Des pistes récentes pour le traitement de l’intolérance au lactose

Alors qu’ils effectuaient des recherches sur la rectocolite hémorragique, des chercheurs lillois ont fait une découverte fortuite, qui pourrait bien déboucher très bientôt sur un traitement naturel contre l’intolérance au lactose.

Rédigé par Séverine Bascot, le 19 Dec 2017, à 13 h 00 min

C’est donc en menant des études sur les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) que les chercheurs du Centre international de recherche sur l’inflammation de Lille ont identifié le mécanisme de régulation de la lactase, l’enzyme qui permet de digérer le lactose dans les intestins…

Bientôt une solution contre l’intolérance au lactose ?

Le lactose, principal sucre du lait, nécessite une enzyme, la lactase secrétée par l’intestin, pour être décomposé en glucose et en galactose, plus facilement assimilables par l’organisme.

Or lorsque la lactase est sécrétée en quantité insuffisante, le lactose n’est pas suffisamment bien digéré, et une fois dans le colon, commence à fermenter sous l’effet des bactéries présentes.  Conséquences immédiates : douleurs abdominales, ballonnements, diarrhées ou constipations  ; et à plus long terme : hypertension artérielle, ostéoporose, maux de tête, douleurs articulaires et musculaires… Dans ces cas-là, il vaut donc mieux s’abstenir complètement de consommer des produits laitiers.

Chez tous les mammifères, la production de lactase disparait après le sevrage. Mais chez l’homme, des mutations apparues au cours de l’évolution ont permis le maintien de la synthèse de cette enzyme à l’âge adulte, sachant que ces mutations sont assez hétérogènes selon les populations. De 70 % à 80 % des personnes d’origine caucasiennes produisent cette enzyme à l’âge adulte, mais c’est seulement le cas d’environ 10 % des personnes d’origine asiatique
explique Benjamin Bertin

 

Lire aussi : Syndrome de l’intestin irritable : une bactérie probiotique pourrait soulager les douleurs

L’intolérance au lactose pourrait être régulée par des molécules présentes dans l’alimentation

En testant de nouvelles molécules pour le traitement de la rectocolite hémorragique, Benjamin Bertin et son équipe ont observé « une large surexpression du gène de la lactase, l’enzyme qui dégrade le lactose » ce qui les a amené à faire un parallèle avec les problèmes d’intolérance au lactose dus à un défaut de production de la lactase.

Ils ont découvert que certains nutriments présents dans l’alimentation, notamment certains acides gras, avaient le pouvoir de stimuler les récepteurs intestinaux et la production de lactase. Ainsi d’après eux, un « rééquilibrage alimentaire bien ciblé » et une supplémentation des intolérants pourraient leur permettre de consommer à nouveau des produits laitiers, sans avoir à suivre de traitement pharmaceutique.

Les chercheurs mènent de nouvelles études pour identifier ces nutriments qui pourraient être proposés aux intolérants au lactose afin de booster leur sécrétion de lactase.

Illustration bannière : Fillette buvant un verre de lait – © Africa Studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. Vous croyez vraiment que rendre tout le monde capable de digérer des produits laitiers est un objectif valable, alors que d’en consommer n’a rien de naturel est que l’industrie laitière est source de pollution massive?
    Expliquez plutôt aux lecteurs qu’on peut très bien s’en passer, que la prévention de l’ostéropose par le lait est un mythe et qu’il y a des sources de calcium mieux assimilable que le lait qui contribue à l’acidification du corps et provoque des états d’inflammation permanents.

    • Je confirme, aucune justification biologique de boire du lait après 5 ans.
      Et même pour les enfants il est anti-naturel de boire du lait de vache dont la composition est très différente du lait humain, même si une partie la population s’y est adaptée. De plus depuis que l’on ne le fait plus bouillir il contient des facteurs de croissance adapté au petit veau mais pas du tous aux enfants ni aux adultes. Qui sont en grande partie responsables de la progression continuelle des cancers de la sphère sexuelle (sein, utérus, prostate). Par ailleurs, le lait maternisé est une jolie imposture.

    • Entièrement d’accord avec Neli Busch et Heller.
      Quel intérêt de rendre digeste le lait de vache ? La nature est bien faite et si on ne le digère plus une fois adulte, c’est parce qu’on n’a plus besoin de consommer du lait, tout simplement !
      Nous sommes la seule espèce animale sur cette planète à boire du lait d’une autre espèce que la nôtre !
      Nous sommes la seule espèce animale sur cette planète à continuer à boire du lait et à consommer des produits laitiers alors que la période de sevrage est passée !
      Le calcium laitier, et plus particulièrement celui de la vache est très mal intégré par notre organisme et très mauvais. Le lait de vache est pour les veaux, dont la croissance n’a rien à voir avec celle d’un bébé !
      Le calcium dont on a vraiment besoin est présent dans les aliments que nous mangeons : l’eau, les choux, les sardines et maquereaux, les oléagineux et j’en passe.
      Un traitement, même naturel, pour pouvoir à nouveau consommer des produits laitiers, je n’en vois pas l’intérêt ! Le seul intérêt, il est pour les lobbys laitiers !!!!

Moi aussi je donne mon avis