La Terre vue par Yann Arthus-Bertrand

Rédigé par Aurore, le 26 Apr 2012, à 18 h 47 min

Multifacette et passionné, Yann Arthus Bertrand est avant tout un grand amoureux de la nature, de la faune, de la flore. Montrer la beauté de notre Terre et mettre en garde les Hommes sur les conséquences de l’utilisation déraisonnée de ses ressources, tel est son credo.

Yann Arthus-Bertrand : des lions à la photographie

C’est en 1946 que Yann Arthus Bertrand voit le jour. Dans sa jeunesse, l’homme s’intéresse au cinéma, devant et derrière la caméra, avant de partir diriger une réserve naturelle à l’âge de 20 ans.
Dix ans plus tard, Yann s’envole vers le Kenya avec sa femme où il étudie une famille de lions dans la réserve Massaï Mara. Rapidement, c’est au travers d’un appareil photo qu’il immortalise le comportement des félins. En même temps, il est pilote de montgolfière. Et c’est dans les airs que Yann a une révélation : désormais, c’est la terre vue du ciel qu’il photographiera.

De cette aventure, il publiera son premier livre en 1981, Lions, puis devient photographe de grands reportages, publiant ses clichés dans National Geographic, Géo ou Figaro Magazine. En même temps, il se penche sur la relation qui peut exister entre l’Homme et l’animal.

Photographie aérienne

En 1991, Yann Arthus-Bertrand crée la première agence de photographie aérienne dans le monde, baptisée Altitude. Il continue à sillonner le monde pour photographier la Terre, son état, ses habitants et sort en 2000 le célèbre ouvrage La Terre Vue du Ciel qui se vendra à 3 millions d’exemplaires.

Aujourd’hui, Yann Arthus-Bertrand est reconnu comme un artiste de talent et un grand défenseur de la cause environnementale. En 2005, il reçoit le titre de Peintre de la Marine par le ministère de la Défense et de Chevalier de la Légion d’honneur. En 2008, Nicolas Sarkozy lui remet les insignes d’Officier de l’Ordre national du mérite et il a été nommé en 2009 Ambassadeur de bonne volonté pour le Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Pour la petite histoire, l’épée de Yann Arthus Bertrand lors de son intronisation à l’Acédémie des Beaux-Arts, a été mise au point par le designer Philippe Starck pour un look des « récup ».

*

La suite p.2> Yann Arthus-Bertrand et la fondation GoodPlanet

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Oui, c’est un homme formidable, un respectueux de la nature, il nous montre des images d’une extrème beauté et que l’etre humain saccage, aucun respect de notre environnement, quelle tristesse malgré les avertissements justifiés par ces hommes de grandes valeurs de la l qui méritent d’être décorés de la légion d’honneur, oui ces gens là et non pas tous ces rigolos que l’on décorent pour un rien, vraiement tout est mal réparti. Merci Yann pour vos reportages – continuez.

  2. Je suis super fan de tout ce que fait Yann Arthus Bertrand : photos, films, reportage ainsi que toutes les actions qu’il entreprend avec sa fondation GoodPlanet. Si vous aussi vous êtes fan, rejoignez nous sur cette page :
    https://www.facebook.com/pages/YANN-ARTHUS-BERTRAND-JAIME/205498036164159?ref=tn_tnmn

  3. Super beau, à transmettre à un maximum de personnes pour les rendre conscientes et responsables de leurs comportements.

  4. La monnaie locale complémentaire attire les producteurs de viande, les thérapeutes, les artistes, les éleveurs, les maraîchers bio, les commerces bio, les restaurants qui s’approvisionnent dans le réseau MLC, au pressing sans perclo, au producteurs de vin bio, de bière au miel etc.
    Alors oui, utilisons cette monnaie que certains qualifient de « monopoly » mais qui nous fait vivre au pays, avec confiance.

Moi aussi je donne mon avis