Et si on osait le politiquement créatif ?

La créativité en politique existe mais certains obstacles l’empêchent de se propager. Dans son ‘Petit manuel de créativité politique’, préfacé par Nicolas Hulot et Dominique Bourg, Stephen Boucher nous donne des clefs pour mobiliser les énergies créatives et inventer d’autres manières de gouverner. Décryptage.

Rédigé par Séverine Bascot, le 26 Feb 2017, à 13 h 00 min

Cela faisait plusieurs mois qu’on l’attendait avec impatience chez consoGlobe.com : ça y est, le Petit manuel de créativité politique – Comment libérer l’audace collective vient de sortir ! Avec l’élection présidentielle qui se profile pour bientôt, plus le temps passait, plus le clavier de notre Directeur général Stephen Boucher, auteur de cet ouvrage, crépitait avec pour objectif : nous montrer qu’il est possible de gouverner différemment sans resservir toujours les mêmes recettes aux citoyens, et nous expliquer comment y parvenir tous ensemble…

manuel de creativite politique

Il faut créer de nouvelles manière de gouverner © Sentavio Shutterstock

La créativité est universelle. Pourquoi aurait-on besoin d’un manuel pour l’exprimer, même en politique ?

Dans notre monde en constante évolution, où l’inter-connectivité rend les problèmes de plus en plus complexes et les changements de plus en plus rapides, il faut être créatif pour trouver des solutions au quotidien. Sans entreprendre une longue démarche systématique ou un important processus de résolution de problèmes, on cherche de façon instinctive à clarifier la situation en émettant une ou plusieurs idées spontanées, puis après une période de réflexion et à la lumière de nos expériences propres, on adopte une solution ou on cherche encore à l’améliorer…

Faire converger les énergies dans la recherche de solutions efficaces

La créativité politique, c’est bien plus qu’une séance de brainstorming, même bien conduite, ou une séance de coaching facturée cher. De nombreuses entreprises l’ont compris, car, pour elles, s’organiser pour arriver à la production de solutions est un enjeu de survie. Elles mobilisent les énergies créatives dans leurs équipes et à l’extérieur ; elles développent des outils, des lieux, mobilisent des ressources ; elles forment leurs personnels à de nouvelles manières d’être et de penser.

Est-ce réalisable à l’échelle d’une région ou d’un pays entier ? Oui, estime Stephen Boucher, si on s’en donne les moyens et qu’on saisit l’urgence de faire de la créativité une priorité. Après tout, argumente-t-il, « la politique ne devrait-elle pas uniquement être une affaire de recherche de solutions nouvelles, plus efficaces sur la durée, nécessitant moins de moyens, et emportant l’adhésion, une définition possible du processus créatif ? ».

manue de créativité politique

La créativité pour rechercher des solutions nouvelles © ImageFlow Shutterstock

Et, constate-t-il, la présente campagne électorale nous montre que le monde politique s’intéresse aux besoins de solutions nouvelles et que l’implication des citoyens est de plus en plus active… Des choses se produisent, « ça avance dans le bon sens », et ce Petit manuel de créativité politique se veut comme une grille de lectures cohérente sur ces enjeux.

Un manuel de créativité politique qui dresse des priorités

« De nos jours, la créativité politique existe bel et bien mais se déploie plus par hasard et malgré tous les obstacles qui se présentent sur son chemin, que de façon délibérée et prévue », analyse Stephen Boucher. Partant de ce constat, à quoi pourrait ressembler les manières de faire si on levait les obstacles à la créativité en politique ? Dans le petit manuel de créativité politique, plus que des outils, Stephen Boucher propose des principes d’action pour refonder le système politique.

D’après lui, ces principes pour placer la créativité au coeur de l’action politique, au nombre de sept, sont comme les chakras dans les traditions holistiques asiatiques : ils doivent être alignés pour permettre à l’énergie vitale de circuler normalement dans le corps… politique ici. Il nous invite à :

  • Oser la créativité
  • Aborder la complexité avec des outils simples
  • Rendre le système accessible à tous les intéressés
  • Transmettre la créativité et sortir de sa zone de confort
  • Appréhender l’État comme le catalyseur de la créativité collective
  • Développer des outils démocratiques pour faire circuler la créativité entre les citoyens et l’administration, entre élus et administrations, entre régions et Etat, etc
  • Laisser libre court à l’originalité, à l’humour, à l’Humain pour aussi faire que la créativité soit électoralement payante, car si les partis qui font le pari de la créativité ne remportent pas les élections, les principes précédents resteront un voeu pieux.

Pour mieux comprendre, l’auteur nous fournit toute une série d’exemples concrets de créativité qui pourraient s’appliquer ou s’appliquent déjà en politique.

L’Allemagne et la sortie du nucléaire : penser large

Outre-Rhin, malgré tous les risques de blocages que la question de la transition énergétique engage inévitablement, la structure Agora Energiewende a réussi à surmonter le poids des lobbys d’une manière originale.

Que l’on soit pour ou contre la sortie du nucléaire n’est pas l’enjeu ici : l’important est uniquement de bien comprendre par quels mécanisme l’Allemagne est en train de réussir ce qui chez nous paraît juste inconcevable.

 

En rassemblant toutes les parties prenantes autour de la table et en allouant un budget conséquent pour mener des études concertées, l’Allemagne s’est en effet donnée toutes les clés pour qu’un processus créatif se mette en place.

Lorsqu’un problème surgit, les acteurs principaux du secteur se retrouvent autour de la table, désignent ensemble des experts et leur passent commandes d’études complètes, sur la base desquelles sont prises les décisions d’un commun accord. Difficile alors de revenir sur les processus ainsi engagés…

manuel de créativité politique

© Rawpixel.com Shutterstock

Les lobbys réinventent l’industrie du papier : faire des contraintes une vertu

Mis face à leurs obligations de réduire leur poids environnemental par l’Union européenne, la plupart des industries ont crié haut et fort que c’était tout bonnement impossible… Certaines ont même dépensé des fortunes aux lobbyistes pour gagner du temps. Toutes, sauf celle du papier, qui a misé sur une stratégie totalement innovante : partir des objectifs plus que des contraintes actuelles, pour avancer dans le bon sens. Autrement dit, faire du changement climatique une opportunité !

À l’inverse des autres, les industriels du papier se sont attachés à visualiser la situation désirée et souhaitable pour inventer des solutions viables. Un concours interne où deux équipes (pour et contre) se sont affrontées a permis d’identifier les obstacles à lever pour parvenir à l’objectif, et  de mettre en place ensemble une feuille de route pour rendre le changement effectif. Brillant et terriblement efficace, le lobbying quand on veut !

Les designers et nous : immerger, co-créer

Les designers ont le sens de l’observation : ils scrutent leur environnement et conceptualisent des méthodes ou développent des objets, en gardant toujours en tête l’usage qui va en être fait : une approche de l’innovation basée sur l’observation, à l’instar du biomimétisme, de la co-créativité et de l’implication de l’utilisateur final.

manuel de créativité politique

© Sunny studio Shutterstock

Ils créent le monde de demain à partir d’applications et d’innovations existantes, s’emploient de plus en plus au service d’une croissance raisonnée, à travers des réalisations qui revalorisent les déchets, privilégient l’utilisation de matières innovantes et sensibilisent les utilisateurs à leur environnement. Et de plus en plus, ils s’impliquent en politique avec pour beaucoup l’envie de servir l’intérêt général.

Pour Stephen Boucher, cette « approche pourrait très bien permettre de sortir du schéma gouvernants / gouvernés, en prônant la co-création et la répartition de l’expertise entre les élus et les citoyens : on passerait ainsi d’une relation Top-Down (de haut en bas) en politique, à une approche Bottom-Up (ascendante), où les lois générales seraient moins nombreuses mais les citoyens beaucoup plus responsabilisés ».

L’implication citoyenne est indispensable pour plus de politiquement créatif !

Bien évidemment, tout le monde ne va pas s’impliquer au même niveau, d’une part par manque d’information et d’autre part car de nombreux obstacles restent encore à lever pour changer les systèmes établis.

La complexité des problèmes, même si de nombreux outils de démocratie participative dont les civic tech voient le jour, en rebutera toujours. Et puis tout le monde n’est pas un créatif culturel, et il faudra prendre soin que les couches de la société les plus précaires ou désintéressées soient mieux informées, sensibilisées, motivées, afin de comprendre que la participation citoyenne ne servira l’intérêt général que si une grande majorité de la population est impliquée.

mauel de créativité politique

L’implication ne s’arrête pas à la protestation © 1000 Words Shutterstock

Déjà, les comportements électoraux (élection de Trump), la préférence actuelle pour des candidats alternatifs aux partis dits « de gouvernement » (Macron, Le Pen), le rejet des partis traditionnels, montrent que l’envie est là et que les citoyens cherchent « des manières de faire différemment ». Le succès des Nuits Debout !, les mobilisations massives contre les grands projets ou les lois malvenues, en témoignent également…

La roue est lancée, à nous de jouer !

Et pour commencer, le mieux est de s’équiper du Petit manuel de créativité politique – Comment libérer l’audace collective, Le Félin, préface de Nicolas Hulot jusqu’au 1er mars sur kisskissbankbank.com et participez ainsi sa diffusion !

Petit manuel de créativité politique

“Petit manuel de créativité politique”, S. Boucher, 411 pp., illustré par Aina Bestard, préface de Nicolas Hulot, éd. Le Félin

Illustration bannière : – © docstockmedia Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Niveau créativité, je connais un blog qui fait pas mal de propositions… https://bd-blogeur.blogspot.fr/

Moi aussi je donne mon avis