir« .

Pour l’instant, les annonces de Nicolas Hulot dans ce plan climat, n’offrent que peu de mesures concrètes, et ces différents chantiers n’ont pas encore tous reçu l’aval de Matignon. Affaire à suivre donc…

Illustration bannière : Nicolas Hulot – © Frederic Legrand – COMEO
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

14 commentaires Donnez votre avis
  1. De toute façon, tant qu’on ne supprime pas la voiture DÉFINITIVEMENT, qu’elle soit hybride, electrique, a hydrogène ou a essence, il restera toujours de GROS problèmes.

    • La voiture ne représente que 15 à 18% de la pollution totale, la voiture est la vache à lait du gouvernement, que l’on s’attaque vraiment aux grands pollueurs et non à ceux qui n’ont pas d’autre moyens d’utiliser leur voiture pour aller travailler et nourrir leur famille, que l’on s’attaque à la pollution de loisirs, car on a créer des besoins pour justifier utile l’inutile.

  2. bonjour, L’industrie française a été anéantie par des produits asiatiques très peu cher.

    L’industrie automobile malgré la concurrence étrangère s’en sortait pas mal, mais voilà que malgré les gros efforts sur les voitures les plus récentes, ça ne va pas, on va tout détruire, notamment tous les efforts qui ont été fait. ça pollue soit, c’est vrai que beaucoup trop de bagnoles « puent » encore le gazoil.

    Mais les avions, ça ne pollue pas peut-être ??? ça pollue en l’air très haut, et la pollution reste en hauteur certainement ???

    Et les bagnoles de rallye qui ronflent, même en faisant du sur place. Deux m’ont doublé ce matin en faisant vrombrir leur moteur. Là c’est pollution maximum pour le plaisir.

    Et M. Hulot aurait un gros bateau avec un moteur puissant… (moteur classique) et qui consomme énormément… Et je ne parle pas lorsqu’il faisait de l’hélicoptère.

    On va encore affaiblir le pays. ça ne va pas s’arrêter pile en 2040, l’industrie automobile va péricliter progressivement avec le chômage qui va s’étendre.

    Les marques étrangères vont vite se précipiter sur la fabrication de voitures électriques venant de l’étranger…

    Et les voitures électriques vendues pour une autonomie de 400 km, en réalité même pas 300, ne nous permettront pas de partir en vacances avec, surtout qu’il n’y a que très peu de station de chargement des batteries.

    Et les batteries, on va nous les louer plus cher que ce que nous coûtait le carburant pour ceux qui roulent peu et polluent peu.

    Ces décisions sont trop rapides et minent le moral de gens qui sentent qu’ils vont perdre leur gagne pain. ce n’est pas la voiture qui va les tuer mais la disparition brutale de la voiture

    Quant aux pays fournisseurs de pétrôle, si on ne leur en achète plus, que va-t-il se passer ? Vont ils venir allonger les files de migrants qui viennent en continu depuis pas mal de temps.

    Ceci dit, les gens exagèrent et font beaucoup de km inutiles, font du gaspillage de carburant, sans parler des rallyes et courses de voitures.

    C’est pour faire progresser la voiture, eh bien elle a suffisamment progressé puisqu’elle est condamnée à mort.

    Je suis plutôt écolo, mais un pays, ça ne se conduit pas ainsi, pas comme une voiture de sport, mais comme un grand paquebot avec lequel il ne doit pas avoir de brutalité, mais avec lequel on doit prévoir et agir sans précipitation.

  3. Hulot un doux rêveur, fin des véhicules diesel et essence à l’horizon 2040, par des voitures électrique??? pour cela il faudrait déjà que l’autonomie soit supérieure à ce quelle est à l’heure actuelle, 300kms dans les meilleurs conditions, pas de clim, pas de chauffage et des températures raisonnables car par temps froid l’autonomie diminue, bonjour pour ceux qui n’ont pas de garage pour l’hiver, de plus les ressources pour fabriquer les batteries ne seront pas éternelles, tout comme le pétrole, recyclage et dépollution sous le tapis, la voiture en terme de pollution n’est que de 15 à 18% de la pollution totale, mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire, bien que d’autres actions dont on met aussi sous le tapis, en autre la pollution par les paquebots de croisière qui consomme jusqu’à 300 tonnes jour de fuel lourd, ce fioul lourd est très polluant et possède une teneur en soufre plus de 3.500 fois supérieure à celle du diesel des voitures, un seul paquebot en une journée pollue autant qu’un million de voitures, les supers porte conteneurs ne sont pas en reste, surtout pour nous inonder produits fabriqués à bas coût en Chine, qui détruisent en plus les emplois dans notre pays. Le transport aérien n’est pas en reste, beaucoup de déplacements inutiles mais comme d’habitude on crée des besoins pour justifier l’inutile. Dans les années 50 (hulot n’était pas encore né)à 70 les usines étaient installées dans dans des petites villes ou villages, les ouvriers étaient bien souvent logés dans les cité à coté de leur lieu travail, allaient travailler à pied ou à vélo, maintenant plus d’usine plus de travail, villes, villages de véritables déserts, plus de commerce, plus d’école, plus de médecin etc…les gens vont travailler à des centaines de Kms, oh!!! on a construit des lignes TGV(un gouffre financier 2 TGV sur 3 ne sont pas rentables) pour amener les employés au travail ou l’on concentre à outrance les emplois sur Paris ville polluée, invivable, de Rennes, Bordeaux, Lyon,Nancy, Strasbourg , tous cela à un cout en énergie, mais ça c’est sous le tapis, de plus il veut réduire la part du nucléaire, plus de centrales thermiques, je ne pense pas que c’est avec ses éoliennes et ses panneaux solaire qu’il va faire rouler des centaines de TGV à 300Km/H, mais ça c’est encore sous le tapis. Tout cela ne sont que des mesurettes qui ne serviront à rien, il faut s’attaquer aux vrais problèmes et non faire du saupoudrage comme cela c’est toujours fait, avec ce personnage rien sera réglé, ce n’est qu’un pot de fleur sur le coin d’un bureau, mais qui vit comme un pacha et pollue plus que tous ses compatriotes, qu’il ramener à l’age de pierre.

  4. On attend tous qu’ils parlent enfin de la cause animale mais avec le gouvernement de ce dictateur de Macron qui va seulement travailler pour fructifier les milliards des riches la cause animale ne va pas progresser.

  5. Dans les sous-marins de la US navy ils essaient de maintenir le niveau de CO2 en bas de 8000 ppm mais même plus haut aucune malaises ressentis.
    Allez vous gratter les arnaqueurs.

    • dans les sous marins de la US Navy que je sache, il n’y a ni enfant jeune et moins jeune ni personne agée ou sensible….

    • Ok restez ignorant et con.

  6. Complètement bajo le mec, attachez le quelqu’un au plus vite

    • ils ne vivent pas dans ces sous-marins, puis comment savez-vous que sur le long terme ils n’auront pas des maladies?

      Hulot a du boulot et il doit durcir les règles sur le climat et l’environnement

    • Cathy
      Laissez faire.

  7. oui d’un côté il fait ça « pour le climat » et d’un autre il accepte les perturbateurs endocriniens parce que l’Europe l’a dit!!!!
    Quand est-ce que vous allez comprendre que ce n’est pas pour le bien-être de tous cette lutte contre le « réchauffement » mais bien juste une question de fric!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Pour les multinationales bien entendu, pas pour nous!!!!!!!!!!!!!!!

  8. C’est vraiment dommage que les objectifs ne soient jamais assez ambitieux.

    • Objectif ambitieux pour les autres mais lui vivra comme un pacha au vue de ses rentes, de plus ses produit Shampoings « Ushuaïa »: la machine à cash de Hulot sont toxiques en plus, alors qu’il balaye devant sa porte ce nanti.

Moi aussi je donne mon avis