La Gironde expérimente le revenu universel

Le département de Gironde expérimentera prochainement le revenu universel, en ciblant en particulier deux populations qui font face à une grande précarité : les jeunes et les agriculteurs.

Rédigé par Stephen Boucher, le 15 Aug 2017, à 12 h 00 min

Pendant deux à trois ans, la Gironde expérimentera le revenu universel, déjà testé ailleurs dans le monde, notamment en Finlande. Deux populations seront ciblées : les jeunes et les agriculteurs.

Le revenu universel : une idée qui prend forme

Au-delà des appartenances partisanes, le revenu universel d’existence a alimenté de nombreuses réflexions ces dernières années, en France et à l’étranger. Dans le cadre de la campagne présidentielle française, la mesure a été défendue par le candidat socialiste Benoît Hamon et par Jacques Cheminade. Il a plus généralement fait l’objet d’un débat intense, certains, comme Jean-Luc Mélenchon, le qualifiant de “trappe à pauvreté“. D’autres, tel Emmanuel Macron, insistant sur la nécessité de privilégier “l’emploi universel” et de remédier aux causes actuelles du sous-emploi.

Mais la fin de la campagne présidentielle n’a pas signé la fin du débat sur le revenu de base, au contraire : la mesure commence à prendre forme. En effet, pendant au moins deux ans, le département de Gironde fera l’expérimentation du revenu de base.

Une motion appelant le gouvernement à autoriser une expérimentation sur le revenu de base en Gironde a en effet été approuvée, au cours d’une séance plénière extraordinaire du conseil départemental.

 

Vidéo du département de Gironde expliquant ses motivations pour lancer l’étude et la consultation citoyenne qui ont présidé à l’expérimentation du revenu de base

Deux populations ciblées : les jeunes et les agriculteurs

Pour dessiner les contours de la mesure, de nombreuses consultations ont été menées. Dans un premier temps, le département a noué un partenariat avec la Fondation Jean Jaurès, le Centre pour la recherche économique et ses applications et l’Institut des politiques publiques.

Pendant un an, les spécialistes ont défini les différents déploiements possibles du revenu de base : fusion du RSA et des aides au logement, fusion de 10 minima sociaux, revenu de base de 750 euros par mois et revenu de base de 1.000 euros par mois.

Puis, pendant trois mois, plusieurs séances de travail ont réuni des personnes issues d’horizons divers : acteurs de l’économie sociale et solidaire, entrepreneurs, travailleurs sociaux, associations, services du départements…

Ces consultations ont permis à un jury citoyen de rédiger un avis global sur l’instauration d’un revenu de base en Gironde.

gironde revenu universel

Dans le cadre de cette expérimentation, deux populations, au minimum, devraient être ciblées : les jeunes et les agriculteurs. Dans son verdict, le jury citoyen a choisi un revenu universel de 1.000 euros par mois. Plusieurs questions doivent encore être tranchées, notamment concernant les modalités de financement.

Les enjeux du revenu universel

Le revenu universel d’existence est devenu un véritable enjeu de société, malgré l’opposition d’une majorité de Français au concept, selon une récente enquête. Son objectif est de lutter contre la pauvreté et de réduire les inégalités, qui se sont creusées ces dernières années, sous l’effet de la mondialisation notamment. Offrir à chaque citoyen, en commençant par les plus précaires et marginalisés, un revenu de base, favoriserait l’inclusion économique et sociale, mais aussi l’épanouissement personnel, selon ses promoteurs.

Denise Greslard-Nedelec, vice-présidente du Conseil départemental de Gironde en charge des questions de lutte contre la pauvreté, estime qu’il en va même de l’avenir de la démocratie : « C’est notre responsabilité de politique d’agir si on ne veut pas se retrouver avec un monde coupé en deux, avec d’un côté ceux qui sont en dedans et de l’autre ceux qui sont en dehors et qui vont finir par se révolter. C’est un enjeu de démocratie ».

Illustration bannière Une des vues les plus prestigieuses de Gironde © saranya33
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour qu un revenu de base soit solide, il doit partir d’un principe de repartage des “bénéfices” engendrés par le travail du peuple, la proposition de Hamon était stupide, puisqu elle consiste à prendre l argent des travailleurs pour rémunérer le revenu de base, qu il ne prenne pas les gens pour des cons. Le “vrai” revenu de base est LA solution du futur pour les riches comme pr les plus pauvres puisque ce sont les plus pauvres qui constituent la majorité des consommateurs. LE capitalisme, s’il ne cède pas au VRAI revenu de base, est entrain de se tirer une balle ds le pied en se goinfrant de la majeure partie des bénéfices engendrés par les travailleurs. Ou alors, il ne leur reste plus qu à appliquer leur plan d extermination des 90 % de la population mondiale !!!!

  2. Le revenu universel est fait pour tous ici ils font que l’expérimenter,ils ont choisi les jeunes et les agriculteurs. Le revenu universel ne fait pas perdre tous les droits avec 1000 euros il est difficile de vivre pour une personne seule. Il est est fait pour les actifs, les chômeurs, les retraités, les commerçants, les jeunes, etc… le but final est que tous,le touche avec le même montant. Cela donne de la force aux salariés qui peuvent mieux négocier avec les patrons.A chacun de choisir la vie qu’ils souhaitent…

  3. et évidemment, RIEN pour les retraités qui crèvent avec leur retraite de misère ou les handicapés qui crèvent avec leur aide inférieure au seuil de pauvreté !!!

    • Tout à fait, certains retraités ne touchent que 800€/mois, rien n’est prévu pour ceux-là.
      Ca va favoriser la fainéantise de certains qui peuvent vivre avec 1000€/mois, il faut des contre-parties et recherche d’emploi mais sérieusement fait pas ce que fait pole emploi.

  4. quel sera la contrepartie demandée a ces personnes qui toucheront ce revenu? Auront elles encore droit a tout ce qui va avec:cmu,aide sociale de la mairie,gratuite dans les cantines scolaires, factures edf et eaux payes par la commune autrement dit par les impots des travailleurs??Moi personnellement je touche 1300e pour 39 h hebdomadaire je pense a arreter de bosser je n aurai plus de frais pour aller au boulot:90kms chaque jour avec une vielle voiture de quinze ans que je ne vais bientot plus avoir le droit d utiliser pour aller bosser!! je suis vraiment con de me faire ch….!!

  5. “quand un bourgeois est d’accord avec toi, méfie toi” très juste !
    c’est d’ailleurs comme ça que j’ai commencé à me poser des question cotre cette idée, à laquelle j’étais jusqu’alors favorable, quand j’ai vu que plein de bourgeois, de chefs d’entreprises, de partis de droite la soutenaient. Là passé l’étonnement je me suis dit oh ! s’est qu’il y a un truc ! Par la suite j’ai découvert Bernard Friot, et lui explique tout ça de manière apronfondie et lumineuse, allez voir ses vidéos, vous comprendrez !

  6. L’idée de base du revenu universel n’est pas de détacher du salariat, mais de répartir la richesse nationale et de rendre les gens moins dépendants du revenu salarié. Ainsi on peut plus facilement se lancer dans des projets, notamment professionnels, avec un revenu assuré. Partout où cela a été testé dans cette optique, la pauvreté et les inégalités ont reculés, notamment en Inde, avec une augmentation du travail.

  7. C’est une fameuse fausse bonne idée que ce revenu universel !

    Et je ne dis pas cela par égoisme. Imaginez seulement une société où ce serait un organisme centralisé qui vous délivrerait un droit à ne pas mourir de faim. Qui vous le verserait… ou pas, selon vos mérites “républicains” ? Imaginez une société où vous seriez entièrement entre les mains d’une minorité toute puissante. Vous voyez le piège ?

    De plus, cette idée fumeuse a surtout pour objectif de vous détacher du salariat, ce fichu salariat qui embête tant les patrons. Vous comprenez maintenant pourquoi ces derniers ne sont pas hostiles du tout à cette idée bêtement défendue par Hamon ?

    C’est Karl Marx qui disait : “Quand un bourgeois est d’accord avec toi, méfie-toi”.

Moi aussi je donne mon avis