Mummyrexie : un danger pour bébé ?

Rédigé par Eva Souto, le 14 Jan 2014, à 16 h 02 min

Mummyrexie, un danger pour maman… et pour bébé !

FoetusNul n’en doute, s’astreindre à un régime draconien alors qu’on est enceinte n’est pas sans risque ! Pour les mères, ce sont les carences et l’anémie qui sont le plus à craindre.

Car lorsqu’il n’y a pas suffisamment de vitamines, fer ou calcium pour l’enfant et la maman, c’est le foetus qui est prioritaire. Mais si ce dernier connaît des manques, cela peut entraîner des retards de développement ou une naissance prématurée.

Des risques y compris pour l’accouchement

Qui plus est, cela peut conduire à un manque d’énergie chez la mère, nécessaire pour pousser lors de l’accouchement ou capital pour l’allaitement.

VitaminesParmi les besoins essentiels, on note un besoin accru en fer pendant la grossesse : arrivées à terme, on notre souvent que 60 à 75 % des femmes en sont déficitaires. L’iode est également un élément capital : une carence de cet élément peut provoquer des retards sur le cerveau de bébé.

Les acides gras essentiels, le magnésium, les vitamines B9, B6 et B12 sont également essentiels à la croissance de bébé, au développement de l’embryon et au bien-être de la maman. On les trouve dans les légumes à feuilles vertes, dans les protéines (viandes, poissons, oeufs) etc.

fleche-suiteLes carences peuvent aussi entraîner à long terme des effets néfastes : en effet, elles engendrent une modification génétique qui favorise le développement d’un diabète de type 2 et de l’obésité. En se sous-alimentant ou en pratiquant une activité en surdose, les adeptes de la « mummyrexie » s’exposent aussi, dans les cas extrêmes, à une fausse couche. Parfois même, elle a conduit à des grossesses terribles : à 6 mois, une maman aurait perdu son bébé in utero.

La cause ? Elle l’aurait laissé mourir de faim dans son ventre.

bébéAutre danger et pas des moindres : la difficile construction du lien mère-enfant. Le psychiatre Gérard Apfeldorfer, spécialisé dans l’étude des comportements alimentaires et dans le traitement de ses dysfonctionnement, explique d’ailleurs « On a encore peu de recul sur cette question mais ce n’est pas une relation en totale harmonie. Le nouveau-né est perçu comme celui qui détruit le corps ».

D’ailleurs, des témoignages laissés par des jeunes femmes sur des forums viennent illustrer ces propos : « A chaque fois que je prenais un kilo, je savais que c’était normal mais je ne pouvais pas m’empêcher de penser à tout ce que j’allais devoir faire après pour le perdre. Sans compter les heures perdues à traquer la peau d’orange et les vergetures ».

Des pathologies futures

Il faut savoir qu’en dessous de 5 kilos pris pendant la grossesse, on dénombre plus de prématurés. Les bébés sont plus petits à la naissance, et sur le long terme et présentent souvent des problèmes de santé chroniques. Les enfants restreints pendant la grossesse ont également plus de risques, une fois adultes, de développer des pathologies telles que le diabète ou l’obésité.

Les gynécologues recommandent une prise de poids d’au moins sept kilos. En effet, à eux seuls, le foetus, le placenta et le liquide amniotique pèsent sept kilos.

bebe-lait-02Si la femme prend du poids lors de la grossesse, ce n’est pas anodin : c’est pour accumuler de l’énergie et des réserves dont elle aura également besoin une fois l’accouchement passé. Alors, reperdre du poids trop rapidement entraîne aussi son lot de dangers, parmi lesquels carences et frustrations.

Il y aurait donc chez ces femmes plus de stress, de pression, ce qui conduirait à davantage de baby-blues. Enfin, il faut savoir que l’utérus est un muscle. Il est donc normal et physiologique, qu’il lui faille du temps pour reprendre sa forme (6 mois environ) et pour que les mamans retrouvent leur ligne d’avant-grossesse.

> Suite : Mummyrexie, un phénomène encore peu développé en France

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Où est le problème? On peut comprendre qu’une femme n’ait pas envie de ressembler à une mongolfière, c’est légitime! Prendre soin de soi c’est aussi surveiller son poids et ne pas se laisser aller à manger n’importe quoi. Faut arrêter de vouloir tout « psychologiser », vouloir garder son poids de forme n’est en aucun cas une maladie.

  2. Moi, j’ai pris 22 kgs pour ma première grossesse, 20 pour la seconde! Et j’en suis très fière! C’est le seul moment de notre vie où on peut vraiment se faire plaisir et qu’on a la justification parfaite! En plus, il est hors de question que mes enfants commencent leur vie avec des frustrations! Du coup j’ai cédé à toutes mes envies! Et après l’accouchement, je me suis astreinte à sortir au moins deux fois par jour, une heure de ballade (ça faisait du bien au moral, et ça a permis aux loulous de vite comprendre la différence entre la nuit et le jour… et mon chien n’a pas été dépaysé de l’arrivée de bébé puisqu’on ne changeait pas ses habitudes de promen,ade!!!) résultat, tout perdu environs 6 mois après chaque grossesse! Sans régime, sans privation, et sans sport extrême! Ces femmes ne se rendent vraiment pas compte de ce qu’elles font et encore moins de ce qu’elles infligent à leur enfant. Pas étonnant que dans le show biz, on voit rarement des enfants équilibrés…

  3. Je n’avais aucune connaissance de ce phénomène … Ces femmes sont-elles vraiment prêtes à avoir un enfant? Ce type de comportement m’apparait comme un signe d’égoïsme et donner la vie est faire don de soi à l’enfant à venir. Il ne s’agit pas que de se faire un enfant. C’est un mauvais départ et je n’ose imaginer la suite. Tout est question d’équilibre, durant ma grossesse, j’ai continué à faire de l’exercice mais à un rythme plus léger car bouger est essentiel. Même chose après l’accouchement.

Moi aussi je donne mon avis