La Suisse s’engage pour la protection des animaux

À partir du 1er mars 2018, le homards seront mieux protégés en Suisse : fini la glace pour le transport, fini l’eau beau bouillante pour les tuer. Les chiens aussi bénéficieront de meilleurs traitements.

Rédigé par Maylis Choné, le 11 Jan 2018, à 11 h 20 min

Les citoyens suisses tiennent à coeur la santé et le bien-être animal. C’est pourquoi, dès le 1er mars 2018, de nouvelles ordonnances entrent en vigueur.

Le bien-être des homards en ligne de mire

À partir du 1er mars, dans les cuisines suisses, on ne pourra plus plonger les homards vivants dans l’eau bouillante. En plus des homards, la loi prend en compte tous les décapodes, c’est-à-dire les crustacés comptant cinq paires de pattes comme les galathées, les crabes, les crevettes, les écrevisses ou encore les langoustes. Selon les experts, ces animaux possèdent un système nerveux complexe et ressentiraient fortement la douleur.

Interdiction de garder les homards vivants sur de la glace © kudla

Ainsi, ils devront être étourdis avant d’être ébouillantés, soit par choc électrique, soit par la destruction mécanique du cerveau. Ces ordonnances votées le 10 janvier prévoient aussi le transport des crustacés : fini la glace ou l’eau très froide, ils devront être maintenus « dans leur milieu naturel ».

Lire aussi : 98 % des Français sont sensibles au bien-être animal

Du nouveau pour les chiens

Les chiens ne seront pas en reste car plusieurs mesures les concernent aussi directement. Le gouvernement fédéral vient notamment au secours des canins empêchés d’aboyer : les dispositifs, comme les jets d’eau ou d’air comprimé, seront prohibés dès le 1er mars.

Chien qui aboie © Hajrudin Hodzic

Et ce n’est pas tout ! Lors de manifestations sportives animales ou de concours, les organisateurs devront s’assurer qu’une personne compétente veille au bien-être animal.

Pas question non plus d’organiser la vente d’un chien sans préciser son origine et son pays d’élevage, etc. Le but ? Renforcer la traçabilité des animaux importés. Les animateurs de plateformes de ventes sur internet ou au sein des journaux de petites annonces devront s’assurer que ces données soient complètes.

La Suisse franchit donc un nouveau pas pour améliorer le bien-être des animaux, et montre l’exemple.

Illustration bannière : Au 1er mars, il sera interdit d’ébouillanter les crustacés en suisse – © Aleksey Stemmer
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. bonjour les fautes !
    ce serait bien de relire vos articles avant de les publier !
    bon en tout cas, merci pour vos articles

    • Quelles sont les fautes que vous avez relevées? Ainsi au moins elles pourront être corrigées!

Moi aussi je donne mon avis