Savoir utiliser les mycorhizes pour votre jardin

Rédigé par Marina, le 31 Jul 2013, à 15 h 26 min

Cela fait 450 millions d’années que les mycorhizes existent et travaillent avec les plantes de vos jardins. Aujourd’hui ils sont disponibles pour tous.

La mycorhize

Association entre plante et champignon (mycélium), la mycorhize dure toute la vie de la plante. Œuvrant en synergie, les champignons et les plantes sont en symbiose. La plante et le sol sont plus résistants à la sécheresse. L’enracinement de la plante est meilleur.

Un champignon mycorhizien est un champignon qui s’associe symbiotiquement avec les racines d’une plante ( dans le jardin, dans la forêt partout dans la nature).

La mycorhization

C’est une symbiose mutualiste, car chacun des partenaires tire avantage de cette association.

Cette symbiose est plus communément appelée mycorhize car provenant du grec myco : champignon et rhiza : racine.

Hyphes du champignon au centre de tout

© CC Henrik Nilsson

© CC Henrik Nilsson

Le fondement de cette association est la colonisation du sol et de la racine de la plante par les hyphes du champignon, l’appareil végétatif (de nutrition).

Ces hyphes sont de forme filamenteuse. Ils colonisent le sol, absorbant l’eau et minéraux  tout autour des racines de la plante.

Les champignons mycorhiziens transfèrent ce qu’ils ont absorbé directement à l’intérieur de la racine.

Des partenaires et plus si infinité

Les champignons mycorhiziens aident la plante à obtenir les sels minéraux dont elle a besoin (le phosphore et l’azote) tout en la protégeant d’attaques d’autres organismes pathogènes. En échange, le champignon reçoit les substances carbonées (sucres) essentielles à son développement.

Le partenariat de ces deux éléments dure toute la vie de la plante. Cela en fait donc un engrais 100 % naturel pour votre jardin.

> Suite : Types de mycorhizes

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



"Passionnée de culture, j'adore découvrir de nouveaux horizons et partager les informations que je déniche. consoGlobe est une réelle philosophie à...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. tu laisses du brf un an ou plus s’impreigner de la foret je crois au niveau gestion la foret elle est trop forte 😉

  2. Bonjour,
    J’ai testé le micorhizae great white et je dois dire que j’en suis plutôt content. Un entretient par un apport d’acide fulvic est nécessaire pour la bonne tenue des micorhizes. Personnellement, j’ai tout trouvé aux USA sur eBay et à un tarif raisonnable même avec les frais de port.

    ebay.com/itm/Plant-Success-Great-White-Shark-1oz-or-2oz-or-4oz-or-8oz-Mycorrhizae-bacteria-/261426564530?pt=US_Hydroponics&var=560314499556&hash=item3cde3ccdb2

  3. Attention: si terreau abondant: mauvais signe car se décompose mal souvent !
    Bois avec jacinthe bonne qualité, peu de terreau se décompose bien
    avec jonquille qualité moyenne, plus mauvaise décomposition terreau un peu plus abondant, terrain un peu plus acide
    Bois avec muguet: mauvaise qualité, beaucoup de terreau se décompose très mal, très acide !

  4. Test pas si convainquant: entre théorie et pratique….
    iqdho.com/fr/images/stories/projets/Micorhizes.panier.pdf

  5. Ne serait-il pas plus simple d’aller en forêt et de ramasser un peu d’humus ? En effet, le sol des forêts est riche en mycélium, il n’y a pas besoin d’acheter quoi que ce soit.

    • Il ne faudrait pas non plus que l’habitude devienne d’aller piller l’humus forestier, car il est fragile et lent a se creer. Une personne pourrait sans doute, mais a plus grande echelle ce serait un carnage ecologique de plus. La solution ? Les BRF, qui a grande echelle poserait aussi des questions de gestions, mais offrent l’avantage de laisser la foret tranquille. 😉

Moi aussi je donne mon avis