La pilule écolo, c’est pour aujourd’hui !

La Journée des Femmes est l’occasion idéale pour parler d’un symbole fort : la pilule contraceptive. Où en est-on aujourd’hui après l’invention de la première pilule, il y a un demi siècle ?

Rédigé par Annabelle, le 7 Mar 2012, à 17 h 47 min

Les pilules naturelles débarquent

Bien que les risques de cancer soient écartés, les risques de thrombose veineuse (c’est-à-dire la formation de caillots sanguins) sont eux toujours présents.

Les laboratoires pharmaceutiques planchent donc depuis des années pour trouver une solution alternative. Une première pilule qui contient des œstrogènes dits naturels, c’est-à-dire identiques à ceux que produisent les femmes naturellement a été mise sur le marché français il y a 3 ans déjà.

Qlaira®, la pilule naturelle de Bayer

Qlaira® est formulée à base de valérate d’estradiol (le principe actif de l’estrogène). Elle se distingue donc des autres pilules qui sont composées quant à elles d’éthinylestradiol, une hormone de synthèse.

Qlaira® est quadriphasique  : elle présente 4 dosages d’oestradiol et de progestatif différents selon le moment du cycle. Ces dosages sont différenciés par des comprimés de couleur. C’est peut-être bien ce qui a gêné certaines femmes réticentes à cette nouvelle pilule, estimant que la prise était compliquée. Pour le Docteur Letombe, gynécologue-obstétricienne à Lille « de toute façon, prendre n’importe quel médicament tous les jours et a fortiori sans symptômes, c’est compliqué ! Mais il ne faut pas oublier la présence d’une notice explicative indiquant la marche à suivre en cas d’oubli, pour chaque comprimé ».

Anne Gompel(4), gynécologue à l’Hôtel-Dieu, déclarait à la sortie de Qlaira® qu’elle « devrait permettre de diminuer le risque d’accident vasculaire, à la fois artériel peut-être même veineux, par rapport aux autres pilules et même au patch ou à l’anneau vaginal ». On sait aussi que l’association cigarette-pilule peut s’avérer dangereuse. Il y aurait probablement moins de risque avec cette pilule naturelle.

Pour le docteur Letombe, Qlaira® a été une véritable révolution dans le domaine. « C’est une contraception tout aussi efficace que les pilules 3ème génération que nous connaissons aujourd’hui, mais à moindre risque vasculaire. Selon les diverses études cliniques menées, elle présente la même tolérance pour les femmes. En plus, comme elle est à base d’œstrogène naturel, elle n’a pas l’impact écologique des pilules à base d’hormones synthétiques. Pourquoi s’en priver ? »

Zoély®, la pilule naturelle de Themarex

Le laboratoire Themarex présente Zoély® comme la 1ère et seule pilule monophasique à l’oestrogène naturel.

Le docteur David Elia de déclarer à son sujet « Un premier pas a été franchi en 2009, avec la commercialisation d’une pilule délivrant un estrogène naturel et un progestatif dans un schéma d’administration spécifique dit quadriphasique (Qlaira®, NDLR). Mais depuis décembre 2011, nous vivons sans doute une nouvelle révolution de la contraception : une pilule à l’estradiol, neutre et simple d’utilisation (schéma monophasique) est désormais commercialisée en Europe ».

L’avantage de Zoély® par rapport à Qlaira® serait ainsi sa simplicité d’utilisation. Elle présente en effet un schéma monophasique 24/4 : chaque plaquette comporte 24 comprimés actifs et 4 placebos. De cette manière, la prise est facilitée car continue ; il n’y a pas d’interruption entre 2 plaquettes. En plus, la conduite à tenir en cas d’oubli est simplifiée.
Pour le docteur Letombe, ces pilules naturelles peuvent être réservées à toutes les femmes, en respectant bien-sûr les contre-indications de tout œstroprogestatif oral. « Ces pilules ne soulèvent pas de grand enthousiasme pour l’instant, il y a même une certaine réticence de la part de confrères…  Pour moi, il n’y a que des avantages à prendre la pilule : elle améliore la qualité de vie des femmes notamment en réduisant les syndromes prémenstruels, elle diminue les risques d’anémie, d’endométriose, de kystes ovariens, etc. La pilule naturelle cumule tous ces avantages et en plus réduirait peut-être le risque veineux. »

Elle conclut : « il est encore difficile aujourd’hui de quantifier les avantages des pilules à l’oestrogène naturel par rapport aux autres. Nous n’avons pas encore le recul nécessaire, il nous faudra peut-être attendre 4 ou 5 ans… C’est exactement le même cas de figure que lorsque l’on a commencé avec la pilule 3ème génération dans les années 1980. Nous n’avons pu tirer les conclusions de nos observations sur ses avantages par rapport à la 2ème génération qu’au début des années 1990. Il faut du temps. »


Aviez-vous déjà entendu parlé de ces pilules naturelles ? Qu’en pensez-vous ? Venez témoigner !

 

 

(1)Source : groupe de Teva Pharmaceutical Industries Ltd
(2) Source : 1 INPES. Baromètre Santé 2005. Attitudes et comportements de santé.
(3) The New England Journal of Medicine 2002 Jun 27 ; 346, n°26 ; 2025-2032
(4) Propos recueillis par Europe 1 en août 2009

 

*

Je veux témoigner

 

Sur le même thème :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

39 commentaires Donnez votre avis
  1. Durant des années tous mes gynécologues à Nice ne m’ont prescrits rien d’autre que Cérazette me disant qu’il n’y avait pas mieux !

    J’ai 45 ans cette année et avec Cérazette tout n’a pas été facile migraines importantes dépression, stress et envie de rien mal être total et démangeaisons partout !

    En avril 2014 j’ai décidé encore une fois de changer de gynécologue en insistant voulant essayer une autre pilule naturelle comme Qlaira ou Zoély mais elle avait des doutes en insistant ma nouvelle gynécologue super douce et compréhensive me prescrit pour 6 mois Qlaira ! Hors je voudrai apporter mon témoignage car depuis 3 semaines je revis et je me sens bien mieux aussi plus de migraines, plus de dépression superbe je suis pour l’instant même si c’est récent contente d’avoir insisté car je pensais pouvoir aller mieux !

    Voilà je suis à Nice et je recommande vraiment la pilule Qlaira

    Patricia F

  2. Bonjour,
    Je peux vous parler d’une autre alternative à la pilule, et avant d’essayer le stérilet, c’est le très peu connu anneau vaginal. C’est un petit anneau souple qu’on s’introduit dans le vagin, qui ne se sent pas, que le partenaire ne sent pas au moment des rapports sexuels. Je l’utilise depuis déjà 6 mois, et maintenant mon acné a disparu (alors qu’il était persistant depuis mon adolescence), il n’y a pas de risque d’oubli et un avantage (conseillé par ma sage-femme) est qu’on peut le garder 4 semaines au lieu de 3 pour la pilule.
    Je voulais vraiment mettre un stérilet mais ma sage-femme m’a conseillé d’essayé auparavant l’anneau vaginal vu que j’avais des règles « longues » (environ 5-7 jours). Cela a tempéré mes règles qui désormais ne sont plus douloureuses et ne durent qu’environ 4-5 jours. De plus, je le trouve plus rassurant qu’un stérilet car c’est moi qui le mets, je peux le manipuler avant insertion, ça me paraît moins impressionnant qu’un dispositif intra-utérin que je ne contrôle pas. Après, il faut être à l’aise avec son corps pour pouvoir le mettre.
    Je pense qu’en plus, il y a un intérêt écologique dans cet anneau, car il diffuse des hormones contraceptives qu’à la température du corps, c’est-à-dire seulement lorsqu’il est dans le vagin. Donc pas de rejet dans la nature avec l’urine, car les hormones sont directement en contact avec la paroi vaginale, ne se diffusent pas dans le sang de tout l’organisme comme la pilule.
    Enfin, le combo Fleurcup + anneau vaginal marche parfaitement, je me sens beaucoup plus libre dans ma féminité. Je ne sais pas si ce témoignage aidera, mais moi cette solution m’a beaucoup aidée.

Moi aussi je donne mon avis