Le cas de dengue recensé en Haute-Garonne est-il contagieux ?

À Blagnac, dans la Haute-Garonne, un cas de dengue a été recensé. Une opération de démoustication, qui consiste à pulvériser des insecticides autour du domicile de la personne contaminée, est en cours.

Rédigé par Émilia Capitaine, le 11 Aug 2017, à 9 h 22 min

Un cas de dengue a été recensé à Blagnac dans la Haute-Garonne. Il aurait été importé par une personne revenant de voyage. Une opération de démoustication est en cours.

Un cas de dengue importé d’une personne revenant de voyage

Des analyses ont confirmé, le jeudi 11 août 2017, un cas de dengue à Blagnac, une commune près de Toulouse dans la Haute-Garonne. Ce cas aurait été importé par une personne revenant d’un voyage à l’étranger, indique Christophe Garro, responsable de la cellule de veille à l’Agence Régionale de Santé (ARS) Occitanie.

Les chiffres en direct du Planetoscope : Nombre de personnes infectées par la dengue

La dengue est transmise par le moustique Aedes albopictus ou moustique-tigre, que l’on retrouve dans 30 départements français. Auparavant limités aux zones tropicales et subtropicales, des cas de dengue autochtones ont été observés en Europe, depuis les années 2010. Selon l’Organisation mondiale de la santé, la dengue, dont l’incidence augmente, est une « maladie ré-émergente ».  

Ici, le virus de la dengue pourrait être transmis à d’autres personnes si le patient contaminé se fait piquer par un moustique-tigre, et pique par la suite quelqu’un d’autre. “Aucun cas autochtone n’a encore été détecté de cette façon. Mais c’est possible”, souligne l’ARS. C’est pourquoi la démoustication est en cours dans le périmètre.

Opération de démoustication en cours

Il n’existe aucun traitement contre la dengue : la dengue hémorragique est mortelle, mais si le diagnostic et la prise en charge du patient sont suffisamment précoces, il est possible de survivre à la dengue. À Blagnac, la personne contaminée a bien été prise en charge et ne présenterait plus de symptômes.

Par ailleurs, à Blagnac, ce vendredi 11 août 2017 au matin, des mesures de démoustication sont mises en oeuvre. Il s’agit d’une intervention de l’EID (Entente interdépartementale de démoustication) : des insecticides anti-moustiques (pyréthrynoïdes) sont pulvérisés à partir d’un pick-up dans un périmètre de 100 mètres autour du lieu de résidence de la personne contaminée.

Cette opération ne comporterait pas de danger pour la santé mais il est déconseillé de sortir de chez soi pendant l’opération de démoustication.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. J’ai oublié de préciser: en 18 ans, je n’ai jamais attrapé la dengue ni le Chikungunya pas plus que ma compagne. Ou alors peut-être sous une forme bénigne

  2. Il ne faut pas dire: “La dengue hémorragique est mortelle” mais “peut être mortelle”. Je vis dans des pays tropicaux (Polynésie fr. puis Antilles Fr. depuis 18 ans (1999), j’ai connu plusieurs personnes ayant contacté la dengue et aucune n’est décédée, heureusement. Il faut être particulièrement vigilant avec les jeunes enfants concernant la forme hémorragique et les personnes âgées. De toutes manières, il faut savoir que cette maladie, tout comme le Chikungunya peut être invalidante. On peut mettre des mois à s’en remettre et même garder des séquelles gênantes.

Moi aussi je donne mon avis