L’ours blanc broie du noir

De nombreuses associations militent pour la sauvegarde de cet animal, dont la situation est critique, non pas par la seule fonte des glaces mais également par la chasse. Or, à ce jour, le commerce international de l’ours blanc n’est toujours pas interdit !

Rédigé par Alan, le 27 Mar 2017, à 17 h 00 min

Alors que des associations comme la PETA se battent contre la fourrure, on a parfois tendance à oublier au quotidien que la chasse pour les peaux est toujours une réalité. Elle concerne notamment des animaux particulièrement menacés, comme l’ours blanc, dont les conditions sont déjà précaires du fait de la fonte des glaces et de la pollution.

La chasse à l’ours blanc : toujours une réalité

Ainsi, les Territoires du Nunavut et du Manitoba sont des zones du Canada envahies de mars à mai et d’aout à octobre, par des touristes d’un genre particulier. Ils deviennent le terrain de chasse privilégié pour tirer des ours blancs, pourtant classés comme espèce menacée depuis 2008, et la demande reste forte !

ours blanc

Des ours blancs sur la banquise © hristopher Wood Shutterstock

À tel point que le Territoire du Nanavut a augmenté les quotas de chasse dans la Baie d’Hudson en 2012, malgré un avis défavorable du Groupe des Spécialistes de l’Ours Polaire de l’UICN.

Les prix des peaux flambent

Dans la région, la chasse à l’ours blanc est aussi commune que la chasse à l’éléphant et le commerce de l’ivoire dans d’autres régions. Si vous venez chasser l’ours blanc, on vous indiquera le calibre des balles à utiliser, on vous donnera des conseils et même l’adresse de taxidermistes. Les peaux d’ours blanc se vendent très bien aux enchères, et les prix ne baissent pas, bien au contraire. Les acheteurs n’ont même pas à se déplacer.

L’ours blanc, un animal en danger immédiat

Pourtant, outre l’UICN, des publications du monde entier font état de la situation très précaire de l’ours blanc.

ours blanc

Le réchauffement climatique mat à mal l’habitat de l’ours polaire © Jan Martin Will Shutterstock

En février 2013, 12 scientifiques internationaux avaient lancé une lettre ouverte à la communauté internationale dans Conservation Letters. Ils pressaient les gouvernements d’agir rapidement vu l’urgence de la situation : la banquise arctique diminue fortement, et l’ours polaire a déjà du mal à survivre dans un environnement qui complique ses habitudes, le chasser est donc la dernière chose à faire.

Lire page suivante : l’interdiction du commerce international de l’ours blanc

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour qui nous prenons-nous pour penser que nous avons droit de vie et de mort sur d’autres espèces ?

  2. Sur quels critères le refus de protéger les ours polaires a-t-il été pris ? Je suis vraiment très étonnée par cette décision. Faut-il attendre qu’il n’y ait plus d’ours ?…encore une espèce qui risque de disparaître. J’ai lu récemment que le “Tigre de Tasmanie” n’est plus interdit de commerce planétaire, et pour caus, il aurait disparu de la terre ! et tant d’autres espèces moins connues…

  3. merci pour cet article qui dénonce le vrai problème.
    Cela nous change de la fonte des glaces ! 😉

  4. laisser vivre les ours blanc eux ne vienne pas chez vous

  5. il est important que le monde réagisse à la destruction des ours blancs l’homme devrait prendre ses responsabilité par rapport au monde animal car l’ours n’est pas le seul qui disparaitra entre autre le dauphin blanc, les requins pour des idées idiotes ,l’homme fait aux animaux ce qu’il ne voudrait pas qu’on lui fasse,que laisserons à nos enfants si ce n’est la désolation de notre terre,

  6. Faites le maximum pour sauver les ours,la chasse devrait ètre interdite depuis longtemps

  7. faites circuler une pétition pr sauvegarder l ours

  8. ce serait bien de traduire certaines pages en français lorsqu’il y a des paragraphes écrits en anglais, ce n’est pas tout le monde qui connait l’anglais. Merci de votre compréhension.
    Je suis écoeurée de voir cet acharnement sur les animaux. Tant comme c’ l’ours blanc est beau. Je préfère le voir courir que d’en faire des descentes de lit. Honteux.

    • Alan

      Bonjour Michele,
      où voyez-vous un paragraphe écrit en anglais ?

  9. pétition en français : savethearctic.org/

Moi aussi je donne mon avis