Mummyrexie : un danger pour bébé ?

Rédigé par Eva Souto, le 14 Jan 2014, à 16 h 02 min

La minceur est devenue l’obsession de nos sociétés contemporaines. Les techniques pour obtenir une taille de guêpe se multiplient et s’exposent fièrement sur internet ou dans la presse magazine. Mais, lorsque l’on croit avoir touché le fond avec un phénomène aberrant tel que le thigh gap ou le régime corset, d’autres apparaissent. Toujours plus inquiétantes. Aujourd’hui, j’ai nommé la « mummyrexie ». Contraction de « mummy », maman en français et de « rexie », vous l’aurez compris, d’anorexie, ce nouveau phénomène touche les femmes enceintes. Enquête sur ce nouveau mal.

La mummyrexie – en consiste-t-elle ?

Caroline Berg Eriksen

Caroline Berg Eriksen, blogueuse fitness, enceinte de 9 mois

La mummyrexie (contraction de « maman » et « anorexie ») ou pregnorexia (contraction de pregnant, « enceinte » et rexia, « anorexie ») est un phénomène qui touche les femmes enceintes.

La volonté affichée : tout faire pour garder la ligne lorsque l’on attend un enfant.

Et pour arriver à leurs fins, les futures mères ne lésinent pas sur les moyens : régimes, carences alimentaires, sport intensif. Pire, elles n’hésitent pas à traîner leurs obsessions de minceur jusqu’au troisième trimestre de grossesse.

Privation de nourritureCette privation volontaire de nourriture et cette suractivité physique tourne alors à la pathologie : perte d’appétit, lutte contre la faim et contre l’absorption de nourriture.

Or, cette pathologie se loge dans la tête de ces femmes, en quête de la ligne idéale et produit des effets à déplorer sur leur corps, place et lieu de la grossesse. Cruel paradoxe donc, lorsque l’on sait qu’en réfrénant sur la nourriture, maman s’affame mais affame surtout… bébé !

Quels apports pour la femme enceinte ?

fleche-suitePour rappel, une femme enceinte a besoin d’un apport calorique quotidien de 2200 calories en moyenne, pour subvenir à ses besoins et à ceux de son enfant. En France, la prise de poids recommandée pendant la grossesse est de 12 kg.

Femme enceinteMais il n’existe pas de véritable recommandation française. Celle qui fait foi est celle de l’Institut de Médecine (USA) qui préconise une prise de poids située entre 11 et 16 kilos pour une femme de poids normal.

De manière générale, la prise de poids doit être adaptée au poids antérieur à la grossesse. Il est entendu que certaines femmes prennent plus, d’autres moins, en fonction de leur métabolisme et de leurs caractéristiques physiques propres.

Ainsi, pour mener à bien sa grossesse, il est recommandé de s’alimenter de façon saine et équilibrée, afin de veiller à éloigner les carences et à assurer le bon développement de bébé.
Magazines

Cependant, lorsque l’on regarde les magazines, l’idée de la grossesse heureuse et assumée prend du plomb dans l’aile. Certaines stars n’hésitent d’ailleurs pas à afficher leur ventre plat après grossesse, ou leur prise de poids minime durant grossesse. On comprend alors pourquoi le phénomène de mummyrexie gagne du terrain.

> Suite : Les stars et les magazines : épicentres du phénomène de mummyrexie

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Où est le problème? On peut comprendre qu’une femme n’ait pas envie de ressembler à une mongolfière, c’est légitime! Prendre soin de soi c’est aussi surveiller son poids et ne pas se laisser aller à manger n’importe quoi. Faut arrêter de vouloir tout “psychologiser”, vouloir garder son poids de forme n’est en aucun cas une maladie.

  2. Moi, j’ai pris 22 kgs pour ma première grossesse, 20 pour la seconde! Et j’en suis très fière! C’est le seul moment de notre vie où on peut vraiment se faire plaisir et qu’on a la justification parfaite! En plus, il est hors de question que mes enfants commencent leur vie avec des frustrations! Du coup j’ai cédé à toutes mes envies! Et après l’accouchement, je me suis astreinte à sortir au moins deux fois par jour, une heure de ballade (ça faisait du bien au moral, et ça a permis aux loulous de vite comprendre la différence entre la nuit et le jour… et mon chien n’a pas été dépaysé de l’arrivée de bébé puisqu’on ne changeait pas ses habitudes de promen,ade!!!) résultat, tout perdu environs 6 mois après chaque grossesse! Sans régime, sans privation, et sans sport extrême! Ces femmes ne se rendent vraiment pas compte de ce qu’elles font et encore moins de ce qu’elles infligent à leur enfant. Pas étonnant que dans le show biz, on voit rarement des enfants équilibrés…

  3. Je n’avais aucune connaissance de ce phénomène … Ces femmes sont-elles vraiment prêtes à avoir un enfant? Ce type de comportement m’apparait comme un signe d’égoïsme et donner la vie est faire don de soi à l’enfant à venir. Il ne s’agit pas que de se faire un enfant. C’est un mauvais départ et je n’ose imaginer la suite. Tout est question d’équilibre, durant ma grossesse, j’ai continué à faire de l’exercice mais à un rythme plus léger car bouger est essentiel. Même chose après l’accouchement.

Moi aussi je donne mon avis